29/06/2013

Le président Morsi ira-t-il au terme de son mandat?

Le président Morsi ira-t-il au terme de son mandat ?

En Egypte, la situation n’est franchement pas bonne, tant au plan économique qu’au plan politique. L’actuel président est un président par défaut, il n a fait que remplacer le candidat des Frères musulmans, invalidés par la commission électorale pour un problème de nationalité.

M. Morsi n’a vraiment pas la stature d’un homme d’Etat, ses différentes initiatives le prouvent : au lieu de pratiquer une politique d’union politique et de reprise économique, il enchaîne les mesures favorables à son partie, remplace les hauts fonctionnaires par des partisans à son dévotion et cherche à tout prix à islamiser le pays. Il ne prend pas les bonnes décisions
Le résultat ns s’est pas fait attendre : le pays est ruiné et n’a dû son salut qu’à un prêt d’urgence de deux milliards par les émirats et l’Arabie saoudite, les investissements fuient un pays en crise permanente et où règne l’insécurité, les touristes ont déserté le pays alors que cette branche était la plus prospère du pays.

Mais aujourd’hui, l’Egypte ne parle plus d’amender la politique de ce président, elle parle ouvertement d’en changer. Le franchissement de ce palier ouvre les paris ; dans combien de temps, l’armée interviendra-t-elle ? Il n’est pas question de renverser un président élu mais si les troubles devaient persister et l’anarchie s’étendre à tout le pays, il faudra bien qu’elle restaure l’ordre public. En Egypte, le police n’est pas équipée pour des opérations de maintien de l’ordre et si l’on fait appel à l’armée, il y a de fortes chances pour qu’elle se maintienne. Et cela peut durer des années.

Au plan diplomatique, c’est à la fois rassurant et inquiétant. Car si même l’Egypte, centre de gravité du monde musulman au Proche Orient est l’objet de heurts internes, que restera t il ? La Syrie est en ruines, l’Irak en proie à de sanglantes confrontations, la Libye en anarchie, le Liban au bord de l’implosion, la Turquie en plein émoi suite à la politique de M. Erdogan… Oui, que va t il rester au Proche Orient ? Un petit pays, très démocratique, fort d’une très puissante armée, avec une économie saine et prospère et une population d’un haut niveau d’éducation. Devinez à qui je pense…

11:22 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Vous oubliez d'ajouter "honnie d'une grande partie des citoyens d'Europe, qui seraient prêts à toutes les concessions pour s'acheter une paix illusoire".

Écrit par : Mère-Grand | 30/06/2013

Les commentaires sont fermés.