13/12/2011

La Syrie, le Hezbollah et la France

La Syrie, le Hezbollah et la France

Qui a commandité et exécuté l’attentat contre les soldats français de la Finul au sud Liban il y a quelques jours ? Selon les autorités françaises, ce serait une action de représailles des Syriens et de leurs alliés libanais contre l’activisme de Paris à l’ONU visant à démettre le régime de Bachar al-Assad.

La réponse ne s’est pas fait attendre : une volée de bois de l’ambassadeur de France à l’ONU mettant en cause, en termes fort peu diplomatiques, l’immobilisme et l’indifférence du Conseil de sécurité, alors qu’en Syrie, les troupes de Bachar ont déjà tué plus de 5000 personnes, par lesquelles plusieurs centaines d’enfants. L’ONU a aussi parlé de soldats exécutés en raison de leur refus de tirer sur leurs frères manifestants.

J’ai pu voir sur al-Djézira dimanche les blindés syriens tirer dans les rues de Hama, mais surtout on nous a montré l’enterrement d’un enfant tué quelques heures plus tôt. Distinctement, on entendait les balles et surtout, le cortège funéraire risquait sa vie car même les enterrements ne découragent les troupes syriennes.

Là où la situation devient pratiquement surréaliste, c’est quand la télévision d’Etat montre les gens votant aux élections municipales : la majorité de la population syrienne rejette le régime et celui-ci, comme si de rien n’était, maintient des élections dans un pays en insurrection depuis bientôt un an…

Hier soir, France 24 a publié une interview du président turc Abdullah Gull, un homme intelligent et pondéré, un vrai diplomate de carrière, qui a parlé de la situation dans le pays voisin : il a contesté que des raids armés partent de son pays vers la Syrie, ce qui a déclenché le scepticisme (fondé ?) du journaliste. Mais le plus important est qu’il estime que le règne des El-Assad à Damas touche à sa fin.

Quant à la France, elle n’a pas oublié l’ambassadeur Delamare, tué à quelques mètres d’un barrage syrien au Liban…

11:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.