09/09/2012

Et s’il fallait aller chercher les motivations du quadruple meurtre de Chevaline (ANnecy) du côté de l’Irak ?

Et s’il fallait aller chercher les motivations du quadruple meurtre
de Chevaline (ANnecy) du côté de l’Irak ?

C’est un crime particulièrement odieux qui occupe toutes les polices
de France et du Royaume Uni : trois personnes d’origine irakienne,
d’une même famille, un cycliste passant par là par hasard, ont été
massacrés par un ou des tireurs particulièrement aguerris puisque
n’ayant laissé aucune chance à leurs victimes. Deux petites filles
traumatisées par ce qu’elles ont vu et subi, l’une sauvagement battue
et laissée pour morte par les assassins et l’autre, âgée de quatre ans
tout juste, ayant eu le réflexe de se dissimuler sous les  jambes de
sa pauvre mère mortellement atteinte…

Qui a fait cela ? Qui a commandité tous ces crimes ? La piste
familiale est apparue trop vite pour être vraie. Elle ressemble fort à
une tentative d’égarer les enquêteurs et de les mettre sur une fausse
piste. Ce serait le frère de la victime qui aurait eu un grave
différend financier avec frère, portant sur la dévolution d’un
héritage paternel que l’on suppose conséquent. Mais voilà, ce même
frère s’est de lui-même présenté à la police et dénie toute
implication dans ce crime odieux. Des témoins du voisinage qui
connaissent cette famille depuis les années 70, date à laquelle le
père et ses fils ont quitté l’Irak pour venir en Europe, affirment que
le frère serait absolument incapable d’exécuter ou de commanditer un
tel acte.

Et voilà que ce matin même, les chaînes d’information parlent d’une
implication proche orientale : la victime aurait été très préoccupée
ces derniers temps, sans en dire plus à ses amis qui relaient cette
impression, et serait revenu d’un voyage en Irak afin d’y récupérer
des biens spoliés par l’ancien régime. On parle même d’une usine
d’élevage de poulets. Est ce vrai ? Est ce de nouveau une fausse piste
? Nul ne sait pour le moment.

Un autre témoin sollicité qui connaissait un peu la victime est allé
plus loin. A ses yeux, il faut tenir compte du métier de la victime
qui était ingénieur et il a même suggéré l’idée ou le soupçon d’une
implication dans des affaires d’ordre militaire…

Une chose est certaine, au-delà de toutes ces conjectures : un tel
massacre n’a pu être ordonné que pour des raisons hautement
importantes et son exécution n’a pu être menée à bien que par des
professionnels qui ont pensé à tout… Donc, la thèse de l’action
purement crapuleuse semble assez peu étayée. Restent les autres
pistes. S’il s’agit vraiment de ce que nous conjecturons, alors les
policiers ne tarderont pas à le savoir. De telles opération
généralement une signature et l’usage d’un pistolet automatique ainsi
que du tir d’une balle dans la tête afin d’être certain qu’aucun
adulte ne survivra, ne sont pas l’effet du hasard. C’est une technique
qui s’apprend dans les lieux destinés à cet effet.

22:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.