21/05/2015

Arrestation d'un Marocain à Milan; un terroriste infiltré parmi les migrants?

 

Arrestation d’un Marocain à Milan: un terroriste  infiltré parmi les migrants?

Le nouvelle fait l’effet d’une bombe : un jeune marocain, arrêté dans la banlieue de Milan par la police italienne et qui est soupçonné d’avoir participé, de près ou de loin, à l’attentat du musée du Bardo de Tunis. Il s’en défend et sa famille apporte des témoignages censés le disculper mais les autorités tunisiennes le soupçonnent fort.

Comment faut il interpréter cette information qui reste à confirmer par une enquête sérieuse ? L’idée qui s’impose à nos esprits est que l’islamisme mène la guerre contre l’Occident sur tous les fronts. S’infiltrer en Europe en se fondant parmi de pauvres migrants qui risquent leur vie pour échapper à la mort et à la misère est absolument inouï. Cela veut dire aussi que tous les moyens sont bons, que toutes pistes sont à surveiller, bref que nous sommes en guerre, quoi qu’en disent les autorités dont les déclarations lénifiantes n’abusent personne.

Comment repenser les relations entre l’islam et l’Occident ? C’est-à-dire le reste du monde ? Je crains que l’on ne puisse plus s’en référer à la méthode culturelle ou au dialogue. Cela ne signifie pas que nous ne croyons plus au dialogue des cultures, mais simplement que cette phase du conflit apparaît aujourd’hui dépassée.

Pratiquement aucun continent n’est épargné, ni l’Australie, ni même les USA. Tous les continents sont touchés. Comment se fait il que l’islamisme réussisse à séduire des jeunes, nés en Europe de se retourner contre le berceau où ils sont nés ? Comment expliquer que des jeunes, garçons et filles, quittent tout pour aller mourir en Irak ou en Syrie ?

L’armée française vient de neutraliser deux chefs terroristes importants dans le nord du Mali. Ces terroristes avaient du sang sur les mains. La France n’a pas laissé leurs crimes impunis.

Mais est ce suffisant ?

09:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.