31/05/2012

La visite d’etat du président allemand à Jérusalem

La visite d’etat du président allemand à Jérusalem

 

Bien qu’elle n’ait pas vraiment eu le retentissement qu’elle aurait mérité, la visite d’Etat du président allemand Gauk et d‘une importante délégation en Israël mérite d’être signalée. J’étais sur place il y a encore quelques heures et j’ai rencontré les membres les plus importants de cette délégation à l’hôtel King David, qui m’ont dit que le grand quotidien israélien Ha-Aretz avait consacré sa une à cet événement.

Les relations entre l’Etat hébreu et l’Allemagne n’ont jamais été simples mais il faut bien reconnaître que tous les gouvernements allemands d’après-guerre ont adopté une attitude bienveillante à l’égard d’Israël. J’en veux pour preuve la visite de Madame Merkel qui obtint l’autorisation de parler en allemand devant la Knését, ne provoquant que le départ de deux députés auxquels les résonances de cette langue rappelaient d’affreux souvenirs. La chancelière, fille d’un éminent pasteur de Hambourg où elle-même naquit, a lancé ce cri du cœur devant les députés israéliens : wir werden nie Israel allein lassen : Nous n’abandonnerons jamais Israël..

Il y eut récemment cette sortie incroyable d’un ancien prix Nobel de littérature qui avait posé dénoncé la livraison par son pays à Israël d’un sous marin très bien équipé. La chancelière a pris nettement ses distances tout en spécifiant que dans son pays l’expressions littéraires et artistiques étaient libres aussi longtemps qu’ils n’avaient pas de caractère raciste ou antisémite.

J’ai eu le privilège de m’entretenir hier soir au King David de Jérusalem avec quelques membres éminents de cette délégation allemande, dont Monsieur le Secrétaire d’Etat Harald BRAUN qui ont tous exprimé leur émotion et leur joie d’être dans ce pays fait de miracles..

Il faut rappeler que la République Fédérale dispose de réseaux efficaces dans la région et que ses services avaient pris une part effective, entre autres, dans la libération du jeune Gilad Schalit.

 

15:36 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

30/05/2012

CE qui manque le plus en Israël; une éthique juive

Ce qui manque le plus en iIsraël, l'éthique authentiquement juive.

Le constat est triste mais sans complaisance. M.H. se prépare ce pays de miracles, si âprement disputé entre divers tenants même si c'est la tribu de JAcob qui a le plus de droits sur lui, depuis des temps immémoriaux. Pourtant, l'ame de ce pays semble parfois absente car l'individualisme et le matérialisme semblent avoir remporté la bataille.

Il faut dire que les conditions de vie font que c'est une lutte quotidienne qui s'engage chaque jour poiur le bien-être. Qui est responsable de cette situation? Probablement la guerre, l'état de belligérance avec tous les voisins, inquiets de voir surgir dans leur Orient un état juif souverain, puissant et bien plus avancé. Bref, un Etat démocratique, ce qui est rare dans cette région.

Mais il y a aussi les carences nombreuses du rabbinat qui ne se plie en quatre pour éduquer la population, lui indiquer le chemin à suivre. Préférant veiller sur ses propres intérêts sectoriels et catégoriels. C'est à l'élite religieuse d'oeuvrer au redressement moral des citoyens de ce pays. Malheureusement, ces rabbins s'occupent de tout sauf de cela.

Or les valeurs juives ont fédéré la renaissance de cet Etat. Si elles venaient à disparaître, réussira-t-il à survivre?

10:46 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

29/05/2012

sur les bords de la mer morte

Au bord de la mer morte…

M.H. s’assoit vers 22 heures, heure israélienne, sur le balcon de sa chambre d’hôtel au Crown Plazza, un bel établissement qui eut jadis son heure de gloire mais qui présente toujours un avantage incomparable, celui d’avoir les pieds dans l’eau. Les résidents de l’hôtel, pour la plupart des curistes stipendiés par la sécurité sociale (Bittouyah Léoumi), arrivent par bus entiers pour soigner qui leurs rhumatismes qui leurs maladies de peau. C’est que les ménaux de la mer morte, une mer gorgée de seil, sont tels que vous flottez sur place, même en lisant votre journal.

A 22 heures, la nuit est déjà bien là, M.H. est assis dans l’obscurité, un beau cigarre acheté à Genève chez D- aux lèvres et un verre de thé à la menthe à portée de la main. Il médite en contemplant de l’autre côté de cette mer morte la cité jordanienne dont il perçoit bien les lumières… Une cité frontalière voisine, toute proche et pourtant si éloignée au pointain de devenir très lointaine : des décennies de haine, de rejet et de guerre qui donnent enfin lieu à une accalmie.

C’est exactement ce que se disait secrètement M.H/ en tirant voluptueusement sur son cigare dont les volutes de fumée ne gênaient personne puisqu’il avait pris soin de fermer hermétiquement la porte coulissante du balcon. Tout était calme, il faisait au moins trente cinq degrés, mais c’était une chaleur sèche, pas étouffante du tout. M.M. commençait à se dire que cette terre, ce monde, n’étaient pas si mal que cela, qu’il fait bon vivre parfois, lorsque vous fixez le ciel et les éroiles sans personne pour vous déranger ni vous troubler.

Que pouvait-il bien se passer de l’autre côté de la mer morte ? Peut-être qu’un Jordanien, philosophe lui aussi, le srcutait de chez lui en se posant les mêmes questions.. Soudain, M.M. pensait à ce doctorant jordanien qui a fait une thèse sur la prophétologie de Maimonide et qui s’est inscrit à l’université d’Aix en Provence. Ayant consulté les bibliographies, il avait demandé que M.H. figurât à son jury. M.R. avait accepté et la soiutenance avait été fixée pour le 22 juin à Aix en Provence..C’était la première fois que M.H recevait un colis depuis Amman par DHL : la thèse du candidat, rédigée dans un très bon français.

M.H. se réjouissait en son for intérieur. Non point qu’il aimât les jurys de thèse, il était pour leur suppression comme c’est le cas en Allemagne où la thèse et les rapports de deux rapporteurs étaient consultables durant 4 semaines. S’il n y avait pas de critiques, l’affaire était bouclée. Mais les pesanteurs étaient telles que..

Mais il en faudrait bien plus pour gâcher la bonne humeur de M.H. qui savourait la douceur de cet air du soir.

C’est alors que l’imprévu se produisit : soudain du côté sud de l’hôtel, débouchèrent deux chasseurs de l’armée de l’air d’Israël qui se livraient à des exercices de nuits dans un vacarme assourdissant. M.H. prit peur et faillit se lever et rejoindre l’intérieur de la chambre. Il n’eut pas le temps de se remettre de ses émotions que la petite escadrille de chasseurs revint, et cette fois en rase-mottes. UN bruit assourdissant, incroyablement apeurant.

En fait, la sécurité terrestre et aérienne du pays est assure jour et nuit . Les pilotes de chasse, fleuron de Tsahal, s’entraîne même de nuit pour empêcher tout viol de l’espace aérien. Pourquoi ? Parce qu’ils redoutent depuis toujours une opération du style attaque des tours jumelles..

L’humeur maussade, M.H. mit du temps à se remettre de ses émotions. La vie étant ce qu’elle est, c’est-à-dire un puzzle défiant toute construction intellectuelle, il tenta de se coucher et de faire comme si de rien n’était.

Dehors, le ciel étoilé semblait imperturbable après le passage de ces monstres de vélocité et de terreur, un peu comme si les astres de la nuit se disaient, souriez, ils ne nous font pas peur ! Même s’ils revenaient demain matin dès les premières lueurs de l’aube.

Ce qu’ils firent assurément.

18:56 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook

27/05/2012

La certe et le territoire, de Michel Houellbecq

Il faut lire la carte et le territoire de Michel Houellbecq: voici un grand écrivain, injustement vilipendé par une critique aussi injuste que jalouse et qui fera très certainement de grands succès littéraires.

Je ne suis pas un critique littéraire, mais un philosophe. Donc, je vais tenter de résumer en quelques notions la teneur du livre: pessimisme, tendresse nostalgique, réalisme, réalisme, voire cynisme. Mais pas la moindre trace de méchanceté ni d'envie. Pas de coup de griffe de nature hainseuse, un regard, certes désabusé mais si réaliste sur notre monde.

Il y a des scènes absolument innénarables tant leur contenu affectif est immense. Cette scène de repas de Noël avec un père en train de se préparer à la mort, un fils qui enfile un manteau pour aller lui achter Place d'Italie, un paquet de cigarettes, le récit (imaginaire) du suicide de la mère, bref toutes ces descriptions si vraies, si bien vues, qui nous touchent et ne nous laissent plus aucune illusion sur le monde qui nous netoure.

On pourrait donner de nombreuses interprétations allégoriques de passages qui ne se lisent pas au premier degré: notamment cette dernière du roamn accordant au végétal la pérennité, l'éternité. Cela m'a fait penser à l'herbe qui pousse dans les cimetières sur les tombes. Il y a aussi ses réflexions désabuses sur les ruraux voyant arriver des PArisiens sur leurs terres. MAis ce n'est pas là l'essentiel.

L'essentiel, ce sont ces réflexions si bien bien senties sur le sens de l'existence, sur la vie, l'amour, l'attachement au corps des femmes, els illusions humaines et le succès. On sent parfois un homme meurtri qui aspire après une vie assez dure au clame, mais à un calme qui évoque la paix des cimetières.

Le problème avec la littérature, c'est qu'un philosophe ne peut s'empêcher de tomber dans la spécualtion philosophique. Mais après tout, chacun peut lire un livre avec sa propre sensibilité.

En tout état de cause, je l'écris sans me forcer: M. H est un grand écrivain qu'il faut lire.

09:10 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

26/05/2012

Etonnant Etat d'Israël

Etonnant Etat d'Israël,

Tout à l'ehure, lors de l'office du matin qui s'est terminé vers 10h30, je considérais avec attention tous ceux qui m'entouraient. Tous de type séfarade, parlant peu ou très bien larabe, prononçant l'hébreu de la manière la plus sémitique qui soit mais qui viennenty de contrées assez déifférentes ou, lorssu'ils sont nés sur place, ont des parents de provenance diverse.

Il y a des libyens dont l'arabe est issu d'Afrique du nord, des tunisiens, des Marocains (les plus nombreux) mais aussi d'autres nationalités comme par exemple l'Iran.

Le plus étonnant est que le peuple d'Israël, ce peuple-monde ait réussi à maintenir une certaine homogénité, bien que protéiforme. Au fond, les juifs disposent eux aussi d'une trinité ou d'une trilogie qui explique leur survie et leur unité: le Dieu et la Tora d'Israël, la terre d'Israël et la langue d'Israël.

Je les ai entendu ce matin chanter les Psaumes et j'ai senti une ferveur peu commune qui ne peut être vécue que par ceux qui prient le Dieu d'Israël sur la terre d'Israël. Mais il y cependant de belles sensations que ressentent les juifs de la dispersion: pas un magasin à Paris ni à Genève où la vendeuse vous dira en hébreu bonne fête de chavouot ou seulement bon chabbat.

16:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

25/05/2012

La Pentec$ote juive en Israël

Chavooot en Israël

Avant qu'Israël ne devienne le peuple du Dieu unique, le peuple dit élu par le Seigneur, il était constitué d'agriculteurs et de bergers qui commémoraient les saisons et se livraiet à des fêtes champêtres. C'est seulement après la révolution monothéiste qu'il devint, sous la férule de la caste sacerdotale, le peuple de Dieu. On fit alors coïncider les grandes fêtes champêtres avec de grandes événements religieux de la vie de ce peuple.

Pentecôte signifie cinquante, cinqaunte jour après le sortie d'Egypte, le peuple se vit remettre les Tabels de la loi, la Tora et chacouot, jadis simple fête agraire, devient la fête juive religieuse par excellence. Elle commence maintenant et se poursuit jusqu'à dimanche en fin de journée.

Tout Israël est en fête et il fallait voir ce peuple faire ses emplettes dans les marchés et les magasins pour se rendre compte de ce que cela signifie pour lui.

Religieux ou non, croyants ou incroyants, les Israéliens sont pris d'assaut les magasins et les autroutes. Hier, retour du ciemtière d'Ashdod où reposent mes parents, j'ai subi un embouteillage interminable. Mais cela en valait la peine. REndre hoimmage à ses défunts parents est la moindre chose.

Pendant cette fête de cavouot, j'ai fini de lire le livre de Michel Houlebecq, la carte et le territoire. Un grand livre, un peu étrange, mais la griffe d'un grand de la littérature française d'aujiourd'hui.

Crets, la Tora c'est bien mieux mais on est content d'avoir un M.H.

Bonne fête de Pentecôte, hag chavouot saméah

18:19 | Lien permanent | Commentaires (24) | |  Facebook

23/05/2012

La Grèce hors de la zone Euro mais pas de l’Europe…

La Grèce hors de la zone Euro mais pas de l’Europe…

 

C’est, semble-t-il, le plan préparé en secret par la commission européenne de Bruxelles, tant la situation du pays de Socrate ressemble à un casse-tête chinois. Et aussi parce que les Grecs votent des réformes qu’ils ne traduisent pas dans les faits.

 

Dès les origines, il y avait des pays parfaitement identifiés, qui n’avaient pas leur place dans la zone Euro car leur situation économique et monétaire ne le permettait pas. Et pourtant, pour des raisons d’égoïsme politique, ces même pays qui auraient dû refuser cette offre, l’ont acceptée, pensant pouvoir profiter impunément de la richesse de leurs voisins. Ce qu’ils n’avaient pas anticipé, c’est que ces pays riches et bien portants, e.g. l’Allemagne, fermeraient un jour le robinet. Et de tous ces pays, c’est la Grèce qui détient le douteux privilège de celui qui a le plus menti et trompé ses voisins sur l’état de ses finances.

 

Ce sera dur, mais ça le sera encore plus si on continue de laisser faire. Les experts évaluent à près de mille milliards d’Euros l’exclusion de la Grèce et le retour à la drachme… Rien que la France dont certaines banques avaient acheté des établissements financiers grecs évalue ses pertes à près de 100 milliards.

 

Le comble du cynisme a été atteint, voire dépassé, par le leader de l’extrême gauche donné favori par les sondages, qui n’a pas hésité à dire que l’Europe n’avait pas le choix, qu’elle devait continuer à soutenir la Grèce et sa gabegie, faute de quoi le pays annulerait sa dette et provoquerait la ruine de ses créanciers. Ce fut une déclaration inconsidérée car les autres pays européens ont alors vraiment découvert la nature de certains membres de la classe politique grecque… En bon français, cela s’appelle des maîtres-chanteurs. Et un petit pays comme la Grèce n’aura pas les moyens de peser sur le devenir de ceux qui le nourrissent.

 

Que va-t-il se passer à présent ? C’est très simple : comme c’est l’Allemagne qui détient la solution du problème il est pratiquement exclu que la Grèce continue de narguer les autres Etats européens qui la maintiennent sous perfusion. Elle va donc avec des fleurs (durch die Blume) imposer légitimement ses vues, en menaçant de cesser de payer à fonds perdus. Et qui pourrait le lui reprocher ?

08:53 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/05/2012

Quelles sont nos chances de vaincre le terrorisme ?

Quelles sont nos chances de vaincre le terrorisme ?

 

Oui, quelle sont donc nos chances de vaincre le terrorisme en Afghanistan et ailleurs ? Quelques réflexions sur le sommet de Chicago :

 

On a bien vu que François Hollande voulait à tout prix paraître comme un chef d’Etat qui tient ses promesses mais qui doit aussi, par la même occasion, composer avec la réalité internationale. Pour ce qui est du retrait des troupes, il faut bien se souvenir du traumatisme que représente pour la population française, et surtout pour les familles concernées, l’annonce de la mort de nos soldats. Et la France, comparativement à la dimension de son contingent, a déjà payé un lourd tribut. Mais nos alliés aussi, et notamment l’âme de l’alliance atlantique, les USA, qui déplorent des centaines, voire des milliers de morts, si l’on joint les victimes d’Irak à celles d’Afghanistan.

 

Mais bien au-delà de cet épiphénomène dont nous ne connaîtrons pas, avant longtemps, l’arrière-plan, il y a la guerre qu’un monde islamique fanatisé (je ne parle pas de la totalité de ce monde) mène contre l’Occident et contre les gens qui veulent vivre en paix avec leur entourage, encouragent le dialogue des cultures en vue de développer une coexistence pacifique et fructueuse.

 

Malheureusement, ces partis du progrès ne sont pas très forts, notamment après l’émergence d’un printemps arabe qui a donné lieu à un véritable raidissement, au point que des commentateurs parlent d’un hiver.

 

La question qui se pose et qui demeure sans réponse est la suivante : pourquoi donc sont-ce les partis islamistes ou salafistes qui arrivent en tête aux élections ? Que ce soit en Tunisie, en Egypte ou ailleurs, les forces de progrès sont nettement en arrière et ne parviennent pas à imposer leurs vues…

 

C’est dans ce contexte qu’il faut analyser les chances de vaincre le terrorisme. Si l’Occident échoue en Afghanistan, il échouera dans sa guerre contre le terrorisme. Or, cette idéologie s’est immiscée dans les plus infimes détails de notre vie : prenez donc un avion, vous vous débarrassez de tout, y compris de vos chaussures et de votre ceinture… Si vous prenez des médicament liquides, vous devez les mettre dans la soute à bagages, si oubliez dans votre bagage à main une paire de ciseaux ou autres, vous devez vous en délester immédiatement…

 

Voyez même la réunion des chefs d’Etat à Chicago, on dit que la ville était en état de siège. Les jeux olympiques de Londres, on installe au-dessus d’immeubles d’habitation des batteries de missiles antiaérien, tant les moyens du terrorisme internationale sont devenus considérables… Avez vous vu ce défilé militaire à Sanaa, capitale du Yémen au cours duquel un soldat, infiltré par al-Quaida s’est fait exploser, causant plus de cent morts…

 

C’est tout cela qui se cache derrière la politique occidentale en Afghanistan. C’est pourquoi j’ai un sourire dubitatif lorsque j’entends parler d’un retrait total des forces en 2014…

10:47 | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Facebook

21/05/2012

Benjamin Netanyahou, privé d’opposition travailliste ?

Benjamin Netanyahou, privé d’opposition travailliste ?

 

Que s’est-il vraiment passé en Israël, au niveau gouvernemental ? On dit que le général Shaoul Mofaz a rejoint le gouvernement et que la chef du pari Kadima est partie, a démissionné de son poste et qu’elle va probablement abandonner la politique. L’ombrageux général ancien chef d’Etat-major, et ministre de la défense, et de surcroît né en Iran, n’avait pas oublié son humiliante défaire face à la belle Tsipi Livni… Il a fini par la renverser et la chasser de son poste. Mais le principal vainqueur de l’affaire est et reste Benjamin Netanyahou dont la position est très renforcée.

 

Certains observateurs avaient constamment sou estimé la subtilité politique de Benjamin Netanyahou qui as u se maintenir au pouvoir, renvoyer des élections anticipées aux calendes grecques et s’assurer une confortable avance, sans dépendre de ces petits partis religieux, spécialiste de la charnière, faisant évoluer la politique du pays dans le sens qui leur est le plus favorable ; que les religieux aient dans le pays des juifs la place qui leur revient de droit, aucun esprit censé ne le contestera mais qu’ils imposent leurs vues à d’autres qui pensent autrement, voilà qui est inacceptable.

 

Si l’analyse des commentateurs est fondée, l’entrée du général au gouvernement pourrait aussi annoncer que des choses se préparent contre l’Iran. Il y a quatre jours, la chaîne Al-Jazeera consacrait un reportage à une visite exceptionnellement longue de l’ambassadeur US à Tel Avi au ministre de la défense d’Israël. Le reportage était accompagné d’images montrant le déchargement de lourdes caisses de munitions et de bombes. Par ailleurs, même le nouveau président français a souligné que la rencontre de Baghdâd était la dernière chance pour l’Iran avant que l’affaire ne se gâte.

 

Prions D- pour que la raison finisse par l’emporter…

14:51 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

20/05/2012

Acheter une botte de menthe fraîche au marché de Genève

Acheter une botte de menthe fraîche au marché de Genève

 

Aimez vous boire de du thé vert de Chine, mêlé à de la bonne menthe fraîche ? C’est mon cas et hier matin, sur le marché de Genève, face au temple où j’avais jadis écouté de la musique baroque du XVIIe siècle, j’ai acheté cette excellente menthe que j’ai pu déguster le soir à Paris peu avant minuit. C’était la première fois que j’emportais avec moi, après toutes ces années, de la menthe suisse.

 

Le vendeur était un jeune homme d’une trentaine d’années, très bien élevé, très poli, et une dame a entendu mon épouse demander ce que l’on pouvait bien de ces orties en vente… Le vendeur répondit qu’on pouvait en faire d’excellents potages avec de l’ail etc… La dame éclata de rire et nous dit que lorsqu’elle était enfant, on la menaçait de recevoir des fessées avec de telles orties. Elle ajouta dans le même éclat de rire que s’i l’on s’avisait d’en faire autant aujourd’hui, on serait cité à comparaître devant le tribunal.

 

Oui, ma bonne dame, autres temps, autres mœurs.

Mais vive la bonne menthe fraîche de Genève où la Réserve est toujours aussi magique.

 

 

11:08 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook