07/09/2014

François Hollande, le désaveu.

Version:1.0 StartHTML:0000000105 EndHTML:0000005674 StartFragment:0000002408 EndFragment:0000005638

 

 

François Hollande : le désaveu

 

Il serait temps que nous passions à autre chose, mais que faire , le sort s’acharne sur le président français : ce matin, le sondage du JDD est encore plus catastrophique que tous les précédents. 85% des Français, soit 8 Français sur 10 ne veulent pas de Fr Hollande en 2017. Même les socialistes n’en veulent plus. C’est absolument terrible. Mais ce qui est encore plus cruel, c’est que les rares voix qui s’élèvent pour défendre Fr Hollande sont bien peu nombreuses, bien faibles ou, pour la plupart, manquent de conviction. Il suffit de voir le sourire gêné de Laurent Fabius pour s’en convaincre.

 

Au plan parlementaire, l’idée de la dissolution fait son chemin. De plus en plus de Français recommandent de revenir vers le peuple qui se prononcera. Cette remarque est terrible car elle préjuge de la défiance qui pourrait bien être la réponse de l’Assemblée Nationale au gouvernement de Manuel Valls. Et si cela se concrétisait, ce serait le début d’une crise institutionnelle.

 

Que faire ? Franchement, je l’ignore. Comme je le laissais entendre et comme des journalistes l’ont dit clairement, il faudrait que Fr. Hollande prenne une initiative qu’il est le seul à pouvoir prendre. Le fera t il ? Les commentateurs avertis relèvent que si les institutions servent la République, elles ne doivent pas servir de bunker au président.

 

Ce qui se passe aujourd’hui est absolument inédit. Devant la décomposition de la gauche et le désordre de la droite, le FN progresse presque mécaniquement. Sans effort, sans astreinte, il rafle toute la mise. Ce n’est pas qu’il progresse dans l’opinion, c’est tout simplement le désaveu et le discrédit des partis traditionnels qui le font monter.

 

Rendez vous compte : Marine Le Pen qui est créditée d’une victoire aux élections présidentielles si elles avaient lieu demain.

 

Il est des moments où le bien supérieur de la République exige des plus hautes autorités de l’Etat qu’elles oublient leur intérêt particulier pour le bien être de tous.

 

Et ce moment est venu.

 

09:36 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.