22/07/2015

La France, toujours ingouvernable?

La France, toujours ingouvernable ?

Retour d’un long séjour à l’étranger, je constate ce qui se passe avec les agriculteurs et les éleveurs en France. Je comprends mieux l’exaspération des étrangers à l’égard de ce pays. Dès qu’on n’est pas entendu par le gouvernement ou par les pouvoirs publics, on manifeste, mais on ne se contente pas de manifester, on bloque les routes, on empêche les trains de rouler, les avions de voler, les commerçants d’ouvrir, les enseignants d’enseigner, bref le pays se trouve de plus en plus souvent en état pré insurrectionnel.  Pourquoi ? Parce qu’une simple catégorie socio-professionnelle décide d’agir tant que ses revendications ne sont pas satisfaites !

Voyez ce qui s’est passé avec les taxis il y a moins d’un mois : des gens accrochés à leurs rentes de situation qui ont mis le pays en émoi ont été reçus et dorlotés par les hautes autorités de l’Etat. Encore cette sempiternelle crainte d’un incendie qui s(étendrait à tout le corps social. L’effet de contagion, voilà ce que craint le pouvoir. Mais chacun sait au plus profond de soi que les taxis traditionnels, c’est fini, on va vers une autre économie, c’est le vent de l’histoire.

Imaginez l’effet dévastateur de cette attitude déplorable a sur les touristes qui ne comprennent  pas le rapport entre l’augmentation du prix de la viande bovine et le fait de les empêcher de se rendre au Mont Saint Michel ou de visiter  la grotte de Lascaux

Au fond de chaque Français sommeille un contestataire, un adversaire de l’ordre établi, bref un rouspéteur. Mais il y a pire, c’est le réflexe de tout casser et de tout bloquer tant qu’on n’a pas obtenu satisfaction. Mais n’instruisons pas exclusivement à charge : les gouvernements successifs ont il prêté l’oreille aux doléances des gens qui souffrent ? N’ont ils pas tenté, faute d’agir sur la réalité, de faire diversion ? Il y a aussi un peu de cela dans cette grogne typiquement française. Mais c’est un dangereux symptôme de régression : on ne sait toujours pas pratiquer un dialogue social civilisé. Il semble que cela remonte à l’époque de la Révolution française qui ‘na pas atteint ses objectifs et qui fut récupérée par la petite et moyenne bourgeoisie. Du coup, des séquelles de cet esprit égalitariste, libertaire et révolutionnaire remontent à la surface et rôdent dans l’imaginaire social, tels des volcans mal éteints ou des âmes en peine.

Ce qui est encore plus préoccupant, c’est la contamination : déjà les buralistes, inquiets de la baisse de leurs revenus se joignent aux cortèges des rouspéteurs ! Quel rapport ? La contestation. C’est bien pour cette raison que le pouvoir est inquiet et fait tout pour éteindre l’incendie de peur qu’il ne se propage ! Et que fait le gouvernement, que dis-je, le Président de la république en personne ? IL annonce les résultats d’un prochain conseil des ministres à l’avance ! Que fait le ministre de l’agriculture après avoir dit qu’il ne se rendrait pas à Caen ? Il y va, en arguant qu’il a changé d’avis…

A l’évidence, ce pays traverse une crise de l’autorité. Cela fait des années qu’il est devenu ingouvernable. Il faut un pouvoir fort, certes à l’écoute des demandes de la population mais pas à sa botte. Apparemment, on n’en prend pas le chemin. Le pouvoir qui a déjà promis des baisses d’impôts pour septembre, redoute la rentrée. Il appréhende aussi le résultat des élections régionales qui risquent de consacrer l’hégémonie du Front National.

On le dit et on le répète, il faut un gouvernement d’union nationale. Un seul parti au pouvoir, dans la situation actuelle, cela ne marche pas.

Sinon, la France deviendra de plus en plus ingouvernable.

09:52 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Depuis de Gaulle rien n'a changé ! Et que dis-je, depuis la 3ème République.
Aujourd'hui la France est devenue une syndicratie et l'équipe actuelle n'est ni prête ni capable à résoudre les problèmes.
Un Président qui ne s'occupe que de politique extérieure et un 1er ministre empêtré dans la jungle d'une pléthore de ministres incapables qui n'écoutent qu'eux-mêmes et ignorent jusqu'à la définition du mot dialogue.

Écrit par : Lambert | 22/07/2015

Qu'il est facile de critiquer en ne songeant qu'à soi.

Son confort, ses petites affaires, son "tourisme à l'étranger" pour vacanciers qui viennent d'ailleurs.

Les taxis, mécontentement fondé?
Les agriculteurs?!

A part grèves ou blocages de circulation quels autres moyens à disposition?

La Médiation... Mascarade, Farce sachant bien qu'il n'y a pas de "départ" possible en cette démarche parce que d'ors et déjà les dés sont pipés.

Le moins possible pour eux.
A nous Fric, Marchés et Finances.

La Mondialisation, que Diable!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/07/2015

Les commentaires sont fermés.