24/03/2014

Les élections municipales en France

Les élections municipales frnçaises : cinglant désaveu pour le pouvoir

C’est ce que titrent tous les grands journaux français ce matin. Les télévisions et les radios le clamaient depuis hier à 20 heures : le PS et le gouvernement sont lourdement sanctionnés par les électeurs qui expriment un ras le bol inquiétant. Non seulement ils rejettent la majorité en place mais ils accordent leurs voix, et donc leur confiance, au Front National. Et comme un malheur pour la majorité n’arrive jamais seul, la mairie de Hénin-Beaumont est ravie par le FN dès le premier tour alors qu’à l’inverse aucune ville importante n’est gagnée par le PS et ses alliés verts.

La presse s’en donne à cœur joie ; désaveu, punition, rejet, sanction… Et ce n’est pas tout. Je crois que le président porte une certaine responsabilité dans ces résultats. Il y a d’abord sa politique et ses conséquences sur le pouvoir d’achat : la pression fiscale a indisposé même les électeurs de gauche. Il y a ensuite l’impression qu’ils ont de parler à un mur. Fr. Hollande a été étrangement absent et les Français n’ont pas apprécié cette attitude. Des voix se font entendre au sein de la majorité pour réclamer des changements qui ne soient plus cosmétiques. La gauche n’a plus confiance en la gauche. Il est vrai qu’objectivement la situation est très difficile et la droite n’aurait peut-être pas mieux fait. Mais il y a des erreurs, des fautes d’appréciation  que l’on aurait pu éviter.

Regardez la liste des ténors de la droite élus dès le premier tour, et aucun du côté du parti de la majorité. J’ai sérieusement regardé ce qui s’est passé dans cette ville remportée par le FN : on y voit des Français comme les autres, ni racistes ni antisémites, ni xénophobes mais qui veulent se sentir en France chez eux. Les deux partis majoritaires UMP et PS ont mis du temps à réaliser que l’immigration était, pour certains, devenue le pivot, le marqueur de la politique : ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Un repli sur soi, voire une crispation, prend place, c’est indéniable. Beaucoup de Français se demandent pourquoi tant d’immigrés avec leurs problèmes, leurs revendications, leurs conceptions et leurs modes vie différents des leurs, viennent ici chez eux.. Bien entendu, ce schéma est simpliste, mais il reflète le mode de pensée d’une majorité croissante d’électeurs. Voyez l’exemple de Marseille où la droite et le FN totalisent une grande majorité qui rejette la gauche…

Plus qu’une tendance lourde, le Front National a réussi à imposer une dynamique, c’est plus et c’est plus grave :  une dynamique c’est plus qu’une lame de fond, une vague géante, c’est quelque chose qui persiste et dure. En clair, les choses vont s’aggraver pour le gouvernement d’ici aux  élections européennes où le FN est donné premier parti d e France.

Certains commentateurs ont ce matin stigmatisé l’autisme, réel ou supposé, du président de la République. Il est vrai que certaines initiatives ou absences d’initiative lui sont sévèrement reprochées.. En fait, la France va mal et même s’il y a des responsabilités individuelles, c’est la situation globale qui est en cause. C’est pourquoi un gouvernement d’union nationale avec des objectifs et une durée bien définis serait indiqué. Dans une quinzaine de jours, la France aura changé.. Le bipartisme droite / gauche aura vécu. Il y a, qu’on s’en félicite ou s’en lamente, un autre, un troisième parti qui s’est enraciné dans le paysage. Le mandat du maire dure six ans. Le FN va avoir plusieurs villes, il aura des milliers de conseillers municipaux, donc des  maires et des sénateurs. Ni la droite ni la gauche n’ont trouvé la bonne recette.

C’est bien là la leçon que viennent de leur administrer les électeurs, tant ceux qui ont voté que ceux qui se sont abstenus…

08:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.