28/09/2012

Benjamin Netanyahou et la bombe iranienne

Benjamin Netanyahou et la bombe iranienne

 

Le monde entier a suivi la démonstration de B. Netanyahou hier à New York au siège de l’ONU, alors que se tenait l’assemblée générale. Le premier ministre israélien a fait une démonstration qui était à la juste claire et univoque : il faut une ligne rouge aux Iraniens, faute de quoi leur potentiel nucléaire sera détruit. Telle est la position de l’Etat d’Israël.

 

Petite rétrospective : depuis son existence ou plutôt sa renaissance, l’Etat d’Israël, marqué les aléas tragiques de l’histoire juive, n’a jamais confié sa sécurité à d’autres. L’exemple le plus terrifiant fut le bombardement d’un navire espion américain qui croisait dans une zone d’opérations de l’armée de l’air : il fut bombardé deux fois en piqué, causant la mort de plusieurs marins US. Israël s’est excusé mais agira de nouveau de la sorte si besoin est… C’est triste, d’autant que les USA sont, après D-, le meilleur allié de l’état juif.

 

Cette menace est grave et il faut la prendre au sérieux. Il n’est pas exclu que l’actuel président US fasse volte face et lance une action préventive, surtout si les Israéliens décident d’en faire autant.

 

La guerre n’est pas jamais mais comme le disait la citation célèbre, c’est la poursuite de la diplomatie par d’autres moyens. Il est indéniable que l’Iran des Mollahs s’est engagé depuis des années sur sentier dangereux, menaçant publiquement et à maintes reprises d’annihiler Israël. Le président iranien l’a redit hier à la tribune de l’ONU. Même le leader palestinien a été moins virulent à cette même tribune, reconnaissant l’existence d’Israël et affirmant ne pas vouloir délégitimer qui que ce soit.

 

Décidément, le proche orient ne connaître donc jamais la paix. Est ce une malédiction divine ou simplement une faillite du penser humain ? Je crains fort que lorsque les bombes s’écraseront sur les sites nucléaires, toutes nos spéculations seront tardives et dépassées.

 

09:32 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.