27/03/2014

La situation politique en France

La situation politique en France…

On prête à Jacques Chirac une expression un peu triviale, digne d’un officier de cavalerie : Les emmerdes volent en escadrille… En bon français ; un malheur n’arrive jamais seul… Lucide réflexion sur l’action politique, ses hauts et ses bas, ses périodes fastes et néfastes ! C’est bien la seconde hypothèse qui caractérise sans conteste la situation politique de François Hollande. On se défend mal de l’impression d’une certaine impéritie, voire de désarroi de la part du chef de l’Etat qui a du mal à forcer sa nature et à trancher dans le vif. Son prédécesseur n’aurait pas manqué de le faire.

C’est que jusqu’au dernier moment, le chef de l’Etat a espéré que cette improbable inversion de la courbe du chômage finirait par arriver. Un peu comme le Messie qu’on attend mais dont on nous explique qu’il ne viendra que plus tard. Comme le chamelier dans le désert qui espère la plus fine rosée qui suit une grande sécheresse mais qui tarde à arriver..

Non seulement les élections municipales ont été perdues et bien perdues (aucun institut de sondage ne prévoit de ressaisissement des électeurs de gauche) mais le coin de ciel bleu auquel il s’accrochait n’est pas visible : le taux de chômage n’a pas baissé, il s’est au contraire aggravé. L’horizon est entièrement bouché…… Et dernière chose mais qui n’est pas la moindre : près de 80% des Français, de droite comme de gauche, exigent un remaniement rapide et profond. Ils redoutent que le chef de l’Etat se contente d’un simple remaniement cosmétique. Certains, comme les députés PS, n’hésitent plus à réclamer ouvertement un départ du Premier Ministre actuel. C’est un peu la recherche d’une victime expiatoire, une sorte de bouc émissaire  chargé de tous les péchés d’Israël… Jean-Marc Ayrault a fait ce qu’il a pu et le chef de l’Etat lui-même a changé de politique au milieu du gué, le 14 janvier. Mais il n’a pas mis ses mesures en application.

Quel est l’enjeu ? Laurent Fabius vient de le définir sur I-Télé avec la grande clarté qui le caractérise : baisser un peu les impôts des ménages afin de relancer la consommation, baisser de manière significative les dépenses publiques, baisser les charges des entreprises qui sont les seules à créer de vrais emplois et non des Ersatze d’emploi..

Le problème est que le chef de l’Etat ne veut pas provoquer une crise en optant clairement pour de telles mesures. Il est à la fois l’otage de la gauche du PS et des écologistes qui ont osé s’opposer publiquement à l’entrée de Manuel Valls à Matignon : du jamais vu sous la Ve république.

François Hollande pourrait se passer de l’appoint de ces supplétifs de la majorité que sont les écologistes. Mais voilà il redoute la candidature de C. D. en 2017 qui lui ferait perdre quelques pourcents sur sa gauche. D’où son obsession de la ménager et de ne pas la sanctionner. Or, de grandes décisions s’imposent pour le bien du pays.

Et plus on retarde les grandes décisions et pire sera la situation. Il faut donc d’abord remanier largement et en profondeur, et ensuite appliquer franchement les bonnes mesures. Les deux années écoulées prouvent qu’il en est ainsi.

08:34 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Dans la situation actuelle, comment imaginer que le Président de la République puisse songer à une réelection en 2017 et à redouter pour cela à une candidature de C.D ?
Est ce d'un remaniement ministériel, même profond, dont la France a besoin ?
Puisque l'auteur de ce blog a la retenue compréhensible de ne pas aller jusqu'au bout de son excellente analyse, je crois pouvoir me permettre de dire, moi qui ne suis qu'un simple citoyen, que la conclusion logique serait le départ pur et simple de Monsieur François Hollande !
A défaut d'avoir été compétent, il en tirerait au moins l'avantage d'être considéré comme responsable !

Écrit par : Gérard | 27/03/2014

Comme Fabius l'a (enfin) dit : "baisser un peu les impôts des ménages afin de relancer la consommation, baisser de manière significative les dépenses publiques, baisser les charges des entreprises qui sont les seules à créer de vrais emplois".
Mais comment, dans un Etat où la ponction fiscale totale (y compris les cotisations sociales -33%- et la TVA 20%) sur le salaire brut d'un cadre moyen dépasse aujourd'hui les 80% !!! Sur un salaire brut de 5.000€/mois il retourne plus de 4.000€ à l'Etat sous une forme ou une autre.

La 1ère mesure devrait être une réduction drastique des dépenses de l'Etat et une réorganisation complète de ses administrations millefeuilles et redondantes. Une fusion des communes afin d'en réduire les redondances inutiles.
La seconde devrait concerner les entreprises trop taxées. Mais bien évidemment la syndicratie française et les partis de gauche s'y opposeront.

Et une mesure dont personne ne parle. Pour créer une entreprise il faut au minimum 3 (6 !) mois. Et le jour ou vous recevez votre Kbis (le document authentifiant votre entreprise),vous recevez dans la semaine qui suit une demande de l'URSSAF (Sécurité sociale) vous intimant l'ordre de déclarer vos employés et de payer un acompte sur leurs salaires. Vous n'avez encore rien facturé, rien vendu, que l'Etat vous demande de payer.
Deux mesures s'imposent donc. Réduire les délais de création à une semaine maximum et laisser au moins 6 mois (1 an) gratuits à l'entreprise pour commencer à régler ses comptes auprès de l'URSSAF.

Bref, la France étouffée par son administration pléthorique et millefeuillesse d'un autre âge et ses dépenses somptuaires d'ex Grande Puissance, ne pourra s'en sortir que si de Gaulle renait de ses cendres. Et ce n'est ni Hollande ni Sarkozy ni Marine ni C.D. ni d'aucun issu de l'ENA qui pourra avoir la poigne et l'intelligence de le faire.
Il faudrait une révolution !

Écrit par : Lambert | 27/03/2014

@Lambert je ne sais pas s'ils sont nombreux a avoir souri après avoir entendu ce qui ressemble à un poisson d'Avril.Mais cette soi disant baisse d'impots est une véritable tartuferie.
Acheter le peuple de cette manière va faire ressusciter le grand Argentier Richelieu
quand on pense à l'épaisseur de l'écran de fumée derrière lequel se cache de nombreux politiciens on comprend mieux pourquoi il valait mieux arrêter de fumer,pour deviner plus rapidement leurs fumisteries
C'est un vrai jeu de dupes ni plus ni moins

Écrit par : lovsmeralda | 27/03/2014

Le problème des politiciens est de trop souvent penser aux échéances électorales au lieu de travailler dans le concret à l'amélioration des conditions cadres du pays. Les réformes de fond, la diminution du train de vie de l'Etat (dépenses publiques)sont systématiquement laissés de côté au profit d'une vue purement électoraliste. Pas possible d'avancer dans de telles conditions.

Écrit par : uranus2011 | 27/03/2014

Les commentaires sont fermés.