19/01/2013

Titre de la noteLes mystères d’une attauqe djihadiste contre le site gazier algérien

Les mystères d’une attauqe djihadiste contre le site gazier algérien

 

Ce qui frappe le plus les observateurs avisés qui connaissent bien l’Algérie et l’essence de son régime depuis le jour de l’indépendance de ce pays, ce n’est que les autorités ne communiquent pas sur ce qu’elles font présentement, ni  leur refuse de dire combien il y a de morts (hélas) et de blessés, ni même la brutalité (qui s’imposait) de leur assaut, non, ce qui étonne c’est la déconcertante facilité avec laquelle les islamistes ont réussi à se présenter tranquillement, sans être inquiétés, devant les portes de ce site gazier dont on disait à qui voulait l’entendre que c’était une sorte de Fort Konx…

 

Certes, il y eut d’abord un flottement sur le point de départ des assaillants ; certains ont voulu établir un lien avec les événements au Mali, mais ce pays est trop loin, d’autres ont songé à la Libye voisine, d’autres enfin à la Mauritanie …On avait l’impression qu’on cherchait à dissimuler une autre vérité, la seule qui s‘impose vraiment, c’est que les terroristes étaient déjà sur place, tapis dans l’ombre sur leur propre sol en Algérie… Comme les journalistes œuvrent vite, comme ils sont tenus de fournir des informations à la va vite, ils ne réfléchissent pas assez. Dison aussi, à leur décharge, qu’on ne leur en laisse pas le temps.

 

Mais imagine t-on un convoi d’au moins dix véhicules lourdement armés traversant des  distances immenses dans le désert sans être repéré ? Certes, ils portaient des uniformes de l’armée algérienne, mais tout de même, ce pays est bien contrôlé et on ne comprend pas que ce convoi soit arrivé de si loin sans encombre : comment auraient –ils pu faire près de 1500 km et être frais et dispos pour leur attaque ?

 

Une autre constatation nous force à aller plus loin : lors de la lutte à mort (plus de 150.000 morts) opposant l’armée aux terroristes durant les années quatre vingt dix, jamais personne n’a pu s’approche de ces sites gaziers qui sont la poule aux œufs d’or du pays. Comment donc, soudain, les terroristes s’ y introduisent sans problème ou presque ?

 

Même la formulation des revendications des terroristes ne laisse pas d’être composite et masque mal une main éditoriale peu assurée. La guerre au Mali n’a rien à voir avec l’opération, en revanche, la demande de libérer des prisonniers est plus naturelle, tout comme la volonté de faire élargir des djihadistes emprisonnés par les USA… Cela demeure fantaisiste, mais cela a un rapport naturel avec l’attaque. Même si l’on sait que l’Algérie ne négocie jamais ce type de choses.

 

On ne peut pas ne pas penser aux manipulations suspectées jadis de certains groupes terroristes auxquels on attribuait un peu trop facilement des massacres au cœur même de l’Algérie. Nous ne disons pas, nous ne le pensons même pas, que les autorités auraient elles mêmes monté l’affaire, c’est absolument à exclure. Certains organes de presse susurrent déjà l’existence probable de complicités intérieures. Dans le langage des spécialistes de ce genre d’affaires, inside job. Ce ne sont, à ce jour, que des suppositions non étayées par des prueves dignes de ce nom

 

Et le gouvernement français dans cette affaire ? Il ne veut pas froisser la susceptibilité des Algériens devenus des alliés à ménager car ils sont aussi délicats que du mimosa quand il s’agit de leur souveraineté nationale. On l’a vu dans leur réponse aux propositions d’aides étrangères..

 

Mais patience, tout finit par se savoir. Et peut-être que toutes nos hypothèse seront balayées par des versions officielles dignes de foi. Nous le souhaitons vraiment car certains aspects de cette affaire sont troublants.

10:03 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.