22/10/2011

A-t-on le droit d’exposer ainsi le corps mutilé de Kadhafi ?

A-t-on le droit d’exposer ainsi le corps mutilé de Kadhafi ?

 

Non, j’y réponds tout de suite, par la négative. la mort est le lot de tout être humain et la dignité de la personne humaine vaut pour tous, même pour ceux qui n’ont eu auucn respect ni aucune pitié pour leurs innombrables victimes. Le CNT de libye nous inquiète beaucoup car, en dépit des protestations internationales qui se font de plus en plus nombreuses, le corps du supplicié, ancien bourreau de son propre peuple, est toujours exposé, comme une bête de cirque. Les familles entières se déplacent avec leurs enfants, on prend des photos et on pose avec de grands sourires autour du cadavre. Ce n’est pas bien. La révolution libyenne est en train de salir la cause qu’elle a servie avec courage et abnégation. Ce n’est vraiment pas bien. Il y a des limites à ne pas franchir et la civilisation arabo-musulmane a elle aussi des valeurs qui englobent le respect d’une dépouille, surtout humaine.

 

Il faut aussi faire droit aux appréhénsions des gens. Ainsi avons nous entendu les doléances de simples citoyens, narrant le martyre, le calviare des gens victimes de dénis de justice du matin au soir durant 42 ans. Oui, plus de quatre décennies au cours desquelles l’ancien maître de la Libye, guide autoproclamé de son peuple, a fait ce qu’il a voulu, écrasant tout le monde, organisant des meurtres et des explosions d’avions en plein vol, massacrant des opposants. Bref, se conduisant comme un animal malfaisant, avide de sang. Nous comprenons donc la rage des Libyens. Mais, je le répète, ce n’est pas bien.

 

Les élites, ceux qui dirigent et gouvernent, sont là pour montrer au peuple la voie à suivre. Au besoin, en faisant acte d’autorité. Mais voilà la Libye est un pays san état, sana armée, sans corps constitués, et tout ceci a été voulu et dominé par la personnalité écrasante du dictateur défunt.

 

Aujourd’hui, il faut que cesse ce macabre spectacle. Toutes les grandes religions reconnaissent le respect et la dignités dus à une dépouille humaine. Il faut donner à ce corps une sépulture, qu’elle soit marine ou terrestre. On a malheureusement l’impression que le désir de vengeance est irrépressible et que la famille Kadhafi va être victime d’extermination. Les différents fils, à l’exception de celui qui s’est réfugié au Niger, vont être tués , s’ils ne l’on pas déjà été. Cela n’est pas bien, mais on peut dire que Kadhafi récolte, même après sa mort, ce qu’il a semé : la honte, la violence et le déshonneur.

 

Avez vous vu les slogans des manifestants syriens ? Ils promettent à l’autre bourreau de son peuple, El assad, le même sort !

 

Il y a dans le second livre de Samuel, lors de la guerre fratricide entre le royaume de Juda (David) et celui d’Israël (Saül) , une phrase prononcée par le général Avner ben Ner à l’adsresse de son homologue le général Joab ben Cerouya : ha-la-nétsah tokhal haréb ?

 

Le glaive ne sera-t-il donc jamais repu ?

 

Plus que jamais cette phrase est d’actualité.

07:43 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.