31/03/2012

Coup de filet dans les milieux d’islamistes radicaux en France…

Coup de filet dans les milieux d’islamistes radicaux en France…

 

C’était inéluctable, chacun savait que ce coup de filet se produirait mais nul, hormis les autorités, ne savait quand. Il eut lieu hier et semble avoir fécond puisque près d’une vingtaine d’individus ont été pris à l’heure du laitier dans leurs maisons où les forces de police ont mis la main sur des armes et des munitions.

 

Il y a désormais un avant et un après Toulouse. Déjà la campagne électoral a mis le doigt sur le statut de l’immigration et de l’islam en général, non point que l’on assimile abusivement l’une à l’autre. Mais il est évident qu’une telle tuerie, celle de Toulouse, dépasse largement les limites d’un attentat, même comparable à celui de Londres, de Madrid ou d’ailleurs. Dans les frontières de l’Europe, cela faisait de nombreuses années que l’on n’avait pas vu pareil acte d e barbarie.

 

Or, cet acte fut commis par un Algérien, certes, mais un Algérien né en France et donc de nationalité française. On a vu que jusqu’à la dernière minute, les autorités algériennes n’ont pas voulu de ce corps encombrant, ce qui explique que le tueur a dû être enterré sur le sol français, et le loi le permet, voire l’exige puisque le maire de Toulouse a tenté de retarder l’inhumation, sans succès.

 

Ce n’est pas un mal si la France consent enfin à prendre au sérieux les menaces qui pèsent sur elle. La circulation de certaines armes de guerre devient alarmante. D’où viennent-elles ? Probablement de Bosnie et d’autres foyers de trouble.

 

Le gouvernement est décidé à y mettre fin. Et ces nouvelles mesures sont encore plus perceptibles après du l’élection présidentielle. On aura beau dire que le coup de filet n’a pas de rapport avec l’affaire du tueur Merah, un lien subsiste. Incontestablement.

10:44 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

30/03/2012

Mais qui sont ces adolescents qui tuent froidement leur camarade ?

Mais qui sont ces adolescents qui tuent froidement leur camarade ?

 

D’aucuns s’étonneront qu’un philosophe se pencher sur un fait divers particulièrement crapuleux : trois ou quatre adolescents exécutent froidement de deux balles de 22 long rifle un de leur camarade, susceptible de les dénoncer  pour un cambriolage… Et après l’avoir froidement exécuté, l’un d’entre eux entreprend de brûler le cadavre… Et cela s’est passé en France, dans le département de la Seine maritime !

 

Comment est ce concevable ? Qui est responsable ? La violence au sein de la société, les réseaux sociaux (twitter, Facebook, etc), en gros l’internet ? Ou la télévision avec ses films où la violence règne de manière absolue et où les scenarii de films sont à déconseiller, surtout à un public d’enfants ?

 

Je ne sais. Beaucoup de parents de tous les milieux laissent, par nécessité, leurs enfants seuls à la maison, et ces derniers se gèrent tant mal que bien, en quête d’une présence, d’un soutien ou de conseils. Et il n y a personne pour leur en donner. Mais tout de même que des moins de vingt aient autant de sang froid pour exécuter sans ciller un de leurs anciens camarades, c’est du jamais vu.

 

Dans ces colonnes, j’ai toujours défendu la nécessité, impérieuse, vitale, de réintroduire un minimum d’éducation civique dans toutes les écoles, laïques ou privées. Depuis la désacralisation de tous les gestes de l’existence, la vie, en elle-même, est devenue une quantité négligeable.

 

C’est un échec flagrant et grave de nos sociétés. Il est vrai qu’il suffit d’écouter un petit instant la télévision ou la radio pour entendre que tant de gens ont été tués en Syrie, que l’Europe du sud voit grossir ses flots de chômeurs, que les pays arabes s’enrichirent, qu’un islamiste a tué des enfants, bref, des nouvelles récurrentes et peu réjouissantes.

 

Que faire ? Je ne sais mais je sais seulement qu’il faut réagir car en Seine maritime, la semaine dernière, la frontière de l’horreur a été franchie.

08:31 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

29/03/2012

L’écart se resserre entre François Hollande et Nicolas Sarkozy

L’écart se resserre entre François Hollande et Nicolas Sarkozy

 

Quelles sont les raisons expliquant un tel phénomène ? En fait, elles sont très nombreuses, quoique d’importance variable et de toute manière les jeux ne sont pas encore faits.

 

François Hollande est parti trop tôt. Désigné par le PS il y a plusieurs moins, il n’a pas pu conforter son avance qu’il avait à sa disposition tant que Nicolas Sarkozy ne s’était pas encore déclaré. Petit à petit, les circonstances aidant, notamment le sanglant épisode de Montauban et de Toulouse aidant, Nicolas Sarkozy a commencé à s’imposer aux yeux des Français comme l’homme capable de juguler les crises, tant nationales qu’internationales.

 

Mais il y a plus : dès que Jean-Luc Mélenchon s’est mis à grimper dans les sondages, c’est d’abord à Marine Le Pen et plus récemment à François Hollande qu’il prend des voix. Et depuis le gigantesque meeting de la Bastille, cet effet s’est considérablement amplifié. Les gens de gauche préfèrent Mélenchon car il se comporte comme un véritable tribun et ne s’embarrasse guère de nuances. Cela ne signifie nullement qu’il va gagner la présidence mais en lui se reconnaissaient de nombreux Français qui jugent trop mou et trop tiède le discours du candidat du PS.

 

C’est ainsi qu’il faut comprendre les encouragements in petto prodigués par Nicolas Sarkozy à Mélenchon dont il dit admirer la vivacité et les talents de tribun…

 

Il y enfin la conjoncture, en général. ON a beau se plaindre du marasme et du chômage, de la baisse du pouvoir d’achat, des impôts et des taxes en tout genre, les gens se rendent bien compte que NS se débat comme un beau diable pour limiter les dégâts. C’est ici qu’interviennent l’expérience et la stature d’homme d’Etat.

 

François Hollande est un homme politique estimable qui ne commet pas d’excès, garde une attitude digne durant la campagne, mais l’essence même du PS ne lui permet de se déployer comme il aimerait le faire. On ne va revenir sur les tendance centrifuges et les menées délétères du PS qui est un parti contenant plusieurs autres partis.

 

Selon la plupart des commentateurs, cette tendance baissière de François Hollande semble lourde et destinée à durer… Certes, François Hollande est prédit gagnant au second tour. Mais là aussi, l’écart se resserre, il n’est plus que trois points, ce qui est à peu près la marge d’erreur admise généralement.

 

Les prochaines semaines, que dis-je ? les prochains jours nous le diront.

09:54 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LES ORIGINES DE LA CACHEROUT

LES ORIGINES DE LA CACHEROUT

DANS LE DÉBAT SUR L’ORIGINE et la propagation de l’encéphalopathie spongiforme bovine, dite maladie de la vache folle, la référence oubliée (volontairement ou involontairement) n’est autre que la Bible qui a pourtant tant de choses à nous apprendre non seulement sur le mode de nutrition des hommes mais aussi sur celui des animaux. Cet ensemble de règles qui ne constitue certes pas la panacée mérite cependant que l’on s’y arrête car il représente une sorte de diététique au service de l’éthique. J’aimerais m’attarder sur les contextes historique, sociologique et religieux qui entourèrent l’émergence de la nourriture cacher, sans le moindre esprit partisan, étant entendu que c’est le professeur qui tient la plume, sans considération partisane.

Pour ce faire, je limiterai les préambules historiques à leur plus stricte expression : l’adjectif cacher qui a donné le substantif cacherout signifiait simplement, à l’origine, être apte, adapté à un usage, ou compatible avec quelque chose. C’est par la suite, lorsque le facteur religieux a dominé entièrement le vécu et le penser d’Israël que le termes cacherout et cacher ont signifié exclusivement licite, rituellement permis, autorisé religieusement à la consommation

Lire la suite

09:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28/03/2012

Ces citoyens israéliens qui écrivent aux Iraniens sur face Book

Ces citoyens israéliens qui écrivent aux Iraniens sur face Book

 

Rony et Michal, la petite quarantaine, résidant à Tel Aviv, sont un couple d’Israéliens, qui ont pris une heureuse initiative, quoiqu’un un peu naïve : ils ont envoyé un très beau poster au peuple iranien sur Face book, le plus grand réseau social existant au monde. Dans ce message, ils disent aux simples citoyens d’Iran qu’ils n’ont rien contre eux, qu’ils les aiment, au contraire, qu’ils n’ont aucune intention de les bombarder ni ne cherchent à leur nuire. Ils pointent tout de même les déclarations inquiétantes d’Ahmaninedjad. Cette initiative n’est pas restée sans réponse puisque de nombreux Iraniens ont répond à ces Israéliens dans le même esprit, indiquant qu’eux aussi avaient des enfants qu’ils aimaient, une vie à défendre et à gagner et qu’ils ne nourrissaient aucune animosité à l’égard des Israéliens… C’est effectivement encourageant.

 

C’est sur France Info que j’ai écouté cela et notamment une interview de ce même Rony qui disait que les peuples doivent communiquer entre eux, en passant par dessus les canaux officiels. Il a exprimé son intention de développer son initiative et de faire avancer la cause de la paix, surcout à un moment où le débat fait rage en Israël et la décision de s’en prendre aux installations nucléaires iraniennes semble bien avoir été prise. On n’attend plus que le moment propice…

 

Hormis le caractère romantique d’une telle initiative qui nous impressionne par sa audace et sa générosité, il faut relever que la paix mondiale et la sauvegarde de tout un pays, Israël, ne dépendent pas de la naïveté de quelques inspirés. Les Etats, et surtout l’Iran des Mollahs, sont des monstres au sang froid qui ne s’embarrassent guère de sentiments. Ahmaninedjad a un agenda bien à lui qu’il tentera de pousser jusqu’à ses ultimes conséquences.

 

Ce qui veut donc bien dire qu’Israël et ses alliés occidentaux finiront bien par s’occuper du nucléaire iranien d’une manière ou d’une autre.

 

En revanche, l’importance cruciale des réseaux sociaux éclate une nouvelle fois en plein jour. On les a vus à l’œuvre lors des révolutions arabes (terme plus approprié que le mot printemps) de la Tunisie à l’Egypte. Pour en avoir le cœur net dans le cas de Rony et de Michal, il faut encore attendre un peu. L’avenir nous dira.

09:21 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

27/03/2012

Albert Camus et le devoir éthique des journalistes

 

 

Albert Camus et le devoir éthique des journalistes

 

Eloignons nous un instant de la mêlée des nouvelles et du fracas de l’actualité où une information en chasse une autre sans jamais nous laisser le temps de nous arrêter un instant sur les choses qui défilent sous nos yeux à une allure incroyable, cette velocitas que Goethe dénonçait déjà de son temps…

 

Je vous recommande de lire l’article d’Albert Camus, publié dans le Monde des livres de la semaine dernière, un article qui n’avait jamais paru auparavant et que Albert Camus avait écrit pour une petite feuille de chou en novembre 1939, article censuré par la censure militaire à Alger mais qu’une journaliste particulièrement scrupuleuse a retrouvé dans les archives à Aix en Provence et soigneusement commenté dans les colonnes du bien connu journal du soir.

 

Albert Camus, ce fils hyper doué d’une femme de ménage illettrée, voire pratiquement analphabète, doit à un excellent instituteur, et à d’autres bons professeurs des lycées d’avoir aimé la littérature et d’en avoir fait son métier, si je puis dire, puisqu’il reçut le prix Nobel !

 

En voilà au moins un qui, bien que né en Algérie dans un milieu défavorisé, n’a jamais posé la moindre bombe (si ce n’est philosophique ou littéraire) mais a, au contraire, durablement marqué la pensée humaniste du XXe siècle…

 

Lorsqu’il écrit ce bel article, Camus a tout juste 27 ans et travaille dans l’ombre d’un autre journaliste Pascal Pia qui sera, en quelque sorte, sa divinité tutélaire puisqu’il le fera rentrer dans la rédaction de Combat… C’est aussi l’époque où il rédige une magnifique nouvelle intitulée Noces à Tipaza, que j’ai achetée un dimanche matin chez un bouquiniste du marché de Deauville.

 

On est frappé par la fermeté de la plume du jeune auteur et par sa détermination à dénoncer la folie de l’Europe qui se déchire avec la seconde guerre mondiale, déclarée en septembre.

 

Camus porte à quatre les devoirs du bon journaliste : le refus, l’obstination, la lucidité et l’honnêteté. Dans l’un de ses livres, Camus parlera même de «l’obstination du témoignage», une expression dont le Président Jean Kahn fera la titre de son livre.

 

Camus explique que le bon journaliste n’est pas celui qui informe vite mais celui qui informe bien. C’est toute la différence et nous l’avons vécue d’une manière plutôt vive ces derniers jours.

 

Camus incarne un très haut exemple dont nous devons tous nous inspirer car il stigmatise l’iniquité et met la liberté au premier plan de nos valeurs. Certains critiqueront son idéalisme mais aucun homme, aucune société ne peut vivre sans idéal. Même l’idée messianique, épine dorsale du judéo-christianisme, berceau de notre culture et de notre civilisation, n’est jamais qu’un rêve éveillé… qui dure depuis plus de deux mille ans.

 

MRH in

TDG de ce 27 mars 2012

10:39 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

26/03/2012

LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE REVIENT APRES LE DRAME DE TOULOUSE…

LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE REVIENT APRES LE DRAME DE TOULOUSE…
Oui, les candidats affûtent leurs lames et tentent, pour certains, d’instrumentaliser le drame de Toulouse. Ils en ont le droit et du coup la question de la sécurité, doublée de l’immigration, revient sur les devants de la scène. En fait, ce qui pose problème, c’est l’intégration qui a des partisans, ce sont les plus nombreux, mais hérisse aussi quelques uns qui se muent en ses implacables adversaires.

Il est vrai, voire incontestable qu’il va falloir mieux contrôler l’immigration, même légale, la réduire drastiquement et aussi mettre fin au trafic d’armes qui donne l’impression de se mouvoir et de se développer dans nos banlieues et nos cités sans entrave… Cela ne peut plus durer : qu’un individu comme Merah ait pu se procurer autant d’armes de guerre et de munitions, laisse pantois. Sans vouloir me joindre au concert de protestations contre la DCRI, je dois bien reconnaître qu’elle n’est pas allée jusqu’au bout de sa tâche, tout en reconnaissant que cette dernière n’est pas facile car la France est un Etat de droit.

L’intégration, voilà le thème que l’on doit privilégier : on ne doit plus admettre en France ni en Europe des gens qui ne veulent pas de la socio culture européenne et se transforment en sectateurs religieux violents. Ces gens devraient rester dans leurs pays d’origine où l’armée et la police ne se gênent pas pour les réprimer durement.

Les cas des frères Merah (bien que présumé innocent le frère aîné a été incarcéré et des charges graves pèsent sur lui ) est emblématique et symptomatique. Et ils n’ont vraiment pas rendu un bon service à la cause contestable qu’ils prétendaient défendre.

10:27 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

25/03/2012

L’IDEOLOGUE ET L’EXECUTANT : LES FRERES MERAH DE TOULOUSE

L’IDEOLOGUE ET L’EXECUTANT : LES FRERES MERAH DE TOULOUSE
Les enquêteurs remontent patiemment les fils de ce complot terroriste et ils ont abouti au frère aîné du tueur, présent, selon les relevés téléphoniques, sur les lieux du vol du scooter, ayant servi à l’assassinat des parachutistes et des enfants de l’école Otzar ha-Tora. Et dans la mesure, et seulement dans ce cas où les données publiées par le RAID sont avérées, on a eu affaire à une sorte de binôme constitué de deux membres d’une même fratrie, l’un servant d’idéologue, l’autre de petite frappe, de simple exécutant. Simple mais hyper dangereux : le nombre des victimes le prouve largement.

Aucun motif ne saurait justifier leurs actes impardonnables, avoir ainsi, sans raison, semé la destruction, la mort et le deuil dans toutes ces familles, qui ne se seraient jamais rencontrées mais qui se retrouvent indissolublement unies dans un deuil si douloureux. Mais nous n’avons pas encore épuisé l’investigation de tous les tenants et les aboutissants de cctte affaire.

Une chose peu signalée, mais d’un grand intérêt retient enfin l’attention : le tueur et son frère voulaient punir ceux de leurs compatriotes musulmans, comme eux nés en France, désireux d’être les fils authentiques de la patrie française et surtout ils voulaient les punir d’avoir en Afghanistan la cause de la liberté et de la démocratie.  Ceci est un cinglant avertissement à tous ceux qui veulent s’intégrer en Europe, un continent non-musulman, mais où chacun, quel que soit son appartenance ethnique et religieuse, peut vivre en paix avec les autres, s’élever, fonder une famille, bref devenir un citoyen modèle. Il fallait voir à la télévision les pleurs de ces pères et de ces mères conduisant leurs chers disparus vers leur dernière demeure.

Les aveux du frère aîné sont significatifs : il a reconnu être fier des agissements sanglants de son jeune frère et je me demande même, sous réserve des résultats de l’enquête, s’il ne l’a pas quelque aidé à préparer, planifier, voire à exécuter les attentats. J’ai entendu dire à la télévision que les chefs d’accusation retenus par le procureur de Paris étaient au nombre de cinq, et au moins l’un d’entre eux comprend la réclusion criminelle à perpétuité, si les faits étaient avérés. L’épouse du frère aîné a été, elle, mise hors de cause et son témoignage montre combien cet homme savait cloisonner ses activités. Aux questions de son épouse, il répondait que cela ne la regardait pas et qu’il n’avait pas de déclaration à faire.

L’Europe est constituée d’Etats de droit et chez nous existe la présomption d’innocence, mais j’ai quelques doutes après l’étendue du massacre. Selon les hommes du RAID qui ont longuement dialogué avec l’assassin, le seul regert qu’il aurait exprimé fut de ne pas avoir pu tuer plus de gens (pa exemple d’être arrivé à l’école juive un peu trop tôt… C’est effrayant !

L’Europe devra adopter une législation anti-terroriste plus sévère, il lui faut rendre encore plus dure la répression de l’apologie du meurtre et du terrorisme.

N.B. : un internaute qui se présente sous le nom de M. BRIAND m’envoie un mel pour se plaindre des réaction excessives de deux autres internautes à son égrad. J’ai, pas plus tard qu’hier, eu l’occasion d’adresser une mise à ce sujet, mais je dois aussi rappeler que cet internaute qui se plaint ne laisse jamais passer la moindre occasion de s’en prendre à moi. Etant ce que je suis, je me suis toujours abstenu de réagir. Qu’il m’imite ! Il devrait cesser de verser de l’huile sur le feu et ne pas attiser l’incendie en se livrant lui aussi à des provocations parfaitement inutiles… Régulièrement, il clame son intention de quitter notre blog et, miracle ! il y revient…
En tout état de cause, nous avons pris des dispositions contraignantes à l’égard des fautifs et nous le referons avec M. JF Mabut, si besoin est.
Alors patience, prudence et surtout modération dans l’expression !

19:44 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

24/03/2012

INTEGRISME, ISLAMISME ET VIOLENCE

INTEGRISME, ISLAMISME ET VIOLENCE

Le sanglant épisode ouvert par Mohammed Merah n’est pas près de se refermer. C’est un début et comme je le disais dans le précédent blog il faut souhaiter que son exemple ne soit pas suivi ni qu’il se transforme aux yeux de certains en héros. Je suis inquiet de voir que son propre frère, salafiste confirmé, se dit fier des agissements de son cadet. Mais le plus grave est le cas de cette enseignante qui entendait faire observer une minute de silence en faveur de l’assassin, par ses élèves de terminale.

La France, et sur ses pas, l’Europe dans son ensemble, devra se pencher sur le problème assez inquiétant que constitue cet exemple sanglant : un jeune homme de religion arabo-musulmane, né sur le sol national, donc français, se dresse de toutes ses forces contre le pays qui l’a vu naître, tue sans pitié des soldats de ce même pays au motif qu’ils ont combattu en Afghanistan et exécutent sans état d’âme des enfants d’une école au motif qu’ils sont juifs…

Comme d’habitude, les journalistes se précipitent et nous inondent sous un flot d’informations mal étudiées, superficielles, nous laissant nous débattre seuls avec toutes ces interrogations. Nous devons analyser plus méthodiquement et plus scientifiquement.

Il y a quelques années, après l’attentat de Londres, j’écrivais un article dans la rubrique l’invité de cette même Tribune de Genève, sous le titre, la benladenisation de la jeunesse musulmane d’Europe. C’est ce mal qu’il faut conjurer, ce cocktail détonnant d’un rigorisme religieux et d’une violence aveugle tournée vers ceux qui ne sont pas comme vous, ne prient pas comme vous, ne pensent pas comme vous, boivent de l’alcool, mangent de la viande de porc, pratiquement une certaine permissivité sexuelle, etc…

C’est donc un appel à la tolérance, une mise en valeur des vertus du vivre ensemble. Le problème est que les Mohammed Merah ont dépassé ce stade, sont sourds à ce genre de raisonnement et ne peuvent plus pratiquer ce genre de dialogue.

Alors que faire ? La seule façon de se prémunir contre de futurs massacres éventuels est de resserrer la surveillance, d’agir sans tarder même si l’on doit, pour cela, ne respecter toutes les garanties offertes par l’Etat de droit.

La France, hébétée, a du mal a réaliser ce qui vient de lui arriver : un fou furieux, surarmée, pris par un délire de violence meurtrière a tué impunément pendant plusieurs jours… C’est inacceptable .
N.B. : j’ai bien pris connaissance du commentaire de Gérard que je remercie. Je demande à Monsieur Cortgo de faire preuve de modération, d’exprimer ses idées librement mais sans choquer ceux qui pensent autrement que lui. J’espère que cet appel sera enfin entendu.

08:40 | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Facebook

23/03/2012

L’affaire de Toulouse : les leçons d’un drame

L’affaire de Toulouse : les leçons d’un drame

 

Vous avez été tr !s nombreux à lire le précédent blog et à réagir. En effet, jusqu’à présent, on n’a découvert que la partie visible de l’iceberg, la partie immergée reste à explorer. Et ce que l’on va apprendre risque de nous surprendre, voire de nous inquiéter grandement. Je ne m’arrêterai pas sur la tactique du RAID ni sur l’adéquation ou, au contraire, l’inadéquation de l’assaut, laissant cela aux spécialistes, même si certains spécialistes auto-proclamés se sont précipités pour prendre inopportunément la parole…

 

A/ l’évolution d’un tueur fanatique : comment un jeune homme, certes issu de parents arabo-musulmans, mais né en France, a-t-il pu se retourner avec une telle violence contre le pays dans lequel il est né et auquel il doit tout ? Comment a-t-il pu, en raison de ses origines ethniques et religieuses, haïr la socio-culture française au point de dire que rien ne lui importait plus que de tuer et de prendre autant de vies d’innocents que possible ? Je doute que l’on puisse jamais expliquer cet accès de folie meurtrière… Le parcours d’un petit délinquant banal, comme il y en a tant dans ces milieux déshérités et déclassés, était imprévisible et l’on n’est pas fondé à faire la moindre critique aux services chargés de surveiller de tels individus dans un état de droit.

 

B/ La question des armes et des complicités : il n’est pas anodin qu’un tel individu ait pu concentrer chez lui autant d’armes de guerre et de munitions. Comment un jeune homme ayant peu de ressources a-t-il transformé son modeste deux pièces en une véritable armurerie abritant un véritable arsenal ? Si les frontières européennes sont devenues une véritable passoire depuis les accords de Schengen il faut savoir que la guerre de Yougoslavie a eu pour conséquence d’inonder les milieux islamistes d’une impressionnante quantité d’armes. Mais comment une petite frappe comme Merah a-t-elle pu se procurer une telle quantité d’armes et de munitions et comment a-t-elle pu résister aussi longtemps ?

 

C/ L’endoctrinement et le fanatisme : cet individu a fait l’objet d’un véritable lavage de cerveau. Il a fait preuve d’une détermination peu commune et surtout il a su endormir les policiers en leur promettant qu’il se rendrait prochainement. Etant l’essence même de la duplicité, il a fait le mort pendant une dizaine d’heures au point que les forces de sécurité postées sur place ont cru qu’il était vraiment mort. En réalité, le tueur les attendait avec pour seul objectif la volonté d’en tuer le plus possible. Une telle mentalité ne peut qu’être le fruit d’un long entraînement et d’un substantiel bourrage de crâne. Comme seuls les islamistes savent le faire.

 

D/ La question des complicités : Il est impossible qu’un tel homme ait pu agir seul sans logistique ni soutien. Si ses supports idéologiques sont connus ( fondamentalisme islamique), il reste à découvrir qui l’a armé et poussé à agir à ce moment précis. L’enquête risque d’être longue mais elle doit aboutir si la France veut neutraliser ce danger mortel qui a même interrompu la campagne pour les élections présidentielles.

 

E/ Enfin, le statut de l’islam en Europe. Comme tous les crétins criminels, Merah n’a pas rendu service aux causes qu’il prétendait défendre. Ce que j’ai trouvé bienvenue, c’est tout d’abord la réaction lucide et courageuse du Premier Ministre palestinien qui a dénié à ce tueur le droit de parler au nom de quiconque. Nous avons vu quelques musulmans de France lui dénier, eux aussi, le droit de parler en leur nom.

 

La France a vécu un traumatisme : au cœur même de l’une de ses métropoles, un islamiste a transformé un paisible quartier en quartier en guerre. Il faut veiller à ce que cet acte ne soit pas glorifié et que son auteur, un assassin, ne soit pas adulé comme un héros mort pour la bonne cause.

 

Cet individu a causé un grand tort à la communauté nationale et à la communauté ethnico-religieuse dans laquelle il est né.

08:50 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook