10/08/2015

Reintégrer la Russie dans le giron des nations

Il faut que la Russie reprenne sa place au sein de la communauté des nations civilisées.

Certes, cela dépend d'elle et de son belliqueux président Vladimir Poutine. Lequel a osé s'en prendre aux frontières héritées de la fin guerre, créant ainsi un précédent fort dangereux. Si les nationalistes revanchards allemands se mettaient à contester la ligne Oder Neisse qu'adviendrait il de la paix en Europe? Or V. Poutine a considéré que les Occidentaux entreprenaient une manœuvre d'encerclement et d'isolement de son pays, ce qui l'a poussé à agir comme il a agi.

Aujourd'hui, nous en sommes à la guerre économique avec la Russie. Poutine sait que son pays n'a pas les reins solides et qu'il ne pourra pas tenir sur le long terme, mais sa fierté nationale le conduit à prendre des mesures de rétorsion, même si son propre pays en souffre bien plus.

Le baisse des prix du pétrole, la faiblesse de la rouble et les pénuries alimentaires dont commence à souffrir la population sont symptomatiques. Mais cela ne fera pas fléchir Poutine qui concentre ses attaques sur l'Ukraine qui a osé chasser son homme de paille Yanoukovitch et se rapprocher dangereusement de l'Occident. D'où l'annexion de la Crimée et les troubles dans l'est du pays.

Pourtant, sans la Russie, le conflit avec la Syrie de Bachar ne sera pas résolu. Ni même en Irak, ou la situation en Iran.

Mais le problème teste entier: comment réintégrer un pays qui viole des frontières, vend des armes à des régimes totalitaires comme l'Iran et s’immisce là où il peut pour faire jouer sa capacité de nuisance?

06:40 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

On ne sauriat mieux le dire, en effet.

Écrit par : B. Duvel | 10/08/2015

C'est une analyse absolument percutante, Monsieur Hayoun a parfaitement cerné la problématique.

Je la compare volontiers à ces gens qui partent en guerre avec de vieilles munitions. Ça fait long feu.

Il faut savoir également que la cote de popularité du président russe est une machination ourdie par les seconds couteaux du FSB.

Jamais un président de pays démocratique quel qu'il soit a obtenu un tel pourcentage de soutien : quand je parle de démocratie je parle bien entendu des USA, d'Israël, du Canada et de l'Allemagne, ainsi que de la toute nouvelle venue : l'Ukraine de Piotr Poroshenko, exemple absolument parfait de la démocratie appliquée dans un pays de l'ex-union soviétique.

Je n'arrive pas à comprendre pourquoi les rebelles du Donbass résistent encore, alors que les promesses des nations civilisées sont là, avec une grande et belle Europe qui a fait ses preuves, notamment en Islande, au Portugal, en Espagne et plus récemment en Grèce où le niveau de vie connaît enfin une vraie valeur.

Ce ne sont pas les retraités et lrs indigents qui viendront me contredire.

Merci Monsieur Hayoun pour votre analyse comme chaque fois parfaitement claire, juste, impartiale et qui tranche avec la nébuleuse des blogs osant critiquer le système de la mondialisation, système qui viendra enfin marquer l'avènement du fils de l'homme.

Écrit par : Sillia | 11/08/2015

Les commentaires sont fermés.