21/07/2011

La crise de l’Euro

La crise de l’Euro

 

Le non économiste que je suis ignore si nos concitoyens européens, plusieurs centaines de millions, prennent la mesure de ce qui se passe dans la capitale belge : l’avenir de notre monnaie. Et si j’étais cruel, je dénoncerai par la même occasion l’inconscience de ceux qui s’ingénient à découvrir qui a partagé l’intimité de DSK : la mère, la fille, la grand mère, l’ancienne épouse etc… Oh, je sais bien que ce nom DSK évoquait jadis la haute finance… mais cela fait une éternité que ce n’est plus le cas !

Au moment où j’écris, la faillite d’un pays comme la Grèce est avérée et le risque est grand de voir d’autres pays faibles se réclamer in petto du précédent grec pour demander que grâce leur soit fait de leur dette ! Après tout, la Grèce oui, et pourquoi pas l’Espagne, le Portugal, qui, eux sont obligés de se serrer la ceinture ?

J’avoue que dans cette affaire, je suis entièrement derrière la chancelière allemande qui, en tant que première puissance payante, a le droit de dicter ses conditions. Vous rendez vous l’Allemagne jadis nain politique et géant économique dévient l’unique banquier de l’Europe ? Beaucoup de gens critiquent l’Allemagne mais pourquoi ne pas l’imiter et faire preuve de discipline et d’esprit de sacrifice ?

Vous rendez vous compte que si, pour des raisons X, la RFA refusait de s’aligner, l’Euro disparaîtrait ? L’Allemagne n’aurait aucun problème à revenir au Mark, mais les Français, les Italiens, les Portugais, les IESpagnols, sans même parler des autres ?

Ce fut une erreur colossale de faire rentrer dans l’Europe et dans la zone Euro des pays qui n’ont rien à y faire ! J’espère qu’on en tirera les leçons nécessaires concernant le cas de la Turquie : au moins la Grèce voisine aura servi à cela !!

23:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.