21/07/2012

Questions syriennes…

Questions syriennes…

 

Les récents développements en Syrie suscitent bien des interrogations dont nous attendons les réponses. Et le développement le plus sillant et le plus extraordinaire est effectivement l’attentat perpétré contre les hommes clés du système sécuritaire du régime d’el Assad.

 

Comment, donc, des membres de corps francs, en guenilles, mal équipés et mal commandés, ignorant tout de l discipline militaire, ont-ils pu pénétrer le cœur d’un régime policier parmi les mieux protégés au monde ? La réponse ne fait pas le moindre doute : ils ont bénéficié de l’aide stratégique de services de renseignements, arabes et occidentaux. Une telle action d’éclat n’aurait jamais pu être réalisée sans cette aide, à la fois fine,, aboutie et très bien pensée. Les insurgés, à eux seuls, auraient agi à la manière d’al-Quaida : on sélectionne un candidat prêt au suicide qu’on place au volant d’un camion chargé d’explosifs et qu’on lance à toute vitesse contre le bâtiment visé. Ce fut le modus operandi à Bagdad et ailleurs. Le résultat obtenu eut été aléatoire, c’est la différence qui sépare le sniper, le tireur d’élite de celui qui tire dans le tas. Or, cela ne fait pas encore partie de la culture des insurgés syriens… Mais il ne fait pas écarter un hypothèse voisine, le ralliement de certains membres des services sécuritaires syriens qui lâchent un régime en perte de vitesse. Le plus étonnant est que Bachar en personne eût pu figurer parmi les victimes…

 

L’autre sujet d’étonnement et qui signe la présence indéniable d’experts étrangers aux côtés des insurgés, c’est l’apparition, soudaine, ces derniers jours, d’actions stratégiques coordonnées, ordonnées, suivant scrupuleusement un plan préétabli. Certes, on peut attribuer ces performances à la prise en main des opérations par des généraux qui ont fait défection et communiquent à leurs nouvelles troupes les points faibles du système sécuritaire. Ce n’est pas à exclure. Mais, je le répète, la bataille de Damas, est un pas décisif et assez risqué qui témoigne d’un changement totale. Cette hypothèse est renforcée par l’insurrection qui secoue Alep, la seconde ville du pays. Enfin, le troisième point qui devrait sérieusement inquiéter ce qui restent des troupes loyalistes, c’est le grignotage, le mordançage des extrémités du pays : les frontières. En prenant le contrôle de plusieurs postes frontières avec l’Irak et la Turquie, les insurgés libèrent des portions du territoire national qui leur permettent d’accueillir des experts étrangers mais aussi des armes et des munitions.

 

On se rapproche donc de la fin. Comment de temps durera la contre offensive de Bachar ? Ses troupes sont épuisées par plus de 18 mois de répression. A moins de 100 km de Damas, veillent, sur le Golan, l’artillerie lourde et les canons à longue portée des Israéliens… Le risque de démembrement de la Syrie existe, il est bien réel. Je ne vois pas Bachar et son clan quitter avec armes et bagages la Syrie qu’ils ont toujours considérée comme leur propriété personnelle. Le clan alaouite se barricadera sûrement dans la région de Lattaquié où ils créeront une entité politique nouvelle. A l’abri des canons russes de la base navale de cette cité.

 

Bachar ne réussira pas à reconquérir Damas qu’l quittera pour Lattaquié. Mais il ne quittera pas la Syrie.

09:11 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Plusieurs observations concernant vos analyses et suggestions plutôt sâges si l'on lit les dernires bulletins.
Premièrement bashar le sanguinaire n'est réaparu sur les écrans de façon probante, tout l'appareil du régime n'est pas encore convaincu de fuir le bâteau, car tous savent que le contre-coup sera à la hauteur des traitements pratiqués depuis l'arrivée du père hafez au pouvoir en 1970, tous savent que le régime assad est térrible et les opposants savent à qui ils ont a faire.

Le régime syrien a depuis 1970 fait disparaitre et massacré plus de 300'000 âmes dans le pays, chaque famille syrienne tremble rien qu'à la sonnorité du mot "assad", ces derniers père et fils, ont placés de véritables psychopathes dans les services de sécurité intérieur, lorsqu'un syrien était invité à se rendre dans les bureaux des services al mukhabarat, il savait pertinament qu'il ne revérait plus jamais le jour, que si il ne s'y rendait pas, toute sa famille finirait pareillement, voir tout le village, que les 90% des victimes des mukhabarat étaient choisies arbitrairement, juste dans le but d'instaurer la terreur à grande échelle, hafez a fait bombarder puis gazé une ville entière causant plus de 50'000 victimes, juste parce qu'elle abritait des opposants.

Ca ne rigole pas avec les assad, ça les syriens le savent parfaitement !

Donc l'opposition sait qu'aucune pitié n'est sur la table depuis le début du processus de libération du pays, même plusieurs pays européens craignent les chantages au terrorisme des assad, de nombreuses alertes "vermeilles" en France ayant été mises sur les dos des talibans afghans, venaient en fait de menaces syriennes, mais même l'Europe craint le régime syrien et ses capacités de nuire, sans oublier la sacro-sainte alliance entre les assad et les mollahs iraniens, qui ne valent guère mieux, nous avons pu le voir lors des protestations en Iran lors des élections truquées de 2009, plus de 10'000 disparations et vicitme en quelques jours, là aussi, des membres du mukhabarat avaient participées aux massacres iraniens.

Je rappel que depuis aujourd'hui le régime assad utilise des gaz de combat à grande échelle sur plusieurs villes syriennes, que les télévisions arabes difusent des images insoutenables et que l'Europe ne voulant pas gâché ses petits jeux de dopés, tourne le dos aux populations syriennes, comme elle le fait depuis le début de la répression assad, mais là, avec un niveau de cynisme pas encore rencontré, la bande à assad le sait et profite de la situation pour commettre un massacre à très grande échelle, cela dans l'indiférence générale.

Mais revenons à votre analyse, aussi, Alep, n'est pas vraiment la deuxième ville du pays, surtout lorsque prend en compte la situation de guerre généralisée dans le pays, Alep est économiquement plus importante que Damas et compte également plus d'habitants que la capitale Damas.

Concernant l'attentat d'avant hier, rien ne prouve que cet attentat n'est pas l'oeuvre des assad eux-mêmes, pour répondes aux questions que vous posez, les assad auraient-ils intérêt de se débarasser de certains généraux et minsitres après les défections de ces dernières semaines ? Les assad, auraient-ils eu des doutes concernant l'un ou plusieurs des personnages ayant explosés il y a 3 jours ?

A mon avis et connaissant les assads, c'est la première question qu'il faille se poser, tout au long de cette crise et ce que les médias ne disent pas, c'est que le nombre de décès au sein de l'armée syrienne n'est pas due aux rebelles, mais bien encore et toujours, le fait des services du mukhabarat, la presse parle des officiers qui ont réussis à rejoindre la "résistance", mais rien n'est dit sur les nombreux membres de l'armée suspectés de trahison et ayant tentés de fuir ! Ni les milliers de soldats obéissant une arme dans la nuque. Au début des affrontement armés, à plusieurs reprises, les mukhabarat ont assassinés les membres de leurs propre armée afin de les servir sur un plateau en argent aux observateurs de l'onu, d'ailleur l'un des responsable de l'onu, Hervé Ladsous, a exprimé à plusieurs reprises que les vicitmes en uniforme de l'armée syrienne avaient toutes été liquidées par les forces d'assad.

Donc, tuer des membres de son propre camp est plus qu'une habitude pour assad et ses mukhabarat, aussi, un très grand silence sur les frères de bashar, maher, bashar, bassel, majid, et la soeur bushra, bassel est mort mais il reste parmi les frères maher et majid, hormis le beau-frère, mari de bushra décédé dans l'explosion. mahrer est le vrai chef de la sécurité des mukhabarat contrairement aux informations récemment diffusées, et ses relations avec le mari de sa soeur, étaient plutôt tendues malgrés les apparences et mahrer reprochait fréquement à bashar de ne pas être assez répressif, il est forr possible que mahrer ait décidé de se débarasser des moins dures du régime et du même coup ait également fait disparaitre bashar. mahrer est le plus proche dans la houarie de rifaat, le frère d'hafez, qui n'a que moyennement accepté que bahar remplace son père, donc les liens entre mahrer et rifaat sont justifiés et leur opinion concernant bashar et sa politique d'ouverture n'allait pas dans le sens de bashar, rifaat était le superviseur et l'oranisateur du massacre de Hama et il avait prsque réussi son coup d'état lorsqu'hafez souffrait de problème cardiaque, donc, la proximité entre mahrer le frère de bashar et rifaat, l'oncle de bashar peut très bien avoir abouti à ce à quoi nous avons assité il y a 3 jours.

Depuis l'attentat des misnistre et généraux du 18 juillet, les ordres ne semblent plus provenir du clan bashar et cela se fait lourdement ressentir, l'utilisation de gaz contre les populations étaient déjà connu de rifaat en 1982 à Hama, rifaat n'en est pas à son premier gazage de civils et mahrer était et doit encore être très admiratif de tonton rifaat.

Aussi, concernant l'énorme héritage représentant plusieurs centaines de milliards, il semble que personne ne voudrait voir trop d'héritier le jour de la succession de bashar et ce n'est pas un détail, rifaat comme mahrer sont connus pour beaucoup aimer le pouvoir et l'argent, mahrer possède dans plusieurs villes d'Europe de somptueuses résidances et équipement jet-set, ce qu'il lui était reproché par bashar, rifaat également rêve de pouvoir, notamment dans ses tentatives d'accesion à des groupes de médias arabes, ce à quoi, il n'a jamais pu accéder, son frère hafez le répirmendait à ce sujet et bashar n'a jamais laissé trainer les numéros de ses comptes en Suisse, rifaat à eu plusieurs cas judiciaires à Londres et Paris, problème de violence avec des prostituées et accident en voiture de sport alors qu'il était alcoolisé, également à Genève, rifaat a réveillé à 4 heure du matin le ministère suisse des affaires étrangères et prit son avion pour se cacher dans une autre ville accueillante.

Donc, je persiste et signe, il s'agit d'un coup interne aux assad, probablement bashar en était la principale cible et nous ne le verrons pas de si tôt faire un discour probant dans lequel il expose explicitement les faits arrivés le 18 juillet et concernant la Syrie, si elle se trouve dans les mains des deux lascars dont je viens de dresser le portrait, la fête risque de battre son plein de victime et cela à partir de maintenant, enfin ça à déjà commencé et les syriens l'on bien compris, raison pour laquelle ils fuient par centaines de millers vers les frontières du pays !!!

Écrit par : Corto | 21/07/2012

C'est pratiquement finit, les observateurs confirment que Alep, la plus grande ville syrienne et la capirale économique du pays est entièrement libérée, les derniers soldats du régime assad ont tous rejoins les rangs de l'opposition et de fait, laissé aux brigades laïques de l'oppositions quantité de véhicules de combats et de blindés, ce qui semble définitif dans le contrôle de la région toute entière.
Un général de l'armée syrienne a également avec les 24 précédents rejoint l'opposition, il s'agit d'un général clé dans le système militaire syrien, également une dizaines de russes dont 5 très importants officiers spécialisés dans les systèmes sol-air ont été capturés par des unités salafistes proche de la ville d'Alep, selon des témoignages, 2 d'entre eux ont été exécutés sur place par décapitation.

Egalement une centaines de personnels de l'armée russe, se sont rendus à la frontière turque, nombre d'entre eux sont blessés et les soldats turques ont dû empêcher un lynchage sur place. Pour l'instant les soldats russes sont maintenus sous protection turque mais sur le territoire syrien.

Sur la cote syrienne, dans la région de l'Atakhié, les combatants des forces rebelles, ont engagés de nombreux fronts contre l'armée du régime d'assad, ces derniers se replient depuis les faubourgs vers le centre de l'agglomération de l'Atakhié, il semblerait que les combats se soient considéramment amplifiés depuis quelques heures entre les blindés de l'armée régulière et des fantassins extrêmement bien organisés et informés.

A Damas, les forces du régime assad, continuent de tenter de défendre les quartiers sensibles de la capitale, les rebels auraient considérablement affaibli les rangs des assad et les quartiers les plus huppés de la ville, où résident les proches du pouvoir, ressemblent de plus en plus à un charnier.
Deux importantes exploisions ont retenties ce soir dans les environs proche du siège du gouvernement, brisant les vitres des immeubles 1 km à la ronde.

L'ALS reprend ses attaques autour de la prison de Adra, la principale prison du pays, cette fois-ci, car ce n'est pas la première tentative de libération des prisonniers, et d'après les membres de l'ALS, c'est la débandade dans les rangs de larmée du régime.

Des soldats de l'opposition sont également postés à portée de missiles stinger des pistes de l'aéroport militaire de Damas, proche du palais présidentiel.

Coté télévision, le frére de bashar, mahrer, se fait de plus en plus présent et en uniforme alors que bashar n'est réaparu pour commenté l'actualité comme il avvait l'habitude de faire et cela depuis mercredi 18 juillet.

Sa femme Asma, s'est rendue vendredi dans le domicile privé de l'amassadeur des Etats-Unis à Londres, il semblerait qu'elle souhaite quitter l'Angleterre pour se rendre chez l'un des membres de sa famille domicilié aux USA.

Le chaos s'empare de plus en plus de la Syrie, le frère de bashar, mahrer, évoque le fait d'utiliser des armes d'atillerie lourde sur les berceaux de la résistance, mais trouvera t-il des officiers pour exécuter de tels ordres, cela semble de moins en moins probable, d'ailleurs l'armée turque vient de dépoyer quantité de missiles moyennes portées le long de sa frontière avec la Syrie, également plusieurs pays du golf ont déclarés être prêts dans le cadre d'une intervention concertée contre les bastions de l'armée du régime.

Le régime s'accroche et la seule issue restante est la fuite ou l'utulisation d'armement très lourds, ce qui semble peut envisageable au stade de déliquescence actuel, dans les rangs de l'armée du régime.

Selon les dépêches provenant de l'ASL, plus de 6'000 soldats du régime assad ont été tués et plus de 30'000 ont fuit les rangs !

Écrit par : Corto | 22/07/2012

Ce que Corto présentait concernant le crique du régime syrien se confrime, mahrer le frère de bashar semble être de plus en plus présent, par contre bashar de plus en plus absent, la nomination du nouveau ministre de la défence, le frappé al freij, connu pour ses envies nocturnes d'aller faire un tours dans les salles de tortures de la prison de Damas, celui qui aux coté de rifaat choisit la solution des gaz dans la répression de Hama, démontre que mahrer n'est pas loin de l'attentat du 18 juillet et personne d'autre !

Depuis 4 jours sur la télévision syrienne, les images en boucle de bashar avec al freij, images d'archives sans aucun doute et des appararitions de mahrer en uniforme dans chaque actualité quotidienne, il n'y a plus de doute, mahrer a remplacé son frère, l'a t-il fait en tuant son frère, rien d'impossible, a t-il mis son frère à l'écart et si tel est le cas, liassera t-il son frère vivre après avoir tenté de matter les opposants, rien n'est moins certain.

Israël est très préocupé en ce qui concerne tout déplacement de missiles en Syrie et particulièrement dans les allentours de la frontière libanaise, zone sous controle du hizbllah.

Maintenant est-ce que hizbllah prendrait la relève de l'armée du régime syrien, certes pas, le hizbllah est en froid avec bashar et même ces derniers seraient capable d'ouvrir un front supplémentaire contre le régime de basahr, mais ce que tous le monde surveille attentivement, c'est le déplacement d'armes lourdes vers les rangs du hizbllah, pas afin de défendre le régime syrien mais dans le cas où Israël s'en prenne à l'Iran.

Ce scénario certainement soutenu par le nouveu locataire du palais présidentiel de Damas, serait une des manières de faire intervenir Israël dans ce chaos, en effet, des attaques de Tsahal sur le territoire syrien, pourrait-il arranger les bidons du régime sanguinaire ? Ou mieux encore, mahrer prendrait-il lui même les devant en déclenchant une guerre avec Israël, uniquement dans le but de rassembler les différentes factions extrémistes dans ses rangs Mais ce n'est pas si simple que ça, si mahrer s'allie avec les factions rebelles, il s'agit de brigades pour l'essetiel sunnites et pas question d'alliance entre ces faction et le hizbllah, les faction sunnites, en admettant quelles collaborent avec mahrer contre Israël, que va t-il se passer entre mahrer et ses nouveaux aliés dans ses rapports avec le hizbllah por-iranien ? Rien de très bon, car en s'alliant avec l'armée du régime, les factions vont en priorité s'armer avec les énormes stocks syriens, voir mahrer devra attribuer des postes à ses propres ennemis, ce scénario est peu probable, mais en désespoir de cause, serait-il tenté dans de telles alliances, rien n'est impossible dans ces sables mouvants syriens.

D'un autre coté, si mahrer tente de se rapprocher de trop avec le hizbllah, nasrallah ne va pas risquer la vie de ses troupes pour une cause perdue d'avance, car avancer des alliances entre les allawites et les chiites por-Iran ne ferait qu'augmenter la déterminsation des sunnites et autres salafistes de plus en plus nombreux sur le sol syrien et même de chiite irakiens eux même en guere ouverte avec les allawites et encore plus motivés à se sacrifier contre les mollahs mahdistes iraniens.
Autre scénario, provoquer Israël afin que ce dernier débarrasse la Syrie de tout ces armements lourds, armements que les salafistes souhaitent par dessus tout avoir en leur possession, bien au-delà de venir à bout du régime assad et cela reste gravé bien profond dans le petit cerveau de mahrer. Mais mahrer est un malade et si il a écarté d'une manière comme d'une autre son frère tant jalousé, c'est pour arrivé rapidement à des résultats probants, il n'a pas le droit vis-à-vis de son clan d'échouer dans ses plans, il se veut représenter la tendance dure avec freij et rifaat, pour le moment, ils ne font que se prendre encore plus de baffes de tous les cotés, encore plus de soldats de l'armée du régime désertent, y compris des officiers et les différentes factions d'en face montrent leurs déterminations afin de ne pas louper le nouveau rais en place depuis le 18 juillet.

Concernant les missiles scud équipés de têtes chimiques, peu de personnel sont capable de manipuler ces engins pouvant s'averrés bien plus dangereux pour ceux qui les manipules que pour les cibles qu'ils pourraient viser. Déplacer de tels dangers roulant est un défit que peux sont succeptibles de mener à destination. surtout que les drones de Tsahal ont le doigt sur la détente au moindre mouvement suspect, y compris de les utiliser contre la population syrienne.

Le régime syrien est pris dans une de colle d'un gluant que la fin est cette fois inévitable et dans un délai plus court que prévu. Il serait temps aux occientaux d'intervenir, sauf si les démocraties occidentales jouent le jeu des émirats du golf, qui consisterait à offrir un pays sur plateau d'argent à ses extrémistes devenant de plus en plus encombrants dans les jolis décords ornés de dorures rococos.

Écrit par : Corto | 23/07/2012

Les commentaires sont fermés.