22/02/2014

François Hollande va t il pratiquer l'ouvreture politique?

 

François Hollande va t il pratiquer l’ouverture politique ?

 

 

 

Que veut dire exactement le président Hollande lorsqu’il entend promouvoir le dialogue politique en Ukraine ? Est ce une manière indirecte de dire que le président a compris que la situation du pays, de la France, était telle qu’il ne pouvait le redresser qu’avoir le soutien et le concours de tous ? Certes, la phrase s’appliquait à l’Ukraine mais quand on connaît la virtuosité politique de l’actuel président, on peut légitimement se demander s’il n’avait pas autre chose en tête.

 

 

 

En France, les élections municipales approchent et elles menacent d’être ravageuses, dévastatrices pour le pouvoir en place : aucun sondage, je dis bien aucun sondage, ne prédit, non pas une victoire mais un simple maintien des positions du PS dans les villes les plus importantes. Certes, les vainqueurs et les vaincus auront beau dire que des matchs locaux n’ont pas la même valeur que l’élection présidentielle, il demeure que l’impopularité du président Hollande ne laisse pas d’être inquiétante. Que ce soit au lendemain des municipales ou après les européennes, il lui faudra donner une impulsion nouvelle.

 

 

 

Le problème est qu’il temporise alors qu’il faudrait administrer un électrochoc au pays qui ne se sent pas vraiment gouverné. 2014 ne renouera pas avec la croissance et ce n’est pas 0,4 ni O,5 % qui y changeront quelque chose. Des experts indépendants, n’ayant aucune orientation politique connue ou avouée, prédisent tous qu’il faudrait une croissance d’au moins 2% pendant de nombreuses années si l’on veut inverser la courbe du chômage…… Es pas un simple changement cosmétique.

 

 

 

Le président Hollande semble l’avoir compris, si l’on en juge par les initiatives qu’il prend et l’ouverture qu’il pratique à l’endroit des investisseurs étrangers, nonobstant quelques déclarations irréfléchies sur la finance internationale et sur ceux qui gagnent 4000 € par mois ! A tout péché miséricorde…

 

 

 

Le président a aussi compris que s’il ne changeait pas de rythme ni de cap sa réélection en 2017 serait irrémédiablement compromise. Or, ses discours le prouvent, il y pense tous les matins et pas seulement en se rasant..

 

 

 

Un gouvernement d’union nationale de 18 mois, établi sur un programme précis, serait indiqué. Mais la mentalité des Français et de la classe politique s’y opposent.

 

 

 

Ce n’est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière…

 

10:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.