07/07/2011

l’affaire dsk : la bataille de procfdure, les associations noires

l’affaire dsk : la bataille de procfdure, les associations noires

 

Apparemment, l’affaire se complique pour DSK sans toutefois s’aggraver ni s’envenimer. Les fondamentaux restent les mêmes : l’accusatrice n’est plus crédible, pire, elle risque l’emprisonnement et l’expulsion et est tout à fait inapte à témoigner lors d’un hypothétique procès puisqu’elle est parjure, suite à ses mensonges devant le grand jury. Et comme l’unanimité des 12 membres de ce jury populaire est absolument nécessaire, il n’y a plus rien à faire.

Conscient de ce retour de situation, l’avocat de la Guinéenne a fait une déclaration proche du désespoir : le retrait du procureur Cyrus Vance Jr, lequel a évidemment refusé de se dessaisir du dossier. Question d’honneur personnel car après toutes ces fausses accusations, il se couvrirait d’opprobre en capitulant en rase campagne, ouvrant la voie à de colossales indemnités versée par l’Etat et la ville de New York.

Mais l’affaire prend une tournure dangereuse : voyant que sa cliente est définitivement discréditée, tant au plan moral que judiciaire, l’avocat afro-américain qui la défend a cherché à déplacer le centre de gravité de l’affaire vers les droits de l’homme, et notamment de la minorité noire des Etats Unis. Donc du combat judiciaire perdu, il se dirige vers le combat autour des droits civiques… On peut comprendre cette préoccupation et les Noirs US ont beaucoup souffert de la ségrégation raciale durant trop longtemps. Mais dans ce cas précis, la translation ne jouera pas : on peut être blanc et avoir raison et être noir et être coupable. L’inverse est tout aussi vrai.

Mes pronostics sont que l’affaire ne va pas tarder à se dénouer de manière heureuse pour DSK puisque même ce combat d’arrière-garde de Vance et de Thompson n’ira pas loin… Les avocats de DSK ne veulent pas céder et on les comprend : aucun indice irréfragable n’est venu une once de culpabilité pénale de DSK. Son accusatrice ne présente pas de garanties suffisantes de probité et de crédibilité. Et son défenseur n’a jamais apporté le moindre début de réponse aux graves doutes pesant sur son honorabilité.

Mais comme je le répète à longueur d’articles, DSK est peut-être innocent pénalement, il n’est pas irréproochable moralement. Mais les tribunaux ne font pas la morale, ils se contentent de dire le droit. Et c’est déjà pas si mal…

08:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.