30/08/2013

La grande confusion autour de la Syrie

La grande confusion autour de la Syrie

Si au moinscette avlse hésitation conduisait le tyran de Damas à s'amender et à respecter son peuple, alors, cette confusion serait bienvenue. Mais en réalité, même si les USA vont de toutes manières y aller, il aurait fallu éviter cet immense battage médiatique qui n'avait plus qu'ç ajouter la date et les lieux exacts de la réaction occidentale. Il ne fallait pas agir de la sorte.

Que va t il se passer désormais? Les USA vont agir. Est ce bien, est ce mal? Les deux options se défendent. Car si l'attaque intervient vraiment, les conséquences sont dures mais pas incalculables, ni la Syrie ni l'Iran ne sont en mesure de réagir fortement. Mais si rien ne se passe, alors BAchar se sentirait reagaillardi, les Occidentaux passeraient des impuissants et des incapables aux yeux des Orientaux et l'opposition syrienne, tant politique que militaire, serait désespérée.

Dans un cas comme dans l'autre, l'affaire a été mal engagée. Mais je ne vois pas le Pr Obama rester inerte, ce serait la fin de sa crédbilité à tout jamais. Or, il est encore à  la tête des US pour trois longues années..

Et puisq eulel beptise: annoncer des frappes alors que les experts de l'ONU sont encore sur place!!

Quant au vote (non contraignant) du parlement britannique, il ne faut pas en surévaluer l'importance: sans agir  visiblement, les Britanniques peuvent agir en coulisses, surveillant l'espace aérien syrien, espionnant les communications entre les unités militaires et assurant les arrièresde l'armée US. Et puis l'Amérique peut très bien agir seule

Ici, en Israël, la vie coule comme un long fleuve tranquille. Hier soir, les gens vaquaient à leurs occupations, faisant leurs emplettes pour lez chabbat. Mais le gouvernement a discrétement rappelé quelques milliers de réservistes afin de parer à toute éventualité.

07:43 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Sans être un stratège de haut niveau, il paraît effectivement évident "qu'il ne fallait pas agir de la sorte" !
Ce triste exemple de la position de l'Occident vis à vis du problème syrien relance la polémique sur la réelle compétence des plus haut responsables des pays du monde occidental.
C'est vrai pour les USA mais pas uniquement. En France, il est désolant de constater que l'action désordonnée des "tetes politiques" conduit à des situations ubuesques mais lourdes de conséquences. Par exemple faire passer des promesses déraisonnables de campagne électorale avant l'intérêt du pays et de ses administrés ou bien partir en campagne en 2013 pour une échéance électorale en 2017, ou bien engager un inventaire des carences du précédent gouvernement alors qu'on y a participé et que la moindre des choses serait de ne pas se déchirer sous les yeux de l'adversaire et des électeurs !
En bref, y a t il des pilotes dans ces avions....?

Écrit par : Gérard | 31/08/2013

Les commentaires sont fermés.