07/05/2015

L'Europe et l'immigration de populations non européennes

 

L’Europe et l’immigration de populations non-européennes

Qu’on se l’avoue ou non, ce problème est crucial et va déterminer la vie des centaines de millions de citoyens de l’Union Européenne, et même au-delà. Depuis quelques semaines, des milliers de migrants tentent d’accoster en Sicile et nous devons avoir une pensée émue pour les centaines de migrants victimes de naufrages organisés, sciemment ou involontairement par des passeurs criminels qui pratiquent un véritable commerce triangulaire.

Mais ne nous leurrons pas, l’Europe et le monde civilisé ne sont plus ce qu’ils étaient il y a tout juste quelques décennies. Cela touche tous les pays de notre continent : la France a un parti qui fonde ses succès électoraux sur le refus de cette immigration non voulue, le pays a même eu un ministère de l’identité nationale, ce qui eût été une impossibilité absolue il y a seulement quelques années… Quand on voit des petits Français votaient pour le FN alors qu’auparavant ils accordaient leurs suffrages au PS, voire au PC, on voit bien que tout a changé.

Tous les autres pays, victimes de cette immigration, ont des partis dits populistes. Tous, absolument tous. Mais que l’on ne s’y trompe pas : les sociétés occidentales ne veulent plus de cet apport qu’elles ne peuvent plus gérer. Partout, on parle de réduire les dépenses sociales, les frais de santé, de scolarisation, etc… occasionnés par cet apport intempestif. Même les élus de gauche se font plus prudents dans cette question. Un sondage dont j’ai déjà fait état mais que personne n’a commenté depuis, annonce que 61% des citoyens ne se sentent plus chez eux en France, leur pays. Ils se demandent au nom de quelle loi ils doivent accueillir la misère du monde.

Le maire de Saint-Denis, chef-lieu de la région de Seine-Saint-Denis a lui-même reconnu la gravité de la situation dans une cité, jadis lieu de couronnement des rois de France, cohabitent plusieurs dizaines de nationalités… Il n’est pas rare que des parents, même simplement issus des classes moyennes inférieures, se serrent la ceinture pour placer leurs enfants dans des institutions privées où tous les élèves parlent le français comme langue maternelle.

Une importante personnalité de Franche-Comté m’ a confié que dans certains quartiers défavorisés de sa ville, des enfants ne connaissaient le nom que de deux ou trois animaux domestiques… Et il n y avait même pas assez d’argent pour les conduire au zoo…

Il faudra donc résoudre ce problème. Comment ? En trouvant les moyens de fixer les gens chez eux. L’argent que l’on dépense en Europe devrait être transféré dans ces pays ravagés par la guerre, la pauvreté et la corruption.

La corruption, c’est tout le problème.

Mais il saute aux yeux que les pays d’Europe ne pourront pas supporter éternellement une telle charge, sans ployer sous ce fardeau.

N’oublions tout de même pas le devoir d’un minimum de solidarité humaine, pierre de touche de la civilisation judéo-chrétienne.

10:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.