06/02/2015

Le procès de DSK à Lille

Le procès du Carlton de Lille et DSK

Les lecteurs fidèles de ce blog savent qu’on y a toujours défendu DSK, même dans des circonstances particulièrement délicates et qui le mettaient gravement en cause. Aujourd’hui, je voudrais faire la distinction entre la morale et le droit. Dans ma vision idéaliste du monde et de l’homme, c’est-à-dire de la justice, je pensais que le droit et la morale devaient avancer main dans la main et que l’équité devait se substituer  aux arcanes juridiques dont d’habiles avocats savent tirer le meilleur profit pour leur client. Je ne mets pas en cause  la fonction d’avocat, je dis simplement qu’il existe une distorsion entre la justice et le droit. Quand vous vous réclamez de la justice, on vous répond : voici ce à quoi vous avez droit… J’en viens à présent au procès. Au plan moral, l’attitude de DSK est éminemment condamnable. Il est difficile de ne pas dire la déception que cet homme, hors du commun, a provoqué dans tous les milieux. Un homme, véritable Mozart de la finance, qui se commet avec des femmes de petite vertu, qu’elles soient des prostituées professionnelles ou pas. Cela pose le problème des relations entre vie privée et vie publique. Est ce que DSK peut se retrancher derrière le dogme de la vie privée et interdire à quiconque de porter une appréciation sur sa vie sexuelle ? Au plan judiciaire, l’argument est recevable, l’important est de ne pas avoir commis de délit. Or, ici, le délit serait le proxénétisme si on arrive à prouver qu’au cours de ces soirées libertines, DSK savait qu’il avait à faire à des femmes aux charmes tarifiés. Ça, c’est l’affaire de la justice, mais au plan moral, que pouvons nous dire ? Peut on admettre qu’un homme public donne un si mauvais exemple ? Avançons une hypothèse : si le tribunal acquitte DSK (ce qui va être le cas au regard de la réaction du ministère public) pourra t on dire qu’il est sorti blanchi par la justice ? J’en doute. Il n’aura plus de problème avec la justice mais avec sa conscience. Et sa réputation en restera éternellement ternie. Certes, tout passe, et la nature oublieuse de l’homme est bien connue, une nouvelle chasse l’autre, hier c’était un tel, aujourd’hui c’est DSK et demain ce sera un autre… Comme le dit l’Ecclésiaste : une génération s’en vient, une génération s’en va, mais la terre, elle subsiste à tout jamais.

08:32 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Il y aurait beaucoup à dire sur l’hypocrisie de la politique française en matière de prostitution, visiblement ce pays refuse d’admettre la réalité et finalement ce sont celles (les prostituées) que l’état prétend défendre qui sont les principales victimes de ce manque pathétique de discernement.

Ceci dit, on ne se peut s’empêcher de penser que la ligne de défense choisie par DSK est au moins aussi ridicule que les lois qu’il aurait enfreintes.

En effet, en affirmant haut et fort qu’il ignorait que les femmes avec lesquelles ils avaient des relations sexuelles étaient des professionnelles, non seulement il prend les gens pour des cons mais en plus, il fait preuve d’une insupportable prétention en osant prétendre qu’il était persuadé que les jeunes femmes (de l’âge de sa fille) qui se donnaient à lui étaient uniquement motivées par son charme irrésistible….
Ben voyons !!!

Écrit par : Vincent | 06/02/2015

Je souscris, Vincent. En quelques mots, vous résumez à merveille l'hypocrisie de DSK, posture qui lui a permis de faire une grande carrière en se hissant aux plus hauts postes. Il faut espérer que ce procès ne finisse en queue de poisson, avec un non-lieu.

Écrit par : lemondeestetrange | 06/02/2015

Les commentaires sont fermés.