17/04/2012

le mur de séparation entre Israël et les Palestiniens

le mur de séparation entre Israël et les Palestiniens

 

Hier ou avant-hier, je crois, cela faisait dix ans que l’Etat d’Israël, pour se protéger des attentats, a décidé d’ériger un mur de séparation entre lui et ses voisins. Cela paraît effectivement assez désolant, voire même contraire à la vocation universaliste du message spirituel dont Israël se veut le porteur. Mais nécessité faisant loi, il fallut se résoudre à ce pis aller. Depuis l’érection de cette barrière de sécurité, les attentats ont, selon les experts, considérablement baissé au point de se situer à un niveau résiduel.

 

Comment juger cette situation après une décennie ? Le mur ou la barrière, appelez cette séparation comme vous voudrez, signifie un peu un constat d’échec. Que l’on me comprenne bien : il n y a pas l’ombre d’un doute sur la légitimité des juifs à vivre dans leur patrie ancestrale. Et ce n’est pas la longueur de l’exil (deux interminables millénaires) qui pourra remettre en cause cette légitimité. Mais il faut adopter une attitude moins dogmatique de part et d’autre pour aboutir enfin à un règlement. Chaque partie doit traduire en termes rationnels sa propre mythologie, notamment d’essence religieuse, afin de dégager l’horizon. Envisager l’avenir sans s’en référer constamment au passé

 

Mais imaginer un Etat juif entouré d’implacables ennemis et devant se replier sur lui-même pour ne pas être détruit, voilà une situation qui conduit à s’interroger non pas sur l’essence du sionisme mais sur la culture des pays environnants qui n’ont pas vraiment renoncé à leur projet initial : ne jamais accepter une entité politique autre qu’arabo-musulmane dans cette région du monde. L’exemple tragique des chrétiens d’Orient est hélas très instructif à cet égard.

 

Rendez vous compte : les secousses qui ont balayé une bonne partie des régimes arabes, depuis Saddam Hussein (pour d’autres raisons) jusqu’à Ben Ali, n’ont pas vraiment donné lieu à un printemps, symbole d’une nature en pleine floraison et en paix avec elle-même. Ces secousses ont, au contraire, précipité tous ces pays dans l’incertitude la plus préoccupante. Et concernant le mur, la situation de l’Egypte conduit Israël a instaurer une nouvelle barrière, longue de plus de 200 km pour interdire les infiltrations à partir de la péninsule du Sinaï.

 

Est ce que cette situation peut perdurer ? Evidemment, elle perdurera aussi longtemps qu’il faudra, mais elle met à mal les idéaux les plus sacrés d’Israël, la nature universaliste de son message éthique, la voix puissante des prophètes bibliques qui envoyaient leurs oracles jusqu’aux confins de la terre, eux qui inventèrent l’humanité historique, mettant à bas toutes les barrières (j’ai bien dit toutes les barrières)… Et voilà que leurs descendants, pour se protéger et survivre, doivent se couper , non pas du reste du monde, mais de leurs voisins immédiats, mus par une haine recuite qui paraît inexpiable….

 

Alors, devons nous dire que la sécurité d’Israël, condition de sa survie, est devenue incompatible avec la vocation bimillénaire de ce même état d’Israël ? Ce serait terrible car cela signifierait que, pour exister, Israël doit renier les valeurs justifiant sa venue au monde et sa persistance dans l’Histoire. Dans son Histoire d’Israël Renan attirait déjà l’attention sur ce douloureux dilemme : quand on a été choisi pour écrire l’humanité dans son ensemble, on doit se sacrifier soi-même. C’est peut-être un peu excessif mais c’est bien vu…

 

Relisez les premiers chapitres du livre d’Isaïe (VIIIe siècle avant JC), mon prophète préféré, et vous serez saisi par son humanisme illimité (le contraire des barrières), sa foi en D- et en l’homme et son enthousiasme débordant… Ce même Isaïe qui rêvait d’une montagne de Sion, où afflueraient les peuples, épris de paix et désireux de rendre hommage au Créateur dans la concorde et la fraternité.

 

Sans vouloir le moins du monde critiquer nos amis israéliens, il faut bien dire que sur ces points précis, le sionisme trouve ici ses limites. Est ce la faute d’Israël ? Non point. C’est surtout l’héritage pluriséculaire d’un enseignement injuste, de siècles de haine religieuse.

 

Si je traduisais le message d’Isaïe en langage de notre temps, je dirais qu’Israël est une chance, un espoir pour les pays arabes qui l’entourent. L’hébreu est une langue sœur de l’arabe, deux idiomes majeurs du groupe sémitique nord… La religion musulmane doit beaucoup à la révélation du Sinaï. Quant au développement économique et culturel à la fois, Israël a fait ses preuves, même loin de ses frontières, notamment en Afrique et en Amérique du sud. Pourquoi ne pas faire profiter les Arabes de la technologie israélienne ? Dessaler l’eau de mer, lutter contre la maladie, l’ignorance et la misère. Faire refleurir le désert, irriguer les cultures, former les jeunes aux métiers d’avenir au lieu de dépenser des sommes colossales dans un armement nécessaire à la survie…

 

C’est ce même prophète Isaïe (dont Renan disait qu’il avait inventé le christianisme huit siècles avant Jésus) qui affirmait que, pour Israël, rien ne vaut la paix.

 

Mais un autre prophète lui répondra, comme en écho, la phrase suivante : la paix, la paix, oui, mais elle n’est pas au rendez vous… (shalom, shalom we-eyn shalom)

08:47 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Chose en core plus surprenante, hier ou avant-hier, le candidat aux élections égyptienne proche de Moubarak, l'ex-général Sulleiman, évoquait que, si la situation continuait de dégénéré dans le Sinaï, et vu les closes ratifiées entre Israël et l'Egypte, une nouvelle occupation du Sinaï par l'armée israélienne ne serait pas à exclure !

certes, on a pus le lire écrit par des journalistes de par-ci-par là, mais que cela viennent de la bouche d'un candidat aux élections égyptiennes, continue de résonner dans pas mal d'israéliens comme d'égyptiens, d'après Sulleiman, les milices et autres bandes régnants actuellement dans le désert du Sinaï représentent un vrai danger pour l'Egypte. Ces "factions" armées œuvrant tant dans le banditisme que sous couvert d'idéologies islamistes (bien pratique) pourraient représenter un réel danger pour la future et éventuelle démocratie égyptienne selon les dires de ce proche de Moubarak.

Néanmoins Israël a déjà entamé la construction d'une nouvelle barrières aussi impressionnante que celle la séparant de la Judée-Samarie, si mes information elle sera entièrement terminée d'ici quelques mois, elle partira de Taba pour aller jusqu'à Rafah, sur plus de 230 km.

Que faire d'autre, se lancer dans des guéguerres avec les islamistes qui ne rêvent que de vierges ? Aujourd'hui, la preuve en est, qu'Israël n'a jamais été, en quoi que ce soit responsable dans les conflits qu'il a dû confronter avec les arabes depuis sa création, l'ensemble des populations se massacrent entre elles ou sont prêtes à le faire, là où, tout semble calme !

Pendant presque 65 ans, les dictatures arabes, afin de stigmatiser la haine due à des régimes sanguinaires contre Israël, qui n'avait en fait, rien à voir dans ce gâchis a su se maintenir et s'imposer alors que l'ensemble du monde arabe, cette fois bien conscient qu'il n'est plus possible de s'en prendre à Israël, a finit par voir ses propres populations se massacrer entre elles, et cela semble n'augurer que le début d'un cycle loin de d'aboutir !

Alors, que veut on dire ? Qu’Israël aurait encore une fois tord d'avoir construit se mur ? Et bien non, car voyant la situation dégénéré dans la région, de plus en plus de "palestiniens" ou plutôt de musulmans vivant en Judée-Samarie, change le ton et les avocats de Tel-Aviv voient défiler des milliers de musulmans de Judée-Samarie dans leurs études afin de pouvoir obtenir des papiers israéliens, sans parler des arabes chrétiens, qui eut fuient quoi qu'il arrive vers le Canada ou d'autres contrées moins jihadistes.
Il y a très peut d'élus !!! Y en a même qui se sont fait arrêter y a pas longtemps dans des manifs anti-israéliennes qui viennent chialer, comme d'hab, une main devant, une main derrière !

Écrit par : Corto | 17/04/2012

d'avoir construit se mur, "ce mur" et c'est pas la seule, dés fois je me demande !!!

Écrit par : Corto | 18/04/2012

Les commentaires sont fermés.