01/05/2015

Le 1er mai en France

Le 1er mai en France

Ce pays devrait travailler un peu plus. Le 1er mai n’est plus vraiment la fête du travail, le jour où les salariés du pays présentent leurs revendications, veulent l’amélioration de leurs conditions de travail et aussi, ce qui est légitime, une augmentation de salaires… Depuis des lustres, le 1er est devenu le début d’un long weekend prolongé où le pays tout entier est sur les routes , les trains ou les airs. Je comprends fort bien que les Français veulent se distraire, partir en vacances et se reposer, mais le mois de mai est un véritable fromage de gruyère… Pourquoi ? Parce que c’est le mois au cours duquel on travaille le moins. D’ici une semaine, c’est le 8 mai, encore un long weekend en perspective. Et ce n’est pas fini.

Il faudrait songer à se remettre au travail et cesser de vivre à crédit. Il y a quelques mois un diplomate européen de haut rang me disait qu’il était impossible de réclamer une retraite à taux plein et partir en vacances trois fois par an.. . Le même diplomate a, pour ainsi dire, récidivé, en me disant que la France était une Grèce qui ne dit pas son temps et qu’elle ne serait visiblement pas en situation de combler ses déficits.

A première vue, la remarque paraît exagérée, mais quand on y réfléchit un peu, on se dit que la remarque n’est pas entièrement dépourvue de fondement.

Alors que faire ? Certains conseillent de réduire le code du travail à sa plus simple expression. Ils ajoutent qu’il faut imiter les Britanniques et les Allemands qui ont des taux de chômage nettement plus bas. Or, une telle réforme dans l’hexagone n’a aucune chance d’aboutir. Et les pouvoirs publics le savent très bien, à droite comme à gauche..

Le problème est que le pays sera rattrapé par la dette et les déficits, au niveau de l’Euro et que l’Allemagne ne supportera pas indéfiniment la lourde charge de le maintenir hors de l’eau.

Et que se passera t il à ce moment là ? Je préfère ne pas l’imaginer.

16:27 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Eh oui !
J'ai vécu en France de de Gaulle à Chirac. Et j'ai vécu l'érosion du Franc sous l'ère Mitterrand.
La France n'a jamais su maîtriser son budget qu'à l'aide de la planche à billets. Et comme elle n'a plus cette facilité et qu'elle ne sait (et ne veut) toujours pas maîtriser son budget, elle ne pourra qu'aller dans le mur comme la Grèce.
Peut-être qu'il serait temps que Bruxelles la remette fermement au pas. Mais alors ce seront les retraites et les salaires qui seront les dindons de la farce car toucher à la "Grandeur de la France", à ses fastes, à son organisation kafkaïenne (près de 30% de fonctionnaires), à son code du travail ubuesque et à ses redondances administratives serait un crime de lèse majesté.

Écrit par : Lambert | 01/05/2015

Les commentaires sont fermés.