30/08/2011

MARSEILLE ET LA POLITIQUE DE SECRUITE DU GOUVERNEMENT

MARSEILLE ET LA POLITIQUE DE SECRUITE DU GOUVERNEMENT

La France, comme bon nombre de pays européens, reprend en main sa politique de la ville, de l’immigration et de la sécurité. Il est délicat d’associer délinquance et immigration, mais il faut bien reconnaître que les mêmes ingrédients se retrouvent parfois, mais pas toujours, lorsque des conditions bien définies sont réunies.

Hier M. Claude GUEANT,  ministre de l’intérieur et homme de confiance du président Sarkozy, a installé son directeur adjoint de cabinet comme préfet chargé de la sécurité. Il était grand temps. On ne pouvait plus continuer ainsi car chaque mois, voire chaque semaine, il y avait dans certains quartiers des blessés par balles, voire des morts. Hier encore, le jour même de la visite du ministre, un homme a été grièvement blessé par un tir nourri de kalachnikov ou par d’autres armes venues de Bosnie.

Le trafic de drogue a rendu fous les délinquants qui n’hésitent plus à tirer sur les forces de l’ordre et à régler leurs comptes de manière sanglante. Petit à petit, les autorités reprennent pied dans les quartiers les plus infestés par les malfaiteurs. Rendez vous compte : on parle d’un parking où les délinquants rackettaient les automobilistes ! Ici, en France !

Il y a fort à parier que les thèmes les plus prégnants de la campagne seront l’insécurité, l’immigration et le chômage. Des trois, ce sont probablement les deux premiers qui se tailleront la part du lion. Sans même parler de l’incontournable surenchère entre le FN et la droite parlementaire qui a enfin pris les dimensions exactes de ce profond malaise.

On ne peut pas chez des gens tout en refusant de vivre avec eux, d’assumer leur histoire et de partager leur destin.

09:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.