18/10/2014

Titre de la noteLe phénomène MACRON n’empêche pas des sondages accablants pour le gouvernement français

 

Le phénomène MACRON n’empêche pas des sondages accablants pour le gouvernement français

 

 

 

Ce matin, I-Télé présente un sondage du JJD signalant que 81% des Français (sympathisants de gauche compris) pensent que le gouvernement actuel ne sait pas où il va. En effet, la cafouillage se strouve à tous les étages. Certes, il y a à l’évidence une répartitions des rôles : Macron fait une soi disant boulette, Valls l’avant précédé dans la même voie et Hollande recadre l’ensemble, pour ménager sa base socialiste.. C’est bien, mais c’est un jeu dangereux car il faudra  ensuite une guide des égarés, pour parler le philosophe juif du XIIe siècle, Maimonide.

 

 

 

En revanche, ce qui est intéressant, c’est ce qu’on apprend sur la sociologie politique de ce pays qui vieillit, s’arc-boute sur ses privilèges et ne réalise toujours pas qu’il n’est plus une grande puissance. Qui a oublié la phrase perfide de Henry Kissinger disant que la France était une grande puisse … de taille moyenne !!

 

 

 

On l’a vu quand les paras ont sauté sur Kolwesi, il y de nombreuses décennies, on le voit pour l’Irak et la Syrie où il faut battre Daesh et on le voit même aujourd’hui pour éradiquer le virus ébola : tant que les Américains n’avaient pas donné le signale du départ, tout était à l‘arrêt.  On ne peut rien faire sans les USA. Même l’Allemagne a eu du mal à rassembler des avions transall pour expédier des armes aux Kurdes d’Erbil…… La France a mobilisé cinq ou six avions rafale contre l’Etat Islamique. Washington, en une nuit, mène à bien près de 20 frappes ajustées au mètre près.

 

 

 

Il y a surtout le style de gouvernement. Comment voulez vous qu’on y comprenne quelque chose. Il faut plus de lisibilité mais ce qui est plus grave, c’est la découragement qui gagne. ON a vu de grands restaurants de province fermer plus de la moitié de la semaine, et, ensuite, mettre définitivement la clef sous la porte. Motif invoqué : trop de difficultés, trops de taxes, trop de rigidité dans le code du travail, etc… Alors, Emmanuel Macron peut faire ce qu’il veut mais pour peu qu’un député socialiste menace de jouer au frondeur et du plus haut sommet de l’Etat, on revient sur la réforme proposée.

 

 

 

Il faut fair attention : un mai 68 pourrait intervenir en plein hiver, d’autant 2015 ne connaîtra pas d’embellie économique.

 

 

 

Il faut changer de cap, il faut changer, il faut bouger.

 

11:41 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.