27/08/2015

Reformer le code du travail en France?

Faudrait il réformer le code du travail en France?

C'est bien ce que tous les patrons demandent et ils ne sont loin d'avoir raison. Commençons par exposer leurs arguments et donnons ensuite la parole à l'autre partie, à leurs adversaires, les syndicats, les fonctionnaires et les salariés en général.

Le Medef dit avec raison que plus personne ne s'y retrouve dans les 1500 pages touffues du code du travail. Ils veulent plus de flexibilité au motif que l'économie est désormais mondialisée et qu'il faut prévoir des moments, plus ou moins longs, au cours desquels l'activité baisse, les carnets de commande se vident et que l'on ne peut pas payer les travailleurs à ne rien faire. Il faudrait alors pouvoir licencier sans que l'entreprise aie à débourser des dizaines de milliers d'Euros, suite à des actions des salariés devant les prudhommes.

Cela paraît simple et clair, mais toute la culture sociale française est conçue à l'encontre ce ce système où le salarié français est très protégé. La France a hérité d'une jacobinisme centralisateur dans tous les domaines, y compris économique et financier. Dès qu'un salarié est embauché il se prévaut du droit du travail, ce qui fait de son patron un simple otage. Les patrons ne tarissent pas de critiques sur ce sujet. Ils affirment qu'une fois embauché en CDI, le salarié est invivable, et on ne plus le licencier, sauf à risquer de très grosses amendes.

Les salariés, à leur tour, veulent un certain niveau de vie, des horaires aménagés et un pouvoir d'achat qui aille croissant. Or, depuis le premier septennat de François Mitterrand, le plein emploi a disparu et la crise économique sévit, que ce soit sous des gouvernements de droite ou de gauche. Tous sont logés à la même enseigne. Quand un être humain perd son emploi, c'est un drame. Il ne faut pas le sous-estimer. Mais on ne peut plus poursuivre dans la même voie pour ce qui est du dédommagement des chômeurs. La même chose vaut de l'assurance-maladie..

Bref, les deux parties se renvoient la balle: le patronat n'embauche pas et le gouvernement ne veut pas entendre parler d'une réforme du code du travail. Il est vrai que s'il le faisait, il se tirerait une balle dans le pied puisque c'est sa base électorale qui serait le plus fortement atteinte. Et on sait que les partis privilégient leurs propres intérêts au lieu de promouvoir ceux du pays. C'est une triste vérité qui s'impose partout.

Alors quel est mon point de vue? Il faut réformer le code du travail, il faut combattre les déficits, même de l'assurance-maladie et de l'assurance-chômage. Le coût du travail est trop élevé en France. Les Français prennent trop de vacances. Comment voulez vous garantir à la fois cinq semaines de congés payés et une retraite à taux pleine à 60-65 ans?

D'un autre côté, je ne peux pas plaider pour une baisse du niveau de vie des gens, même si moi-même avec mes revenus et mes diplômes, je travaille nuit et jour. Même pendant les rares vacances que je m'octroie chaque année.

Mais un jour, il faudra bien bouger pour la bonne raison que la France est en déclin.

09:21 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Lisez Jeremy Rifkin et vous comprendrez que votre question est annexe.
Si, comme il le prévoit, nous nous dirigeons vers une ère d'abondance, c'est un changement de paradigme profond qui se profile et qui devrait au contraire permettre de diminuer le temps de travail pour tous.
Encore faut-il résister à la toute puissance des grands groupes technologiques qui persistent à exploiter les plus démunis pour engraisser une minorité insatiable.
http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2015/07/24/tisa-ttip-la-gauche-tient-son-os-268951.html#comments

Écrit par : Pierre Jenni | 27/08/2015

@Pierre Jenni
L'ère d'abondance qui se profile semblerait plutôt n'être qu'une ère de doutes et de misères.
Et si quelques grands patrons sont abusivement rémunérés, la grande majorité essaient avec difficulté de faire survivre leur entreprise face à une concurrence mondiale implacable et une dégradation continue de leurs possibilités de financement.
Quant au Code du Travail, je peux affirmer que le Code français est devenu un monstre qui, au lieu de protéger les employés, ne fait que les précariser. Et j'en parle en connaissance de cause car j'ai travaillé 40 ans en France, aussi bien en tant qu'employé que comme dirigeant.
A force de grèves et de manifestations, ce code est devenu un monstre kafkaïen que plus personne ne comprend hormis le fait que :
1) Il est plus facile d'embaucher en CDD qu'en CDI, ce qui favorise évidemment l'augmentation du chômage.
2) Il est plus avantageux et plus facile de délocaliser ou de créer son entreprise hors France.
Le jour où les français comprendront cela, alors il sera temps de réformer ce foutu code. Mais il faudra beaucoup de temps pour que les syndicats l'acceptent.

Écrit par : Lambert | 27/08/2015

Si les politiques mettaient en place des vraies solutions, ils se sentiraient inutiles !

Écrit par : Corto | 28/08/2015

Les commentaires sont fermés.