17/11/2011

Grâce pour DSK

Grâce pour DSK

C’est triste à dire, mais l’affaire revient sur le tapis. Ne laissera-t-on donc aucun répit à un homme déjà à terre, qui ne peut, en tout état de cause, nullement se présenter à aucune élection d’importance ni causer de tort à personne ? Qui a, de surcroît, été lâché par tous, même par ses plus fidèles soutiens ?

Il faut relâcher la pression sur un homme qui a besoin de temps pour se reconstruire, je ne dis pas professionnellement (car cela paraît très compromis) mais simplement humainement, dans sa vie, sa relation à son épouse et à ses enfants ?

L’affaire de ce grand hôtel lillois a donné lieu à des spéculations assez étonnantes, je dois bien le reconnaître. Selon certains milieux, cette affaire de l’hôtel était en attente pour éclater au grand jour au moment où DSK aurait déclaré officiellement sa candidature. On nous dit que c’est de bonne guerre et qu’il suffit de jeter un coup d’œil sur ce qui vient de se passer outre-Atlantique où des femmes se sont soudain souvenues du harcèlement sexuel émanant, nous disent-elles, d’un candidat républicain à la Maison Blanche… L’affaire du Carlton devait donc, selon ces milieux, exploser la première.

Et voici que DSK, dans son abyssale inconscience, donne à ses adversaires, l’occasion absolument inespérée de l’anéantir en leur offrant sur un plateau l’affaire du Sofitel de New York… Décidément, les grands hôtels se suivent dans la vie de DSK… En principe, Lille était seule en ligne et voilà que NY lui volait la vedette et l’exclusivité !

Aujourd’hui, alors que DSK est arrivé par miracle et grâce l’ingéniosité de ses bons avocats à se sortir d’affaire, on s’acharne sur lui de nouveau, comme si on voulait l’achever.

Que l’on me comprenne bien : je désapprouve de la manière la plus formelle les agissements de DSK, mais après tout la justice ne fait pas la morale, même si, à mes yeux, on ne doit pas agir comme il a agi. Aujourd’hui, il faut épargner cet homme, le laisser vivre. Car il y va de sa survie. Je sais que la poltique est un exercice cruel. Mais trop, c’est vraiment trop.

Laissez cet homme enfin en paix. Le châtiment subi excède largement la faute commise.

08:39 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Je suis de votre avis. Jai écrit dans ce sens sur mes deux blogs:

http://billets.blog.tdg.ch/

http://voix.blog.tdg.ch/

Je viens aussi de répondre à un de mes commentateurs pour expliquer en quoi, reparler de cette affaire a du sens.

Bien à vous,

Hélène Richard-Favre

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/11/2011

Les commentaires sont fermés.