20/04/2015

Les commentaires de l'intervention télévisée du président de la république française

 

L’intervention du président François Hollande, vue par les commentateurs

Je n’ai pas pu voir l’interview du président français car je n’ai pu avoir la chaîne Canal+ à l’étranger où je me trouve. Mais dès hier soir, j’ai voir la totalité des chaînes françaises avec les commentaires. C’est assez unanime : les journalistes trouvent que le président n’a pas convaincu son auditoire, que les gens qui votaient pour le PS lui ont tourné le dos, qu’ils l’accablent de reproches, etc…

Mais ce qui m’a frappé, c’est la virulence des commentaires, et pas forcément provenant de journalistes opposés au gouvernement actuel. En gros, que disent ces commentateurs ? Ils disent que François Hollande est venu expliquer qu’il ne pouvait rien faire. Il constate, il indique, mais, ajoutent ils, il n’agit pas car sa marge de manœuvre est limitée pour ne pas dire, nulle.
Est-ce de sa faute ? Non point. Il souligne que les choses vont de mal en pis depuis une bonne dizaine d’années. Et qu’il n’a pas pu redresser la barre, à ce jour. Alors, les commentateurs répliquent : mais pourquoi donc est il venu parler à la télévision puisqu’il n’avait rien à annoncer, sinon qu’il ne pouvait rien faire…

C’est là toute la question. Le président de la république donne l’impression (avec tout le respect) d’attendre, d’espérer, de se dire que les choses finiront par s’arranger, que la croissance repartira de nouveau, que le chômage baissera, etc… Le problème, c’est personne n’y croit.

Or, le président a bien dit qu’il ne se représenterait pas s’il ne parvenait pas à faire baisser ou à stabiliser le chômage… Et visiblement, le compte n’y est pas.

Il existe aussi un autre sujet d’inquiétude pour le président, un sujet qui le touche personnellement : le vote des primaires au PS afin de désigner un candidat aux élections présidentielles. Il est évident, à l’heure actuelle, que ce sera très compliqué pour François Hollande. Va-t-on se déjà au PS où l’actuel Premier secrétaire a dit clairement qu’il y aurait des primaires ?

C’est un imbroglio. La solution serait un gouvernement d’union nationale qui durerait une bonne année et qui se retirerait fin 2016..

La sagesse finira t elle par l’emporter ? L’avenir nous le dira.

09:16 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.