30/04/2011

LA BEATIFCATION DE JEAN-PAUL II, UN EVENEMENT AUTHENTIQUE

LA BEATIFCATION DE JEAN-PAUL II, UN EVENEMENT AUTHENTIQUE

Les hasards du calendrier en sont les seuls responsables : à moins de deux jours d’intervalle, après ce non événement que fut ce mariage princier suivi par des milliards de téléspectateurs, combien de gens vont suivre cette béatification de l’ancien pape? Cela devrait jeter une lumière crue sur notre culture et notre civilisation, qui en sont réduites à ressentir des choses et à éprouver des sentiments par procuration.
Rendez vous compte : un homme qui a consacré sa vie à D- et à l’amour d’autrui, un homme auquel l’Europe unie doit tant et qui a puissamment contribué à la chute de l’URSS, partant, à la libération de dizaines de millions d’individus ! Je doute fort que la béatification de ce saint homme (et vous savez que j’ai une autre religion que la sienne) soit suivi par autant de gens que ce mariage dont on nous a rebattu les oreilles durant tant de jours.
J’ai eu l’occasion de rencontrer Jean-Paul II au Vatican fin janvier 2000, lors des offices religieux à la mémoire d’Abraham, grâce à l’entremise de deux cardinaux français amis, son éminence le cardinal Etchégarray et son éminence le cardinal Poupard. Le pape était impressionnant : tenant à rester debout, appuyé surf sa canne, pendant toute la durée de l’entretien, j’ai senti ce que la volonté d’un homme était capable de faire : dominer la douleur, l’$age et la fatigue… Invité à la messe dans sa chapelle privée, j’ai pu, en simple observateur, mesurer la profondeur de sa foi. Et je le répète, ce n’est pas un coreligionnaire, mais cela ne m’empêche guère de rendre hommage à un homme qui a un si grand mérite.
Evidemment, il n’est pas question de se présenter comme un esprit chagrin ni de comparer un événement festif comme un mariage à une cérémonie religieuse du type de la béatification…
Mais tout de même ! Notre époque est allée trop loin dans la frivolité. Ernest Renan écrivait justement qu’il ne faut pas confondre le profane et le frivole. Je comprends bien que les gens préfèrent la joie, la gaieté et la fête, je tiens aussi compte du fait que ce mariage a connu un épisode religieux à l’abbaye de Westminster, mais cela ne suffit pas.
Le jugement le plus implacable sera rendu sur notre époque lorsqu’on comparera le nombre de gens intéressés par ce non événement que fut ce mariage à celui de ceux qui suivront ce juste hommage rendu à un saint homme.
Il y a valeurs et valeurs…

08:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.