17/12/2013

La France et ses immigrés.

La France et ses immigrés : la place de l’Islam dans ce pays

Tout le monde a entendu parler de ce rapport, apparemment publié par mégarde sur le site de Matignon et a suscité lire, voire le grand courroux du président de la République, furieux d’apprendre par ses conseilleurs le contenu étonnant de ce rapport, rédigé dans un esprit tout à fait inattendu.

Le journal Le Figaro a fait sa une sur ce rapport qui évoque, aux yeux de certains critiques, une forme d’islamisation de la France, que cette impression soit fondée ou infondée. Le rapport, rédigée par conseiller d’Etat dont les idées étaient connues, suggère d‘aller bien au-delà de l’intégration et veut parler d’inclusion. Que signifie ce terme ? Eh bien, l’auteur nous le dit : il opte pour une place toujours plus grande accordée à l’immigration non européenne, la généralisation de l’apprentissage de la langue arabe, la refonte des manuels d’histoire de France où plus de place serait accordée à la colonisation et à l’héritage arabo-musulman de l’Hexagone, donner des noms de rues et de places à des personnalités musulmanes, etc… En une phrase favoriser l’émergence d’une sorte de pays franco-musulman.

Je ne me prononce pas sur le bien-fondé ou l’imprudence d’une telle proposition, mais je note que tout le monde, tous les acteurs de la vie politique de droite comme de gauche ont pris leurs distances avec de telles propositions. Il suffisait de voir les traits du visage du président Hollande pour s’en rendre compte.

Marine Le Pen ne pouvait pas ne pas se saisir de la chose. Elle avait été précédés dans cette affaire par les dirigeants de l’UMP qui ont dénoncé de telles idées.

Quelles que soient les idées que l’on peut se faire de cette question, la place des immigrés non européens en France, un constat s’impose : l’affaire reste très sensible, bien que tous les gouvernements aient toujours remis à plus tard cette épineuse question. Surtout lorsqu’on lit dans ce fameux rapport qu’il faudrait permettre le port du voile dans certaines conditions, que la laïcité ne devrait pas être aussi stricte, etc…

Comment réagir d’une manière objective et intelligente dans un débat qui touche au cœur même de l’identité française ? Je pense que la population n’est pas encore mûre pour supporter de tels changements. L’histoire de France ne peut pas s’accommoder d’une si grande place dévolue aux rites religieux ou qui s’en inspirent.

Veillons, toutefois, à ce que personne ne puisse exploiter ce problème politiquement. Pour le reste, l’avenir nous dira…

10:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.