21/10/2012

L’assassinat du général libanais Wassam am-Hassane, chef de la sécurité intérieure à Beyrouth

L’assassinat du général libanais Wassam am-Hassane, chef de la sécurité intérieure à Beyrouth

 

Ce qui s’est passé hier ou avant-hier dans la capitale est un drame sans nom. Non seulement un fidèle serviteur de l’Etat libanais souverain a été tué dans un attentat qui a coûté à tant d’autres personnes et fait près d’une centaine de blessés, mais en plus il ravive des craintes que l’on croyait oubliées : le retour de l’instabilité chronique qui a fait du Liban un pays ravagé par les factions qui l’ont conduit à sa perte avant que des hommes politiques courageux ne réussissent enfin à redresser la situation.

 

Aucun doute ne subsiste sur l’identité des meurtriers ni sur celle de leurs commanditaires : il suffit de rappeler que le défunt général, proche de Saad Hariri, avait arrêté un ancien ministre libanais, retour de Damas, avec dans sa voiture des explosifs. Comme l’affaire est encore en enquête, il vaut mieux s’en tenir là, mais on peut se demander à qui profite le crime. Inutile de chercher très loin, ce sont les mêmes forces obscures qui défendent au Liban les intérêts de la Syrie et ne reculent devant rien pour parvenir à leurs fins.

 

Ce qui apparaît au grand jour, c’est que le régime syrien aux abois cherche à déstabiliser son voisin libanais afin de l’entraîner dans sa chute et, au final, de provoquer une déflagration régionale, qui lui permettrait alors de sortir de son isolement et de retourner la situation à son avantage. Pauvres illusions !

 

Mais entre temps, ce pauvre Liban paie une lourde facture.

 

La révolution syrienne bat son plein et ne s’arrêtera pas là. Mais le Liban devra absolument de libérer des suppôts des Syriens qui minent son intégrité et bafouent sa souveraineté. Comment de temps durera encore le régime syrien ? Ceux qui prévoyaient sa chute dans un avenir prévisible se sont trompés.

 

Il est temps de changer de stratégie…

19:48 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.