09/04/2012

La Turquie et la Syrie : enjeux et arrière-pensées…

La Turquie et la Syrie : enjeux et arrière-pensées…

 

Il faut reconnaître qu’en dépit du tempérament un peu excessif du premier ministre turc M. Erdogan (que l’on dit préoccupé par des problèmes très personnels), il a tenu le cap dans cette affaire syrienne qui dure depuis près de 13 ou 14 mois et qui ne peut pas se régler de manière définitive dans les semaines suivantes.

 

La Turquie est prise entre plusieurs exigences et doit naviguer délicatement entre maints écueils/ La Syrie représente pour elle un enjeu économique et financier, mais aussi avec des arrière-pensées.. Elle a d’abord commencé par voir en sa voisine une ennemie qui pactisait avec les rebelles et séparatistes kurdes, au point qu’en 1998 on n’était pas très loin d’une confrontation armée. Puis, avec l’arrivée des islamistes turcs au pouvoir et le renversement de l’alliance avec Israël, les positions se sont rapprochées, notamment grâce à l’influence iranienne, soucieuse d’isoler Israël et de se constituer dans la région un noyau dur de pays amis et alliés.

 

Mais depuis les troubles et la contestation armée en Syrie, M. Erdogan ne pouvait plus ignorer le vrai visage du régime de Bachar et a dû se désolidariser et ouvrir ses frontières aux réfugiés qui se comptent par milliers. A présent, Ankara demande l’aide internationale pour faciliter l’accueil des réfugiés. Et comme on l’écrivait ici même, Kofi Anan n’est plus dans le coup et vient d’essuyer un humiliante gifle diplomatique : Bachar l’accuse publiquement d’avoir mal compris la proposition syrienne… Un comble pour un ancien secrétaire général de l’ONU, réputé être un diplomate dans la bonne moyenne. Bachar n’a jamais eu l’intention de retirer ses chars des villes, il entend continuer à tuer ses opposants jusqu’au dernier et mener son affaire comme à l’accoutumée, sans rien lâcher.

 

Et en effet, comment avoir pu comprendre un seul instant que Bachar qui tue son peuple pourrait engager des négociations avec lui ? Eh bien, M. Anan l’a cru, ce qui est proprement sidérant. Ce qui en dit long sur les capacités diplomatiques de certains. En fait, il suffirait que Washington offre quelques fortes compensations à Moscou pour que celle-ci retire son soutien à Bachar et 15 jours plus tard, son régime s’effondrera.

 

Mais laissons M. Anan à ses illusions et revenons vers M. Erdogan : la Turquie a une armée mal équipée et des effectifs pléthoriques. Elle a besoin de l’arrière-pays syrien pour parachever sa pénétration en Irak, pays riche en pétrole et où tout est à reconstruire. L’économie turque est l’une des rares cartes dans la main des islamistes au pouvoir à Ankara. Par ailleurs, l’accession au rang de puissance régionale par la Turquie exigeait une entente avec Damas sous quelque force que ce fût… Ceci pari s’avère très aléatoire ! C’est pourquoi le r »égime turc actuel n’est peut-être pas si solide que cela.

 

Que va faire M. Erdogan, à part attendre une hypothétique victoire des insurgés en Syrie ? Probablement laisser passer plus d’armes lourdes en provenance du Qatar et de l’Arabie saoudite, à destination des insurgés. Mais aussi, même si cela est inavouable, renouer (d’abord) en sous main avec Israël, ce que demandent avec insistance les milieux laïques turcs et des pans entiers de l’armée, équipée de drones et de puissants matériels israéliens.

 

Mais vraiment, la vieille tradition avait raison qui déclarait que la destruction s’était abattue sur notre monde : comment faire pour en sortir ? Changer l’homme !

09:54 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

@Maurice RUBEN-HAYOUN

COMBIEN DE FOIS DOIS-JE VOUS DIRE QUE JE N'INTERVIENS PLUS SUR VOTRE BLOG? Vous êtes donc prié de BANNIR l'IP de l'usurpateur de mon pseudo dont le commentaire ci-dessous n'est pas de ma signature contrairement à ce que mon harceleur veut faire croire et que je subodore être briand/Djinius aux xxxx pseudos. Il a été banni dans tous les blogs où il s'est permis cette usurpation! FAITES-EN AUTANT! Je vous en remercie!


Non Hypolite : "Secundum Evangelistum"

Ecrit par : Patoucha | 03.04.2012

Posté le 02.04.2012: Billet:
Richard Wagner, un antisémite, maître spirituel de Hitler ?

Écrit par : Patoucha | 09/04/2012

Monsieur Ruben Hayoun je signe mes commentaires de mon nom, pâte à chat hystérique
toujours camouflée sous une Niquab devrait en prendre finalement conscience de ce fait.

Écrit par : briand | 09/04/2012

Quand vous ne venez pas sous les pseudos Troll briand! Preuve en est est que dès que vous voyez un commentaire signé Patoucha - sachant parfaitement que cette fois c'est moi, comme aujourd'hui - vous accourez.... avec vos insultes, que vous ne manquez pas de me prêter sous vos xxx pseudos, pour vous avoir découvert.

En revanche l'antisémite briand FERMEZ-LÀ est bien de moi!

Écrit par : Patoucha | 09/04/2012

A mon avis Monsieur Erdogan est un excellent politicien, un grand diplomate, qui fait un très grand et bon travail pour son pays. En plus c'est un orateur de tout premier ordre. La situation avec la Syrie est très difficile pour n'importe quel homme d'état!

Écrit par : Martial Callair | 09/04/2012

Anan est directement responsable des recrudescences ayant provoqué les derniers massacres, en indiquant une date butoir, il n'a fait que pousser assad vers une intensification des massacres, donc l'onu, joue à fond le jeu des assads et de ses milliards planqués en Suisse et en Russie.

Nous avons déjà vu la famille Anan palper le fric très mal gagné, si il a été choisi dans cette mission, c'est qu'il est facilement corruptible ! Et tout prouve qu'il agit de la sorte en faisant des courbette face à la pire des espèces représentée en la personne d'assad !

Écrit par : Corto | 09/04/2012

Martial, je ne sais pas sur quoi vous vous basez pour de tels affirmations, mais vous ne devez pas bien connaitre, ni la Turquie, ni la région !

Contrairement aux déclarations à l'iranienne concernant le bilan économique de la Turquie, le taux d'intérêt atteint les 11%, je parle des taux d'emprunts de ce pays sur le marché du crédit.

Alors que la Turquie avait réussi a vaincre son inflation ayant atteint des 250% par an, elle repart dans la déconfiture financières avec des très importants crédits fait au courant des dernières années (prometteuses) vers une fuite systémique des investissement depuis cette islamisation quasi totalitaire.

Contrairement à l'analyse de Maurice-Ruben, il semble plutôt qu'il avait (Erdoyan) préparé un pacte avec son voisin syrien dans le but de se débarrasser des avancées concernant un Kurdistan indépendant, comme cela se fait en Irak, en fait hormis l'Irak, tous les gouvernements maneouvraient de coeur pour empêcher, voir de s'emparer de la nouvelle entité kurde comme le souligne MRH riche pétrole et en projets démocratiques.

L'un des garants de l'économie turque était l'armée laïque de ce pays, aujourd'hui après avoir décapité tous les démocrates de cette institution, rares sont les investisseurs à venir se pousser au portillon, précisément et surtout venant des pays du golfe, qui sont les premiers à voir d'un mauvais oeil cette islamisation contrainte.

Le future état kurde est en passe de s'élargir vers la Syrie, ce que le peuple syrien ne voit pas d'un mauvais oeil, mais ce que les deux derniers envahisseurs, soit la Turquie et l'Iran qui n'arriverons jamais à concevoir la moindre ébauche d'une revendication autonomiste de la part de ce peuple découpé en rondelles notamment depuis les partages fait entre les anglais et les turques.

Il faut également rappeler que la moitié des réserves de pétrole iranien se trouvent également sur territoire kurde, qu'un Kurdistan indépendant représenterait la première nation productrice de pétrole au monde, alors il faut d'abord voir l'inaction actuelle de la Turquie face aux massacres que les discours sans fonds.

La misère ayant plus ou moins disparue dans les campagnes turques refont leur apparition malgré les promesses d'Erdoyan, d'ailleurs son électorat à changé lors des dernières élections en passant des provinces aux agglomérations et représentée de plus en plus par les fonctionnaires de plus en plus envahissants et coûteux à l'économie.

La coupure avec l'Europe se mesure en milliards pour les turques, raison pour laquelle beaucoup d'investisseurs turques regardent vers d'autres refuges, de plus l'inflation marque le sommet de son apogée et le retour de ce fléau national reprend du galop et comme il est courant de dire, quand c'est parti, c'est parti.

Autre défit, la crise mondiale qui laisse ce grand pays sans projet sécurisant pour l'avenir, la Turquie s'étant spécialisée dans la sous-traitance voit d'autres pays émergeant leur couper l'herbe sous les pieds, le manque d'investissement de la Turquie, ou plutôt l'abondons de ces derniers dans les nouvelles technologies, n'ont pas permis à ce pays de faire le saut alors que ces concurrents chinois et indiens ont beaucoup plus misés sur cette ouverture et commencent à le faire payer aux pays restés sur le bas-côté de la révolution technologique mondiale.

Les universités, à la place de se dévouer aux nouvelles technologies retombent dans des secteurs littéraires plutôt sous couvert de révolution islamiste, bon nombre de professeurs dévoués aux technologies et aux sciences ont déjà pris la fuite vers des pays comme le Canada et les US, sans parler des communautés juives et chrétiennes, qui elle ont compris depuis longtemps que leurs avenirs avait changé de patrie.

Egalement, le rôle important de l'armée au sein de l'économie nationale, Erdoyan a considérablement réduit le budget de cet employeur réunissant près d'un million de salariés, le budget à fondu entrainant une catastrophe d'autant que l'état major de l'Otan prévois un avenir noire pour cette aubaine économique en prévoyant à moyen terme de réduire ses effectifs dans ce pays, au regard de l'islamisation incompatible avec la laïcité de cette organisation.

La Turquie est la deuxième plus grande base de l'Otan dans le monde, après les US, le principal pourvoyeur de fond de l'Otan, les US depuis les différents traités depuis 1955 à Varsovie et autres conventions avec les Russes ne concentrent plus depuis longtemps leur attention et leurs missiles sur l'ex-urss, mais plutôt sur des éventuels conflits avec des états totalitaires type islamistes et les prévisions ne sont pas très bonnes dans ce domaine.

Israël parait beaucoup plus sécurisant pour les forces de l'Otan que la Turquie d'Edoyan, quantité d'armes très stratégiques ont déjà migré de la Turquie vers des bases secrètes en Israël et l’adhésion d'Israël à l'Otan est inévitable et semble t-il de façon beaucoup plus pressante que prévu. Egalement les contrats d'armements entre les US et la Turquie concernant des avions 5ème génération Lockheed Martin, sont en passe d'annulations et de retards de livraisons, ce qui ne va consolider la présence turque dans la région.

Voilà quelques raisons de penser que la Turquie, comme toute les autres nations sous gouvernances islamistes, ne va pas dans le sens d'un développement futur encourageant et il seront les victimes de demain de cette crise économique mondiale !!!

Écrit par : Corto | 09/04/2012

Les commentaires sont fermés.