L’élection de M. Mohammed Morsi à la présidence de l’Egypte

Imprimer

L’élection de M. Mohammed Morsi à la présidence de l’Egypte

 

Hier soir, en direct sur Al-Jazeera, j’ai suivi le discours du nouveau président. L’homme est dépourvu de tout charisme mis son texte dont il s’est éloigné maintes fois, se voulait très consensuel. Il a dit et redit qu’il se voulait le président de tous les Egyptiens, musulmans et chrétiens, qu’il était là par la volonté du peuple et de Dieu et qu’il tenait la main à tous, sous entendu, y compris à ceux qui ont voté pour le général Chafiq.

 

Il a tenu à citer toutes les principautés, toutes les circonscriptions, une à une, sans oublier aucune, et surtout il a dressé un message de paix à l’ensemble de la planète. Fait significatif, il adressé in petto un message d’allégeance à l’armée et aux USA en soulignant que l’Egypte resterait fidèle à ses accords internationaux.

 

Il a aussi dit un mot de l’économie et de la situation générale de son pays sur ce plan là. Le nouveau président a peut-être compris qu’il ne convient pas de se lancer dans d’aventureuses équipées auprès d’alliés improbables comme le Hamas ou le Hezbollah. Il a médité le cas syrien et sait que les jours de ces mouvements sont comptés.

 

La question que je me suis sans cesse posé durant ce long discours assez monotone et monocorde est la suivante : est ce vraiment le programme des Frères musulmans, ou est ce simplement de la poudre aux yeux ? Il est vrai que l’armée est là, qu’elle a vidé la fonction présidentielle de toute substance, fait dissoudre le parlement et détient le seul pouvoir qui compte en Égypte : la force armée (al kuwwa al-musallaha).

J’ai la faiblesse de penser que les USA ont eu tort de forcer la main aux généraux leur intimant l’ordre de laisser les Ikhwane, pensant les assagir ou les démystifier aux yeux de leur propre électorat. Je me demande si les USA ne sont pas en train d’ajouter une nouvelle ligne à la longue liste d’échecs qui ont jalonné leur diplomatie ces trente dernières années.

Commentaires

  • "Fait significatif, il adressé in petto un message d’allégeance à l’armée et aux USA en soulignant que l’Egypte resterait fidèle à ses accords internationaux."

    Bah ! Vous connaisez, je présume, l'histoire de la grenouille et du scorpion.

  • Déjà que les frèros avaient assuré il y a 1 an et demi qu'ils n'allaient pas présenter des candidats aux élections, maintenant ils promettent vouloir respecter la démocratie, ils oublient vite les promesses faites, les barbus, ça nous le savions bien avant l'arrivée au pouvoir de Mohamed Morçi !

    Maintenant, quelle sera le champ de manoeuvre des islamistes dans cette Egypte coupée en deux, ce qui est certain, c'est que l'Egypte n'a jamais été autant dépendante des USA économiquement, donc, d'un coté un gouvernement allant puiser ses idéologies en Iran et de quoi manger chez les américains, ça ne va tenir très longtemps, d'un coté, l'Iran soutient infaillible et instigateur du chaos syrien, soutenu par les russes, de l'autre, des sacs de riz vitaminés "made in USA", après la prière obligatoire, ensuite un bol riz "oncle Sam", le menu est complet pour finir dans le Michelin.
    Les égyptiens après avoir roté leur indigestion de charia irons à la soupe, ça c'est ce que promet le nouveau président, mais la réalité sera tout autre, il y aura ceux qui se gaverons et ceux qui n'aurons plus que des miettes de charia pour satisfaire leurs appétits, comme ça toujours été le cas dans ce pays !
    Alors, il ne faudra pas attendre très longtemps pour revoir des "révolutions", cette fois beaucoup plus sanglantes, parce que les promesses, c'est pas leur fort aux islamistes, c'est même à ça, qu'on les reconnait !!!

  • Monsieur le donneur de leçons, pour ne pas dire Monsieur je sais tout!

    Comment pouvez vous prétendre être démocrate et être en même temps contre le choix d'un peuple qui pour une fois qu'il a la liberté de s'exprimer choisi le président qu'il veut voir gouverner?algré tous les obstacles que dresse l'armée pour garder le pouvoir,cet homme que vous dites ne pas être charismatique continue à agir conformément aux règles démocratiques.
    Vous faites preuve quant à vous d'un charisme diabolique et des compétences d'une diseuse de mauvaises aventures.Votre analyse est nulle car fondée sur des préjugés partisans d'une politique impérialiste dans cette région du monde.

    Vous ne voulez pas le bien des ces populations sans cessent massacrées soit de l'intérieur, soit de l'extérieur, soit des deux à la fois.

    Pourquoi vous avez un si funeste présage pour ce pays et ce peuple qui essaient de goûter à la liberté alors que vous vous la piétinez tout les jours en méprisant celle des autres?

    Qu'avez vous donc contre les musulmans et leur foi qui vous aveugle de haine au point que vous perdez tout sens de la mesure et que vous faites preuve d'une islamophobie impitoyable?

    Votre écrit est une atteinte à la dignité de ce peuple à tel point que vous faites l'éloge de l'armée et de la dictature qu'elle fait subir à tout un peuple en semant la discorde entre les différentes composante de la société égyptienne.
    En doutant sans cesse de la crédibilité des musulmans vous êtes devenu peu crédible vous même.
    Pour un homme de pensée vous me décevez de plus en plus à lire ce que vous écrivez.

    La réussite de la lutte des ces peuples qui ne vous ont jamais intéressé tant qu'il vivaient dans l'asservissement soumis à l'injustice des tyrans auxquels vous vous frotiez pour briller finira par prouver que vous n'êtes qu'un pauvre ignorant imbu de lui-même.
    Laissez donc ces peuples vivre leur vie et faire leur expérience selon leur propre choix.
    Ils ont besoin de la confiance de celles et ceux qui croient en la liberté,la dignité, l'équité et en la démocratie mais pas de fossoyeurs de votre espèce.

  • Il doit parler (le copain des barbus) des coptes massacrés en Egypte !

    En plus c'est lui qui fait l'amalgame entre "musulmans" et islamistes !

    Quant au choix "démocratique" pas encore au point et lors des prochaines élections qui ne verrons pas le jour avant de prochains massacres à l'iranienne ou à la syrienne, il n'y a qu'à attendre !

    Mais ce qui ce pointe à court terme, ce sont des millions de réfugiés arabes en Europe et quand on voit leurs têtes de psychopathes en direct de la place Tharir, y a pas vraiment de quoi se réjouir, les frèros le savent bien, sinon ils auraient déjà ouvert leur frontière avec Gaza !

    Vous savez ces mêmes têtes de consanguins qui hantent les rues de Genève et qui s'attaquent aux femmes seules !

    Alors si ils restaient chez eux, dans ce paradis électoral que vous décrivez, tout irait comme sur billard, mais le hic, c'est qu'ils n'ont qu'une seule obsession, fuir cet enfer et transformer l'Europe également en ce qu'ils fuient, car ils ne connaissent rien d'autre !

    Je ne veux pas non plus généraliser, il n'y a pas qu'un tas déchets en Egypte, mais les rares encore dignes, vont se faire trucider, car les barbus ne vont pas s'y prendre comme leurs prédécesseurs, eux ils égorgent leurs opposants sur la place publique et ils l'ont déjà fait des centaines de fois depuis un an !

    Alors vos complaintes prometteuses, me vont droit au, mais pas où vous pensez ! Monsieur le libérateur aux clameurs à la "el assad" et pro-iraniennes !

  • En fait, le fait que les islamistes aient remportés des élections est ce qu'il pouvait arriver de mieux, désormais, ils sont pris dans leur propre jeu, ils se sont auto-piégés !

    Alors qu'hier, ces malades n'avaient rien à perdre, les voilà maintenant dans la position où ils ont tout à perdre !

    La transition à été rapide et ce qu'il pense être une victoire, n'est qu'une victoire à la pyrrhus, ils vont devoir payer la rançon de la gloire, finit les barbus, les voilà occupés à jouer aux démocrates, alors qu'hier, ils faisaient trembler la moitié de la planète, les voilà les mains prises dans la pâte et les pieds dans la friteuse !

    Il est temps de profiter de l'occasion et de renvoyer tous les immigrés dans cette grande et fraternelle démocratie par bateaux entiers !

    Il n'y a plus de nations arabes, mais des asiles de sainteté ouverts à cette fraternité divine et sans frontières !

    Donc vidons nos prisons remplies à 90% d'arabes et envoyons les chez leurs frères, ils ne pourrons pas refuser la venue de tous ces frères victimes des croisés !

  • C'est bien ce que je pensais,Maurice Ruben-Hayoun,Corto et consors même haine et même fascisme anti tout ce qui n'est pas eux-mêmes.

    Votre cancer de l'esprit vous dévore le cerveau,l'esprit et le coeur d'acier trempé et trempeur qui est dans votre carcasse à forme humaine.

    A lire vos écrits en imagine facilement à quelle espèce vous appartenez.Vous voulez toute la terre à vous tout seul.Ce n'est pas possible alors changez de mentalité et soyez généreux à l'égard des autres qui ne pensent pas comme vous heureusement.

    Levez le nez au ciel et vous constaterez par vous mêmes que vous n'êtes qu'une vulgaire crotte au milieu du chemin de l'Histoire de l'Humanité qu'il faut éviter d'écraser pour éviter de répandre sa puanteur nauséabande.

    Allez voir les fleurs et vous verez que vous n'êtes qu'une malheureuse erreur de la nature qui disparaitra dissoute par son propre venin mortel.

    Il est encore temps de faire un peu de bien à vos semblables en vous taisant à jamais pour faire honneur à la bonne parole et au sourire serein
    dont à besoin le genre humain et le monde dans lequel il vit.

    Videz vous de votre fiel et goûter au miel de l'existence en cessant d'ajouter de la haine à la haine et de l'ignorance à l'ignorance.
    Cessez d'être les graines de la misère et du racisme vicéral.
    Bien à vous si vous le pouvez vous verrez celà fait du bien d'être bon.

  • Non liberté chérie, les fascistes sont les el assad, les frères musulmans et consort, ils massacrent leurs propres populations sans parler de ce qu'ils appellent "les infidèles", imposent aux femmes les pires saloperies, prônent la lapidation pour les femmes, utilisent les enfants comme bouclier humains, torturent des enfants à mort, posent des bombes dans les bus, dans les cafés remplis de civils, envahissent les rues d'Europe et volent, tuent, débarquent dans des écoles juives et exécutent des enfants, balancent des mensonges sur le net et pour finir, traitent ceux qui les dénoncent, de fascistes !

    Il ne faudrait pas tout inverser, "liberté chérie" (le travestissement de votre pseudo ne dupe personne), c'est le hamas qui tirait ds missiles depuis des écoles bourrées d'enfants et qui vient accuser Israël avec des plaintes doucereuses !!!

  • Hayoun et Corto ne font qu'exprimer ouvertement ce que la presse gauchiste genevoise tait, cette presse devenue très silencieuse, on ne la voit plus !

    Alors Hayoun, Corto et d'autres de plus en plus nombreux, enfin appellent un chat, un chat !

    Le fascisme consiste plutôt à ne rien dire, comme le faisait goebels vis-à-vis de certaines vérités apparues au public bien après !!!

    Dire que le monde arabe a basculé, lui, dans le fascisme relèverait du fascisme ? Voilà le discours que les fascistes se disant pro-arabe balancent lorsqu'ils sont acculés dans leur propre horreur, mais quelle immonde farce !

    Non, personne ne peut aujourd'hui feindre ne pas voir que les fascistes sont les arabes et autres nazillons continuant avec leur terminologie couverte "d'anti-sionisme", héritiers de l'antisémitisme nazi le plus ignoble et des slogans les plus putrides !

  • Le système éducatif terroriste d'Israël
    Par Elias Akleh
    Le docteur Elias Akleh est écrivain arabe palestinien, né à Beit Jala. Il vit actuellement aux Etats-Unis.

    Après le 11 septembre, les programmes des principaux médias américains se sont orientés vers l'attaque et la critique des systèmes éducatifs arabes et islamiques pour les présenter comme des Madrassas (écoles en arabe) alimentant la haine, les préjugés, l'extrémisme religieux et la violence.

    Barbara Walters, de l'émission 20/20 (ABC TV) est partie en Arabie Saoudite pour critiquer les écoles islamiques. Elle a sélectionné quelques phrases du Coran prises hors de leur contexte contre les Juifs, lorsque les Juifs avaient rompu un traité de paix et trahi les Musulmans, et les a dépeintes comme sources de haine et antisémites.

    Les Saoudiens ont pris la critique l'esprit ouvert et ont promis de "moderniser" leur enseignement.

    Pour des raisons politiques, les critiques, dont Barbara Walters, ont ignoré de reconnaître tous les bons enseignements que les écoles islamiques propagent, y compris l'acceptation des religions judaïque et chrétienne, la tolérance envers les autres cultures, la modération des comportements, les valeurs familiales, la compassion envers les pauvres, l'égalité des droits, la liberté et l'émancipation des esclaves, et la démocratie (la Shoura islamique) parmi de nombreux autres.

    Walters et les autres n'ont même pas daigné jeter un coup d'oeil au système éducatif israélien et le comparer avec les autres. Un tel examen révèlerait que le système éducatif israélien est raciste, chauvin, élitiste, intolérant, distillateur de haine, violent, militariste et terroriste.

    Les fondateurs sionistes savaient qu'un Etat israélien au coeur du monde arabe, sur des terres palestiniennes usurpées, ne serait jamais accepté. Pour exister, Israël aurait besoin d'être une société militarisée. David Ben Gourion, premier président israélien, avait exprimé ce fait lorsqu'il avait déclaré qu'"Israël est simplement une société militarisée".

    On trouve le reflet de cette militarisation dans tous les aspects de la vie israélienne, à commencer dans les familles pour se poursuivre dans les villes, la culture, les affaires, les institutions, les industries, l'éducation et même les arts et le spectacle. Presque chaque israélien est membre de l'armée, d'une manière ou d'une autre. Vous trouvez des soldats israéliens en arme partout où vous allez dans toutes les communautés israéliennes : dans les rues, les marchés, les magasins, les restaurants, les autobus, les trains, partout. Des généraux et du personnel militaire et ex-militaire font fonctionner toutes les pièces des rouages israéliens.

    Pour créer une telle société militarisée, qui vit et meurt pour la guerre, les gens ont besoin d'être militairement endoctrinés depuis l'enfance, et quel meilleur moyen d'endoctrinement et de programmation des jeunes que par le système éducatif, lorsque les esprits sont encore souples et malléables. Le journaliste israélien Erna Kazin a noté que les programmes scolaires israéliens sont conçus pour élever les étudiants, depuis l'enfance, dans une atmosphère militaire qui glorifie l'armée, de manière à préparer les étudiants à devenir soldats dans l'armée israélienne. En Israël, le service militaire est considéré comme le devoir religieux le plus élevé auquel chaque citoyen israélien aspire.

    La première leçon qu'apprend un enfant israélien est la leçon la plus raciste, chauvine, pleine de préjugés, extrémiste d'un point de vue religieux, homophobe, celle du peuple élu par Dieu persécuté sur la terre promise par Dieu. L'enfant israélien découvre que c'est par droit divin qu'il est né juif, élu par Dieu, et que son privilège divin provoque la jalousie, la haine antisémite et la persécution que les autres (les goyim) lui infligent.
    Il apprend que ces goyim ne sont que des âmes animales incarnées dans des corps humains pour le service et le plaisir du peuple élu par Dieu. Il apprend également que sa terre promise par Dieu a été volée par des païens (arabes et musulmans) et que c'est son devoir religieux de suivre la volonté divine de nettoyer cette terre promise de ces païens et d'y construire une maison pour Dieu.

    Les livres de classe israéliens sont écrits avec une idéologie sioniste militarisée à l'extrême, profondément colorés de religiosité déformée. Le chercheur israélien Eli Bodia, de l'Université d'Haifa, a mené une étude sur les programmes d'histoire des manuels scolaires israéliens, étude appelée "La lutte israélienne dans les manuels scolaires israéliens d'histoire".
    Bodia conclut que les contenus perpétuent le conflit israélo-arabe et ont constitué un obstacle à tout traité de paix réelle avec les Palestiniens.
    Il décrit les programmes comme profondément déformés par une idéologie sioniste extrémiste. Ils nourrissent la haine contre les Arabes en général et les Palestiniens en particulier en les dépouillant de leur humanité et en les décrivant comme des sauvages violents, terroristes, arriérés, criminels, sales et bestiaux.

    Le savant israélien Sigrid Lehman a déclaré : "Nous, les Juifs, sommes enclins à voir un Arabe comme les goyim, en tant qu'européens nous le voyons comme l' ennemi de nos aspirations nationales, et en tant que socialistes, nous le voyons comme le représentant du pire type d'arriération."

    Les programmes sociaux et religieux israéliens sont également pleins de préjugés religieux extrémistes et d'élitisme social sur tous les goyim. Les livres religieux regorgent d'histoires d'anciens prophètes juifs, qui, sous les ordres de leur dieu meurtrier, ont envoyé les Juifs commettre des crimes contre les goyim, n'épargnant personne et tuant tout le monde, des bébés jusqu'aux personnes âgés des deux sexes, commettre des crimes contre des animaux de ferme, tuant tous les troupeaux, et commettre des crimes contre l'environnement, brûlant des villes, coupant les arbres fruitiers et incendiant les cultures. L'histoire du prophète Samuel et du roi Saul est juste un exemple parmi beaucoup d'autres dans le Vieux Testament et le Talmud. Parfois, ce Dieu meurtrier participe à la guerre et fait pleuvoir des grêlons et du feu sur les ennemis d'Israël.

    Et c'est ainsi que les étudiants israéliens apprennent qu'assassiner des goyim et détruire leurs villes ne sont pas sanctionnés par Dieu mais sont des devoirs religieux.

    Dieu continue à parler aux rabbins israéliens pour conseiller Israël dans sa guerre contre les Arabes. Les rabbins israéliens publient des décrets religieux qui sanctifient l'agression israélienne contre les Palestiniens.
    Le rabbin Murdachai Eliahu, ancien rabbin en chef d'Israël, a publié des décrets religieux appelant au génocide de tous les Palestiniens comme devoir religieux.
    Le rabbi Eliza Maimed a publié des décrets religieux encourageant les Israéliens à voler et brûler les récoltes palestiniennes, à empoisonner leurs puits. De tels crimes sont devenus des virées nocturnes pour la jeunesse israélienne des colonies contre les villages agricoles voisins palestiniens.

    Des décrets religieux extrémistes ont été publiés par le rabbin en chef et leader spirituel israélien Yosef Obadia, qui a décrit les Palestiniens comme des créatures et des cafards qu'il fallait écraser. Il a également prêché que le Messie pousserait tous les Arabes païens en enfer.

    En septembre 2005, des rabbins importants, menés par Dov Lenor, ont envoyé un décret religieux au premier ministre israélien de l'époque Ariel Sharon l'autorisant à cibler les civils palestiniens, citant d'anciens rois israéliens comme Saul et David, qui furent guidés par Dieu pour viser tous les goyim sans exception, les enfants comme les adultes.

    Ces décrets religieux deviennent des lois et sont enseignés dans les écoles israéliennes à côté d'autres livres religieux qui glorifient les criminels de guerre israéliens, les décrivant comme des saints pour l'assassinats de goyim palestiniens, comme le livre "Baruch, le héro", écrit par le rabbin Izhak Genzburg. Le livre glorifie le terroriste Baruch Goldstein, qui, en 1994, a assassiné 29 palestiniens et blessé beaucoup d'autres, alors qu'ils priaient dans la Mosquée Ibrahimi à Hébron, avant d'être tué par des fidèles. Baruch a été qualifié de "saint" pour ce crime. Il a été enterré dans la colonie israélienne de Kiryat Arba et sa tombe est devenue un lieu de pèlerinage pour les religieux israéliens extrémistes.

    La militarisation du système éducatif israélien a trois caractéristiques majeures :

    Premièrement,

    le système glorifie le pouvoir militaire et la guerre comme faisant partie de la vie israélienne, et renforce le concept selon lequel la puissance est le droit.

    Le service militaire est le service religieux ultime que Dieu attend des Israéliens. Ce Dieu en guerre commande aux Israéliens de nettoyer la terre promise de tous ces goyim arabes et de lui bâtir un temple. On dirait que ce Dieu veuille que les humains fassent sa propre guerre, et veuille laisser son immense univers vivre dans un minuscule temple terrestre. Pour endoctriner (laver le cerveau) des nouvelles générations dans l'esprit militaire, les écoles organisent des sorties de terrain dans des bases militaires, où les étudiants peuvent observer la vie militaire, se familiariser avec toutes sortes d'armes, se faire prendre en photos avec des soldats et suivre un entraînement avec des balles réelles.

    On les encourage également à mettre leurs signatures sur les bombes qui seront jetées sur les voisins arabes, comme on a pu le voir pendant l'attaque israélienne au Liban à l'été 2006.

    Les étudiants ont le devoir scolaire d'écrire des lettres et des cartes de voeux aux soldats, pour les remercier d'avoir tué les ennemis du peuple élu de Dieu. Généraux et soldats visitent régulièrement les écoles pour y tenir des conférences sur la guerre, sur l'armée israélienne invincible grâce à l'aide de Dieu, et sur les atrocités de la guerre pour insensibiliser les étudiants.

    Deuxièmement,

    la caractéristique la plus importante des écoles israéliennes est sa coloration militaire, où la gestion des établissements d'enseignement et les cours sont confiés au personnel militaire.

    Un général qui se tient devant des étudiants requiert une attention sérieuse et est un exemple à suivre. Le Ministère israélien de l'Education a adopté un programme de formation appelé "Tsafta" pour donner aux anciens officiers militaires et des services secrets la qualification de professeurs et de directeurs d'école. Le directeur de ce programme, Motti Saji, a expliqué que l'objectif du programme n'est pas de trouver des enseignants qualifiés mais des chefs militaires aux compétences spéciales.
    Après que Limor Lifnat, du Likud, soit devenu Ministre de l'Education en 2000, la droite militaire extrémiste a pu occuper les postes les plus élevés au ministère, militarisant encore plus le système éducatif.

    Enfin,

    la création d'institutions militaires religieuses, connues sous le nom de “Yishovot Hahsadir”, qui combinent extrémisme religieux et militaire.

    Ces institutions sont dirigées par des rabbins, et les bacheliers israéliens y sont soumis aux enseignements religieux racistes sionistes aussi bien qu'à la formation militaire. Bien que l'armée finance ces institutions, elle n'a aucun contrôle sur elles.

    Elles existent principalement dans les colonies installées sur la terre palestinienne volée et à Jérusalem occupée. Leur programme religieux est basé sur des décrets religieux extrémistes sionistes qui sont pleins de préjugés et de haine envers les goyim, en particulier les Arabes.

    Les rabbins enseignants de ces institutions sont connus pour leurs attaques contre les Arabes et leur critique et opposition à tout accord de paix avec eux.
    Le rabbin Eli Elbaz, un rabbin occidental important, est célèbre pour ses attaques contre l'Islam et son prophète Muhammad.
    Le Rabbin Eliahu Reskin, de la colonie Efrat, construite sur la terre volée à la ville de Bethléhem, se moque de toutes les tentatives de dialogue inter-croyances entre les rabbins juifs d'un côté et les prêtres chrétiens et les cheikhs musulmans du monde arabe de l'autre. Il prêche que le seul langage que les Arabes comprennent est "le langage des balles".

    Ces institutions militaires religieuses sionistes menacent non seulement les Arabes mais la paix au Moyen Orient en général, et l'Etat israélien lui-même. Beaucoup d'observateurs, dont des généraux israéliens, pensent que ces institutions préparent le renversement du gouvernement israélien laïque pour un gouvernement sioniste religieux.

    Une étude réalisée par l'Université israélienne Bar-Ilan, à Ramat Gan, a démontré que 99% des étudiants de ces institutions religieuses militaires, et que 90% des israéliens religieux orthodoxes ignoreraient les lois laïques israéliennes et suivraient les décrets religieux des rabbins, en cas de contradiction entre les deux systèmes.
    Ces éléments furent confirmés par un sondage d'opinion fait par le Hertzlia Center en 2006, qui indiquait que 95% des soldats et généraux israéliens considéraient qu'ils suivaient les décrets religieux plutôt que les lois laïques, lorsqu'il y avait contradiction.

    Ceci fut évident en 2004 lorsque feu le premier ministre Ariel Sharon a mis en oeuvre le Plan de Désengagement en évacuant les colonies israéliennes de la Bande de Gaza.
    Le rabbin Abraham Shapira a appelé ses étudiants et disciples à déserter l'armée si le plan était appliqué, alors que le Rabbin Haim Druckman a appelé ses étudiants et disciples à ouvrir le feu sur les forces israéliennes de sécurité si elles tentaient d'appliquer le plan par la force.

    Ce ne sont que quelques faits sur le système éducatif israélien terroriste. J'invite les journalistes concernés, comme Barbara Walters, à enquêter plus avant sur ce thème, et à faire une comparaison juste entre les systèmes éducatifs arabes et israéliens.

    Lire sur le même sujet : "Recrutement d'enfants en Israël : Résumé des principaux résultats et des recommandations"

    Extrait du Rapport de New Profile rédigé par Amir Givol, Neta Rotem et Sergei Sandler et présenté lors d'une conférence à Tel-Aviv le 29 juilllet 2004.

    Source : Amin

    Traduction : MR pour ISM

  • Le précédent commentaire usurpe mon pseudo !

    Quant à son contenu, il n'y a qu'a voir en Syrie, ennemi juré d'Israël !!

  • Deux Iraniens ont été condamnés à mort dans le nord-est du pays pour consommation répétée d’alcool, selon un responsable de la justice cité par la presse iranienne. Déjà deux fois condamnés à des coups de fouet, ils vont cette fois subir la peine capitale. « Ces deux individus ont consommé de l’alcool pour la troisième fois. Les deux dernières fois, ils avaient été condamnés à 80 et 120 coups de fouet et cette fois, ils ont été condamnés à mort », a déclaré Hassan Shariati, le chef de la justice de la province Khorassan Razavi. Depuis la révolution islamique de 1979, la production, le commerce et la consommation d’alcool sont interdits en Iran. Prendre un verre est passible de 80 coups de fouet, mais si une personne est prise en flagrant délit pour la troisième fois, elle est condamnée à mort.

Les commentaires sont fermés.