22/03/2012

L’avant et l’après Toulouse : plus rien ne sera comme avant en France

L’avant et l’après Toulouse : plus rien ne sera comme avant en France

 

Sans chercher à verser de l’huile sur le feu, il faut bien se livrer à ce triste constat : un petit délinquant de province, maintes fois condamné pour des vols avec violence, un assassin d’enfants et de militaires, bref un lâche et un couard, tient en échec toutes les polices d’un grand pays au motif que les lois républicaines empêchent de donner l’assaut et de le traiter comme il conviendrait de le traiter.

 

Son appartenance auto-proclamée à je ne sais quelle branche d’al-Quaida est largement mythique et ses actes odieux sont ceux d’un déclassé social, d’un garçon en échec scolaire et professionnel, qui n’a rien réussi sinon à faire tristement parler de lui dans un bain de sang.

 

Mais ses actes posent un certain nombre de questions et confrontent les autorités à de nombreux problèmes.

 

Le premier point, le plus important à nos yeux, est la nature de la religion islamique et son statut en Europe, et surtout en France. En disant cela, nous mettons immédiatement en garde contre les amalgames, les généralisations abusives et les condamnations sommaires. Mais il n’en demeure pas moins que le seul fondamentalisme religieux actuel provient d’un seul terreau. Il convient donc que les principaux intéressés s’attellent à cette tâche qui consiste à distiller à leurs ouailles que toutes les convictions religieuses sont respectables mais que la vie en commun dans une société non confessionnelle implique que l’on se respecte. C’est à cette seule condition que l’on peut sauvegarder un minimum de paix civile.

 

Ce qui est encore plus préoccupant, c’est que ce gravissime problème ait surgi au beau milieu d’une campagne électorale qu’il a même contribué à stopper : rendez vous compte ! Le drame n’est pas seulement franco-français mais implique aussi l’international car les victimes de l’école juive de Toulouse avaient la double nationalité, française et israélienne.

 

En fait, nous payons des années d’impréparation et de laxisme. Cela fait si longtemps que nous savons les banlieues infestées de caches d’armes, d’explosifs et de drogues. Cela ne signifie pas que tous les immigrés ou leurs descendants sont des délinquants, loin de là. Cela signifie simplement qu’une large reprise en main s’impose. Que l’octroi de la nationalité française devra être plus strict, que l’Etat devra délivrer très peu de visas et inverser les flux migratoires.

 

Nul ne pourra contester l’effet désastreux que cet acte inqualifiable aura sur la suite. Il y aura un avant et un après Toulouse. La France a connu tant de vagues d’immigrations successives dont les membres se sont bien intégrés dans l’ethnie et la socio-culture françaises. Le problème est que l’on ne rencontre pas d’intellectuels ni de religieux musulmans dont la voix serait assez forte pour dire à leurs coreligionnaires ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire.

 

Mais, je le répète avec force, les amalgames seraient encore plus nocifs que ce qui se passe. Et en outre, ils seraient injustes.

08:09 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Votre analyse est exacte à mon avis. Je pense qu'en France, on peut être ouvert sans se cacher les réalités. La réalité à partir des années 90 a consisté en une islamisation de certaines cités. La misère quelque soit son visage a toujours représenté un terreau fertile pour les idées extrêmes (et à l'extrême droite, on exploite le même filon). J'ai ce sentiment d'étrangeté en tête depuis ces années, lorsque je pense à des amis musulmans non pratiquants qui d'un coup, se sont comportés en radicaux. Je n'ai pas compris leur attitude, et de la même manière, je ne comprends aucun des discours extrêmes actuels. L'extrémisme quel qu'il soit et quelle que soit sa forme, est une maladie pour l'humanité. Il n'y a pas d'amalgame à faire là où on constate un fait donné à un moment donné : il faudrait des solutions à une situation qu'on a laissé s'envenimer comme vous le notez justement. Cependant, avec une tuerie qui est de toute façon gratuite, l'amalgame aura lieu, et un autre extrême va profiter de l'aubaine. C'est triste, mais c'est déjà en train d'arriver.

Écrit par : Lotis | 22/03/2012

on avait dit la même chose lors de l'affaire de la rue des rosiers
îl y aura un avant et un après
mais tout continuera comme toujours
les fondamentalistes islamiques - les fondamentalistes juifs
tout le monde s'en donne à coeur joie pour infliger au monde les pires horreurs

Écrit par : pralong | 22/03/2012

Les hommes politiques, encouragés en cela par ceux qui les élisent, repoussent toujours toute décision difficile à plus tard, préparant ainsi le terrain pour des affrontements d'extrêmes qu'ils dénonceront d'autant plus violemment qu'ils n'ont rien fait pour en supprimer les causes.

Écrit par : Mère-Grand | 22/03/2012

Cher Monsieur,
J'ai lu avec attention comme à l'accoutumé votre analyse sur l'avant et l'après Toulouse.
Nous sommes en effet toujours à constater que de bonne foi nous disons à l'unisson plus jamais ça mais apparament nous prêchons dans un désert car ceux à qui nous nous adressons n'ont rien à faire de nos appels.Ils se sont auto-radicalisés sont nous avertir.Parceque nous nous sommes pas préoccupés de leur état avant leur dérive.
Ils sont souvent le produit de nos sociétés qui laissent le mal s'installer et prospérer sans jamais apporter des solutions avant la déflagration.
Si le système est malade,il faut soigner le système afin qu'il nous évite ce type de drames,car le système c'est aussi nous,"les bien pensants".
En ce qui concerne les intellectuels musulmans,ils existent et ils prennent leurs responsabilités à dénoncer ces délires de l'extrémisme et ils proposent une pédagogie pour sortir de cette spirale.Ceux-là personne ne les entend parceque personne ne veut les entendre et puis quels sont les moyens de communication qui sont mis à leur disposition?
Réponse pas grand chose ou rien.

On ne donne droit au chapitre qu'à ceux qui vont ajouter de l'obscurité à la nuit dans laquelle nous vivons.
Vous Monsieur,avec tout le respect que je dois, pouvez-vous être entendu par vos extrémistes?Si oui faites moi profiter de votre expérience.

Je crois que nous sommes tous désarmés face à ce fléaux chacun dans sa propre communauté,les uns plus que les autres,raison pour laquelle nous devons faire preuve de solidarité et d'union pour mettre fin à ce malheur.Alors commençons et peut-être que l'après sera comme nous l'espérons.

Ce n'est qu'ensemble que l'on pourra aider la République à prévenir ce genre de drames pour nous éviter à tous ce cruel désordre que nous impose la terreur de cette minorité déshumanisée.

Bien à vous et merci de dire non à l'amalgame, de grâce allons plus loin car nous sommes tous menacés par le fanatisme qu'il soit religieux ou idélogique ou les deux accouplés.

Écrit par : Hafid Ouardiri | 22/03/2012

Pourquoi toujours vouloir parler d'amalgames?

Vous n'en avez pas marre de nous prendre pour des cons?

N'est-il pas vrai que le coran incite à la haine?
N'est-il pas vrai que mahomet est le beau modèle à suivre? Lequel suivre d'ailleurs? Celui de la période mecquoise ou celui de la période médinoise? N'est-ce pas dans le coran qu'il est stipulé que les nouveaux versets annulent les anciens?

On trouve des corans dans l'ordre chronologique. Nous savons donc quels sont, plus ou moins les derniers versets révélés par le prophète.

Vous voulez quelques exemples? Sous ce lien, vous trouverez ce qui permet de justifier les abominations de mehrad:

http://www.occidentalis.com/blog/index.php/oui-le-coran-est-dune-violence-inouie

Monsieur Ouardiri, comment osez-vous clamer que vous êtes désarmé contre ce fléau? Pourquoi, avec vos compères musulmans modérés, vous ne faites pas de marches de protestation contre vos coreligionnaires, qui lisent et comprennent le coran aussi bien que vous, qui prêchent la haine? Il est vrai qu'il n'est nul besoin d'être courageux pour faire une marche de protestation en faveur des Palestiniens et contre les actions des Israéliens, par contre, manifester et rejeter les parties du coran qui sont abominables demande un peu plus de couilles.
Lorsque vous clamerez haut et fort que oui, urbi et orbi dans l'Eglise, dans l'islam il y a des textes qui sont violent et que Mahomet s'est trompé, alors oui, là, je pense que je pourrais peut-être vous écouter!

Écrit par : Divico | 24/03/2012

C'est bien l'UOIF qui a invité deux prédicateurs salafistes (Yussuf al Qadarawi et Mahmoud al Mesri) prônant les génocides des divers mécréants, dont les juifs et les chrétiens.

L'UOIF dénonce officiellement les assassinats du soldat islamique Merah et invite en douce ceux qui en sont les instigateurs.

Intéressante attitude !!!

Écrit par : hector | 24/03/2012

"Lorsque vous clamerez haut et fort que oui, urbi et orbi dans l'Eglise, dans l'islam il y a des textes qui sont violent et que Mahomet s'est trompé, alors oui, là, je pense que je pourrais peut-être vous écouter!"
Cela n'arrivera jamais. Mais Ouardiri continuera à clamer que les musulmans sont injustement soupçonnés de représenter un danger pour les valeurs de la liberté et de l'égalité.
Non seulement Mahomet ne peut pas s'être trompé, mais ses déclarations n'ont pas à être mis à jour et réinterprétés en fonction du monde dans lequel nous vivons.

Écrit par : Mère-Grand | 24/03/2012

J'aimerais également avoir l'avis de Monsieur Ouardiri sur les tentatives des pays membres de l'OCI de vouloir criminaliser le blasphème et la diffamation des religions! ;-) Bien entendu, l'idée qui est derrière la tête de ces tartuffes n'est pas de défendre les religions, mais une en particulier, l'islam!

Écrit par : Divico | 24/03/2012

Les commentaires sont fermés.