02/05/2011

Oussama ben LAden a été tué par les forces spéciales US

Oussama ben LAden a été tué par les forces spéciales US

 

La Bible utilise quelque part la phrase suivante : car tu ne sais pas de quoi demain sera fait (ki lo téda’ ma yéléd yom). En consultant mon blackberry sur lequel je reçois le journal la Tribune de Genève qui annonçait la disparition du chef d’al-quaida, je n’en crus pas mes yeux. Transposé sur France 24, j’écoutai alors la longue allocution de Barack Obama lequel a eu un secours providentiel/ Au plus bas dans les sondages, acculé, conduit à publier son acte de naissance pour prouver qu’il est américain (incroyable), l’homme, presque à terre, rebondit grâce à cette nouvelle exceptionnelle qui met du baume au cœur endolori des USA : ils ont enfin neutralisé leur ennemi public numéro 1, l’homme le plus recherché du monde. On finir par croire u’il y a bien une Providence et en politique rien n’est jamais vraiment fini avant la fin effective…

Quelles vont être les conséquences d’un tel fait d’armes ? Certes, al-quaida n’était plus le QG d’une organisation terroriste et son chef était en fuite, se contentant de courir après les événements au lieu de les déclencher. Cette organisation est devenue une nébuleuse qui a essaimé partout dans le monde. Mais le symbole a été écrabouillé : l’homme barbu qui échappait aux USA, l’hyperpuissance, a finalement rattrapé par un commando américain qui a incendié sa villa et l’a exécuté d’au moins une balle en plein front, tel qu’on peut le voir sur les photographies.

Il est trop tôt pour prédire l’avenir. Emettons un vœu : c’est que certains se choisissent leurs héros avec plus de discernement, l’Occident n’est pas mort, ses dépouilles ne sont pas encore à ramasser, il a des armées puissantes capables de faire respecter la loi et l’ordre dans toute la surface de la planète. Le colonel Kaddafi devrait y réfléchir.

09:28 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

Commentaires

Rien de spécial si ce n'est que ces prochains mois l'on pourra lire que quelques américains seront décédés suite à des accidents de circulation, d'alpinisme ou noyé lors d'une baignade dans des régions profondément anti américaine situées un peu n'importe où : Vietnam, Thaïlande, Oman, Tunisie, Maroc, Afrique noire sans oublier l'Amérique du Sud et l'Europe.

Pour ô ma baraque ce n'est qu'une victoire à la Pyrrhus !

Écrit par : Perrissaguet | 02/05/2011

"Au plus bas dans les sondages, acculé, conduit à publier son acte de naissance pour prouver qu’il est américain (incroyable), l’homme, presque à terre, rebondit grâce à cette nouvelle exceptionnelle qui met du baume au cœur endolori des USA :"

Voilà la raison pour laquelle il a cru bon de ressusciter un mort. Ben Laden, mieux que Jésus: pas ressuscité pour quelques jours, mais pour près de 10 ans! Très fort!

Ces ricains sont des incapables et des incompétents. Ils avaient ordre de le prendre vivant (seuls les crétins croiront cette information)... comme si les chimistes ne disposaient pas de toute une panoplie de gaz pour prendre vivant n'importe quel groupe de personnes. Ensuite on nous dit que son cadavre est traité comme il faut... et il serait jeté à la mer... ce qui est contraire à toute pratique funéraire musulmane. Mais très utile pour se débarrasser d'un pseudo-cadavre d'un pseudo-Ben Laden. Ni vu ni connu je t'embrouille. Ce n'est pas Ben Laden, et à part ses proches, nul de sait où il est enterré.

La machine de propagande ricaine est en marche. Par ici les gogos. Obama décidément n'est pas un président à la hauteur, tout juste un mini-Bush.

Au moins il n'y aura plus de soi-disant déclaration de Ben Laden avant les prochaines élections ricaines.

Écrit par : Johann | 02/05/2011

Président, prix Nobel de la paix et se permettre de dire que "justice est faite" alors que l'homme en question, certes avec du sang sur les mains, n'a été jugé et condamné par aucun tribunal!

Oh..bama bien bas arrivé pour sauver sa présidence!

C'est pire que tout et il restera dans l'histoire noire des States!

Écrit par : Corélande | 02/05/2011

Incompréhensible que l'ordre de l'abattre ait été donné ! Il existe des gaz soporifiques inodores et mille autre manière de le neutraliser sans le tuer ! ! !

Encore une fois ça pue l'esbroufe à plein naseaux, les médias nous bassines,le pentagone ne diffuse pas d'image, si ça se trouve il était déjà mort dans un congélateur !

Maintenant au lieu d'être un "saint" vivant pour les salafistes, il est un "saint" mort ! bonnet blanc et blanc bonnet !

Écrit par : Corto | 02/05/2011

Ils l'ont abattu et c'est très bien...Il faut savourer ce moment il y en aura d'autres, en Lybie et ailleurs.Il faut penser aux victimes et leurs familles.

Prochain problème majeur, la création d'un ETAT criminel palestinien sans négociations avec la plus grande démocratie du Proche Orient...ISRAËL !

Mais là ce sera la guerre totale!

Écrit par : Pierre NOËL | 02/05/2011

Assad a signé son arrêt de mort ?
La "moisson" provisoire du "Vendredi de la colère" en Syrie varie selon les sources entre quarante et cent morts

Pour les médias syriens, tout va bien. L’éradication doit se poursuivre !


Les Syriens ont répondu en masse à l’appel à manifester, ce vendredi, baptisé "Vendredi de la colère". La population a bravé l’interdiction décrétée hier par le ministère de l’Intérieur et ses menaces de répression, au prix d’une quarantaine de morts, au moins, recensés à cette heure-ci, et des centaines de blessés.

Les informations en provenance de Syrie sont contradictoires. La télévision d’Etat affirme que Damas est calme, en raison d’un violent orage qui a éclaté sur la capitale peu avant la fin de la prière du vendredi. Les manifestants potentiels ne se sont donc pas rassemblés. La même source affirme par ailleurs qu’un groupe armé a attaqué une position de l’armée à Deraa, tuant quatre militaires et en ont enlevé deux autres. Les médias officiels syriens continuent à défendre la politique répressive du régime, « indispensable pour ramener le calme, éradiquer les bandes armés, protéger la population, mettre un terme aux ingérences et conspirations étrangères, afin de pouvoir lancer les réformes ».

De l’autre côté, les médias arabes les plus sérieux, les agences de presse internationales et les sites internet diffusent des vidéos et des photos qui contredisent le régime. Images à l’appui, ces médias font état d’une très forte mobilisation, y compris à Damas (qui a connu la plus importante manifestation depuis des décennies), et d’une violente répression qui a déjà fait plus de 40 morts, dont une trentaine à Deraa, et plusieurs centaines de blessés dont certains sont achevés ou enlevés par la police politique dès leur arrivée aux hôpitaux.

Certaines informations font également état de défections au sein de l’armée. Deux unités déployées à Deraa se seraient réfugiées en Jordanie (information qui n’est toujours pas confirmée). Le lieutenant Alaa Al-Chewiti a été exécuté sur le champ, à Homs, par un officier supérieur, pour avoir refusé de tirer sur la population. D’autres militaires auraient demandé l’autorisation de la Turquie pour s’y rendre, si la situation venait à se dégrader (aucune source n’est en mesure, à ce stade, de confirmer cette information).

Des vidéos ont également été mises en ligne confirmant que des manifestants ont encerclé les forces du régime à l’intérieur du siège du gouvernorat de Hama, mais ces dernières ne sont pas diffusées par les médias occidentaux.

Ces mêmes sources ont ajouté, un peu plus tard dans l’après-midi, que la ville de Hama échappe désormais au contrôle du régime, la sécurité s’y étant effondrée. La ville prend ainsi sa revanche près de trente ans après les massacres de février 1982.

En fin de journée, une source de l’opposition syrienne affirme que le bilan de la répression, dans la ville de Deraa et ses environs, est de plus de cent morts. Des villageois de la province de Hauran avaient en effet convergé, à pieds, vers la ville assiégée par les forces du régime depuis lundi dernier. Aux différentes entrées de la ville, ils ont été accueillis par des tirs nourris à la mitrailleuse, et les cadavres sont entassés sur place, affirment plusieurs activistes des droits de l’homme.

Le recours massif à la violence par le régime prouve qu’il est fragile et qu’il n’a aucune autre politique à proposer aux Syriens. Assad a déjà rejeté les conseils du Qatar et de la Turquie afin « d’ouvrir le pouvoir et d’intégrer des ministres issus de l’opposition, d’engager un dialogue sérieux et des réformes ». Il a préféré renforcer la répression, son seul moyen de survie. Mais à l’heure d’internet, en optant pour l’éradication, il signe son arrêt de mort. Désormais, les Syriens n’acceptent plus les réformes et ne réclament plus le départ du président. Ils veulent le juger avec son entourage et évoquent d’ores et déjà le cas de Milosevic. Les plus radicaux parlent de Ceausescu.

Enfin, plusieurs sources affirment qu’une altercation a opposé, début avril, le frère du président, Maher Al-Assad (qui supervise la répression) au vice-président Farouk Chareh, originaire de Deraa ; ce dernier ayant osé critiquer le traitement sécuritaire et sanglant de la crise. Maher aurait alors tiré sur Chareh et l’a sérieusement blessé. Il aurait également giflé Bouthaïna Chaabane, qui a osé annoncer, le mois dernier, des concessions politiques que les faucons du régime n’entendaient pas réaliser. Ces divisions et divergences au sein du régime accélèrent sa chute et renforce les manifestants dans leur détermination à vouloir juger les dirigeants, coupables d’avoir fait au moins 600 morts depuis le 18 mars, et d’avoir pillé le pays en institutionnalisant la corruption du cercle familial...

Écrit par : Corto | 02/05/2011

Pierre Noël, non l'onu ne pourra pas continuer sur cette voie ;

L’Assemblée générale de l’ONU n’a aucun pouvoir à reconnaître de nouveaux Etats. Elle ne peut que recommander à d’autres Etats de le faire, et elle l’a déjà fait par le passé.


Le débat public mené actuellement en Israël sur l’initiative palestinienne d'obtenir la reconnaissance de l’ONU à un Etat est fondé sur une conception fondamentalement erronée. Le débat se base sur une hypothèse selon laquelle l’Assemblée générale de l’ONU a autorité de proclamer la création de nouveaux Etats.


La source de l'erreur est due probablement dans la fameuse résolution 181 de l’Assemblée générale de l’ONU connue également comme « plan de partage. » On se souvient parfaitement des images du vote historique du 29 novembre 1947. Nous étions tous scotchés à nos postes de radios pour écouter les résultats du vote crucial à l’ONU.


Cependant, la résolution 181 n’a pas fondé l’Etat juif et juridiquement elle n’était qu’une recommandation. Celle-ci a permis à assermenter un règlement moral significatif pour la fondation d'un foyer juif en terre d’Israël. La base juridique pour la création de l’Etat d’Israël n'a été que la déclaration de l’Indépendance par David Ben Gourion le 14 mai 1948.


En fait, l’Assemblée générale de l’ONU n’a pas autorité à reconnaître des nouveaux Etats. L’Assemblée peut accepter de nouveaux membres dans ses rangs mais seulement qu'après que le Conseil de sécurité présente la candidature. Cependant, rappelons qu'un des cinq membres permanents pourrait imposer son veto sur cette candidature.


Plus de 75 pays reconnaissent aujourd'hui le Kosovo mais celui-ci n’est pas membre de l’ONU car la Russie a imposé son veto au Conseil de sécurité. En termes clairs, cela signifie que l’Assemblée générale n’a pas la possibilité de proclamer la création d'un Etat palestinien ou de le reconnaître. Elle peut uniquement recommander à d’autres Etats de le faire.


Il est à noter que le 15 décembre 1988 l’Assemblée générale a adopté la résolution 43/177 qui a reconnu « la proclamation d’un Etat palestinien » par Yasser Arafat au Conseil national palestinien réuni le 15 novembre 1988 à Alger.

Cette résolution a bénéficié du soutien de 104 pays et a également paraphé « la nécessité de permettre au peuple palestinien de réaliser sa souveraineté sur un territoire occupé depuis 1967." Seuls Israël et les Etats-Unis se sont opposés et ont voté contre, 36 pays se sont abstenus.


Depuis, d’autres résolutions ont été adoptées par l'Assemblée générale de l’ONU, dont celle du mois de décembre 2008, rappelant le droit des Palestiniens à un Etat palestinien. Aucune de ces résolutions n’a réussi à créer une nouvelle réalité sur le plan juridique ou sur le terrain.


Alors, pourquoi donc les Palestiniens s'acharnent-ils tant? Il existe deux principales raisons pour lesquelles l’Autorité palestinienne a choisi cette stratégie.


Premièrement, Abbas est convaincu qu’en devenant membre de l’ONU et en obtenant un Etat sans ne rien donner en contrepartie cela lui épargnera une proclamation formelle à Ramallah. Abbas est conscient des conséquences qui suivraient à la proclamation palestinienne. Ainsi dans une interview au magazine Newsweek du 24 avril 2011, il affirme qu’il n’est pas intéressé de le faire.


En 1998, le Premier ministre Netanyahou s’est déjà trouvé dans une situation face à l'initiative de Yasser Arafat de proclamer la création d’un Etat palestinien juste après l’expiration de l’accord intérimaire de 1999. Le 11 novembre 1998, le gouvernement israélien a clarifié qu’une telle démarche serait « une violation substantielle et fondamentale de l’accord intérimaire » et que si cette violation se produisait, Israël pourrait réagir par tous les moyens, y compris l’application de la loi israélienne sur les blocs d’implantations et les zones de sécurité en Judée et Samarie. Ainsi, Israël et les Etats-Unis avaient réussi à dissuader Arafat de proclamer la création de son Etat.


Les dirigeants palestiniens déclarent ne pas être intéressés par une nouvelle proclamation et ils précisent qu’ils se basent sur la déclaration d’Arafat faite à Alger en 1988. Dans ce contexte, Abbas serait en mesure de nier toute responsabilité dans les démarches prises par l’ONU et en même temps il pourra jouir du soutien de 130 Etats.


L’importance de la décision de l’Assemblée générale des Nations Unies dépend des futures activités palestiniennes. Les dirigeants palestiniens savent parfaitement que leur initiative à l’ONU ne changerait en rien la réalité sur le terrain et donc ils seront exposés à la critique du Hamas et ainsi perdraient leur pouvoir politique.


Les conseillers de Mahmoud Abbas lisent probablement la presse israélienne et les divers scénarios du « jour du jugement". Selon ces prédications les implantations israéliennes et les bases militaires de Tsahal passeraient du statut d'"occupants" au statut d' "envahisseurs" d'un Etat étranger, et ils estiment que ce changement serait possible.


Il serait irresponsable de négliger des sanctions éventuelles contre Israël, mais il faudrait savoir que pour imposer des sanctions il est nécessaire d'obtenir une résolution du Conseil de sécurité. L’administration Obama critique et s'oppose aux implantations israéliennes, mais elle est loin de sanctionner Israël comme l'ont fait les Etats-Unis en 1990 au moment où l’Irak de Saddam Hussein a envahi le Koweït.


En outre, suite à l’initiative palestinienne engagée à l’ONU contre la position de Washington, Mahmoud Abbas ne pourra pas revendiquer le soutien des Etats-Unis pour sa démarche au Conseil de sécurité.


Israël ne devrait pas sous estimer l’initiative palestinienne mais il possède des moyens pour agir fermement, comme il l’a déjà fait en 1998.


Pour dissuader les Palestiniens, Israël pourrait soutenir les initiatives du Congrès américain d’arrêter toute aide économique aux nouvelles institutions palestiniennes, dont les salaires aux fonctionnaires servant de base au pouvoir politique de Salam Fayyad.


Israël devrait exprimer clairement et sans ambages que le processus entamé à l’Assemblée générale est une violation fondamentale des accords d’Oslo. Ces accords ont clarifié que la question des frontières serait déterminée uniquement dans le cadre de négociations et non par des dictats internationaux.


Enfin, Abbas et ses conseillers espèrent aussi affaiblir l’opinion publique israélienne afin qu'un retrait total vers les lignes d'avant 1967 serait inévitable.


Israël ne manque pas de moyens devant ce nouveau ballet diplomatique mais seule une riposte israélienne ferme et une conviction intérieure dissuaderait les dirigeants palestiniens de poursuivre leur démarche unilatérale.

Écrit par : Corto | 02/05/2011

@ Coro

Vous avez tout dit et bien exprimé!

Bien à vous.

Écrit par : ckoidont | 03/05/2011

Concernant la mort de Bin Laden, ce fait divers ne changera absolument rien dans le monde vis-à-vis du terrorisme extrémiste musulman, les frustrations et autres déséquilibres sociaux existant dans le monde musulman ne sont pas près de générer autre chose que de la pagaille et que de la contradiction.

Seule réaction suite à la mort de ce nouveau Ché, le niveau de vigilance dans les pays occidentaux, il est passé au rouge !

Écrit par : Corto | 03/05/2011

L’imam de la mosquée al-Aqsa (Jérusalem) jure de venger Ben Laden
Posted: 04 May 2011 05:48 AM PDT

Ces pauvres Palestiniens, ils ont encore grand besoin d’argent… hé oui, parce qu’il leur faut un Etat, une armée… et l’arme nucléaire tant qu’on y est.

Vidéo



Un imam de la Mosquée Al-Aqsa à Jérusalem a juré dimanche de se venger des “chiens occidentaux” pour la mort du chef d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden au Pakistan.

Dans une vidéo mise sur Youtube par l’imam, il déclare:

“Les chiens occidentaux se réjouissent d’avoir tué l’un de nos lions islamiques. Depuis Al-Aqsa [la grande mosquée de Jérusalem] d’où le califat future naîtra avec l’aide de Dieu, nous leur disons : les chiens ne se réjouiront pas longtemps d’avoir tuer les lions. Les chiens resteront chiens et le lion, même s’il est mort, restera un lion. “

L’imam, a ensuite agressé verbalement le président américain Barack Obama en disant: “tu donnes en personne l’ordre de tuer les musulmans. tu dois savoir que tu seras bientôt pendu avec Bush Junior. “

“Nous sommes une nation d’un milliard, une bonne nation. Nous allons vous enseigner la politique et la force militaire très bientôt, avec l’aide de Dieu “, a-t-il promis.

Source : Daily Mail

Écrit par : Patoucha | 04/05/2011

Bonsoir Patoucha...Je vous enverrai un message....Allez sur "homme libre"

A bientôt!

Écrit par : Pierre NOËL | 05/05/2011

Les commentaires sont fermés.