14/10/2013

La France basculerait-elle à droite?

La France basculerait-elle à droite ?

 

Il existe des démons bien français : une simple élection cantonale dans le Var et vola que le pays tout entier se passionne pour les résultats d’une élection, connus d’avance. C’est toute la situation générale du pays qui est responsable de cela : le gouvernement, malgré toute sa bonne volonté, ne parvient pas, malgré certaines formules incantatoires à redonner de l’espoir et de la confiance. Le président de la République et le ministre de l’économie sont probablement les deux seules personnes dans ce pays à croire en un retour de la croissance. Ce que les Français constatent, c’est la crise avec son cortège infini de mises à pied, d’insécurité et de matraquage fiscal. Nous ne disons pas que ce gouvernement pratique une telle politique de gaieté de cœur mais il n’ a guère de prise sur ce qui se passe. Or, les Français sont confrontés aux conséquences de la crise et ne voient rien venir, si ce n’est des discours et des formules incantatoires.. Il faut aussi dire que le combat à Brignole était inégal : avez vous vu le sourire commercial de la candidate UMP, légèrement condescendant et complaisant à l’égard de son challenger plus heureux, jeune, fringuant, bien mis et affichant un sourire net et pas surfait… Certes, la perdante a tout de même fait une remontée spectaculaire mais qui n’a pas suffi. C’est sur ce dernier point, décisif, qu’il faut porter notre attention. J’ai bien regardé les visages des partisans du FN, j’ai bien vu et revu leurs réactions à l’annonce du résultat, j’ai aussi attentivement leurs commentaires et ceux-ci m’ont stupéfait. Ils disaient, entre autres, qu’ils étaient enfin chez eux (On est chez nous)… Tous étaient des sexagénaires ou même des septuagénaires qui ne supportent plus d’être envahis par des étrangers issus de culture et de croyances si éloignées des leurs. Aucun gouvernement n’a voulu les entendre ni prendre un tant soit peu en considération leurs demandes. Moi-même, je n’imaginais l’étendue de ce mal ni l’état d’exaspération de cette population. Pour dégonfler l’expansion du FN il faudrait revoir de manière stricte la politique de l’immigration, et, dans son sillage, celle de la ville et des banlieues. Ce qui m’a frappé, c’est que deux heures avant le résultat, Marine Le Pen a victorieusement tenu tête à trois journalistes de la presse écrite qui tentaient de la déstabiliser sur LCI. Quoi qu’on pense, que l’on soit ou non d’accord avec elle, elle est sortie victorieuse de cette confrontation. Il y a donc fort à parier qu’hier, elle a pu, en plus de Brignole, engranger au moins un demi million d’intentions de votes pour les élections européennes et municipales. Elle a parlé du coût de revient de l’immigration qu’elle relie à la fois au chômage et à l’insécurité. Il y eut peu de réaction de la part de ses intervieweurs … Cette poussée semble inexorable. Un exemple de la situation psychologique du pays : hier une dame dans un supermarché qui ouvre le dimanche gare Saint Lazare a dit ceci : il faut libérer l’économie pour permettre aux gens qui ont encore un peu d’argent, d’acheter ce qu’ils peuvent acheter.. Vous avez bien lu cette dernière phrase… C’est absolument incroyable. Le gouvernement est en place depuis 17 mois. Que faire ?

08:41 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.