02/03/2011

Quelle place pour l’islam en France ?

Quelle place pour l’islam en France ?

La précipitation des événements en Libye et dans tant d’autres pays arabo-musulmans, de l’Algérie au Yémen, a presque occulté la tenue prochaine d’un débat sur l’islam et sur l’espace qu’il entend occuper en France. Ce sont les déclarations du Premier Ministre François Fillon qui ont intrigué les observateurs.

Le Premier Ministre qui, tout en étant un fin politique, ne cède pas facilement à l’opportunisme du même nom, a commencé par mettre en garde contre la tentation de stigmatiser l’islam. En effet, une large partie ka population française assimile islam et islamisme. François Fillon est allé jusqu’à dire qu’il s’opposerait à un débat biaisé mais dès le jour suivant il avait quelque peu modifié son attitude… sans toutrefois renier ses convictions profondes.

Cet amalgame, courageusement dénoncé par le Premier Ministre, est certes, inadmissible mais il n’est pas imputable aux seuls Français. Peu d’intellectuels musulmans, peu d’autorités religieuses islamiques de poids, ont eu le courage de se démarquer fortement de ceux qui se conduisent comme en pays conquis et entendent imposer leurs vues à ceux qui les accueillent chez eux. Quelques voix se sont élevées, timidement. Et le résultat ne s’est pas fait attendre: le parti majoritaire tente de couper l’herbe sous les pieds du Front National et veut , dans la perspective des prochaines consultations électorales, lui disputer la palme dans deux domaines sensibles : l’immigration et l’insécurité.

En fait, cette impéritie, voire même ce désarroi face à un problème pourtant crucial, s’explique par une impardonnable négligence qui remonte à des décennies : la France n’a pas su ni voulu gérer intelligemment les conséquences de la décolonisation, elle n’a pas eu une véritable politique arabe, digne de ce nom, se contentant de naviguer avec plus ou moins d’adresse entre différents écueils : un monde arabo-musulman qui n’a toujours pas surmonté la colonisation qu’il tient pour une mutilation de son âme, et la défense d’intérêts économiques légitimes de notre pays.

Que se passera-t-il si, après ce printemps arabe si inattendu, le continent africain connaissait les mêmes turbulences ? Ce serait alors, pour l’ensemble du monde occidental, un 11 septembre politique aux conséquences encore plus dévastatrices…

Il fallait appeler les choses par leur nom. Prenons un exemple : le dialogue des culture (dont on ne parle pratiquement plus) se refusait à dire clairement que l’enjeu portait sur les relations entre la civilisation chrétienne, occidentale, d’une part et la religion musulmane, d’autre part. On retrouve cette même hésitation, cette fluidité terminologique, dans la définition du débat qui se prépare le 5 avril : les uns parlent de laïcité, les autres carrément d’islam. Une clarification serait un acte de courage et d’honnêteté.

Dans toute cette affaire, je crains fort que des préoccupations de nature électorale (pour ne pas dire électoraliste) occultent ou simplement escamotent un débat de fond dont la France a besoin.

Je ne fais partie de ceux qui sont obsédés par la repentance ou animés par une morbide haine de soi… Mais je veux être lucide : comment un pays comme la France peut-il avoir négligé à ce point une connaissance même élémentaire de ce monde arabo-musulman si différent de notre mentalité et de nos valeurs ? Avez vous entendu nos ambassadeurs parler la langue de ces pays ? C’est incroyable ! Un simple séminaire de quelques semaines permet à un haut fonctionnaire ou à un diplomate moyennement doué de maîtriser quelques centaines de mots d’arabe… Eh bien, ces messieurs ne sont pas très nombreux à avoir consenti cet effort.

Hier soir, j’ai regardé à la télévision cette remarquable rétrospective des relations entre le dictateur libyen et les puissances occidentales. Le philosophe prend soudain conscience de la futilité et de l’inconsistance des relations internationales où l’éthique est inexistante. Oh, je sais bien, un premier ministre britannique comme Anthony Eden avait dit que le monde n’était pas fondé sur la justice, mais sur le pétrole. Et il savait de quoi il parlait… Mais aujourd’hui, nous vivons une situation radicalement différente.

Que répondrions nous demain aux nouveaux régimes arabes, issus de la révolution, si leurs élites nous demandaient de rendre des comptes ? Que leur dirions nous ? Que nous avions suivi les règles de la Realpolitik ? Ceci ferait l’effet d’un grand repoussoir.

Partant, ne commettons plus d’erreurs, n’insultons pas l’avenir. Ayons ce débat sur l’islam dans notre pays, sans complaisance ni préjugé, imperturbablement guidés par un seul objectif : l’avenir de la nation française.

09:24 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

La sienne, deuxième religion de France.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 02/03/2011

L’étoile de David

Je suis juive…
Et je m’apprête à subir
Un affreux débat sur mes signes distinctifs
Un débat sur les juifs en France ou sur les juifs de France
Je ne vois pas très bien la différence…
Qu’est-ce qu’ils nous reprochent encore !
De… manquer de clarté ?
Un défaut de… transparence ?
De profiter de la laïcité pour dissimuler notre identité, notre judéité ?
D’occuper des postes clés ?
D’être premiers, premiers, premiers…
Sans jamais afficher le secret de notre primauté
Va-t-on nous obliger encore à arborer l’étoile de David ?
Ou quelque accoutrement ridicule ?
De dissimuler notre double nationalité ?
Et de ne pas justifier tous les dons que Dieu nous a faits ?

Un débat sur le judaïsme…
Pour éviter toute confusion avec le sionisme…
C’est du bon vieux catéchisme… plutôt mourir…
On ne va pas demander pardon à notre terre d’accueil
D’avoir plus de chercheurs que de recherchés
D’enviés que d’envieux
D’élus que d’électeurs
Doit-on forcément s’exposer pour prier, s’arrêter devant chaque mur pour se lamenter ?
Nous avons… en effet… quelque chose de plus que les autres
Parce que nous sommes les seuls à vouloir rester nous-mêmes
C’est mon visage… qui a crée ce dérapage ?
Visage, sans masque ni voile, ni maquillage
Je peux en effet, me retrouver demain à la tête de votre équipage
Disposant de tous vos suffrages
Rien que pour vous faire changer d‘image
Que nul ne doit être jugé selon son plumage…


http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/david/

Écrit par : le journal de personne | 02/03/2011

votre analyse marque bien la difficulté de l'homo academicus , je peut dire même son découragement découragement face au manque de rigueur des politiques, l'ignorance des diplomates et la superficialité des journalistes: comment à se stade éclairé l'opinion? face à la nécessaire assimilation de l'islam français, les hommes de bonnes volontés sont pris au pièges des débats stériles, confusionnistes qui et vous l'avait très bien indiqué, mélange islam et laïcité pour de petits arrangements électoraux, le débat décidément n'est pas à la hauteur des élémentaires critères de rigueur pour l'organisation du débat. Je rappellerai ici une discussion que j'ai eu avec le journaliste Yvon riouffol qui se plaignait du manque de discours des musulmans républicains, je lui ai répondu que depuis prés de deux ans je cherchais à écrire une tribune dans Le Figaro mais que personne n'a daigné prendre en compte mon article faute de suffisante notoriété médiatique, il n'eut bien entendu aucune réponse de sa part. Comme votre analyse nous le démontre justement le débat sur l'islam nécessite un refus de la complaisance et des préjugés en espérant que les canaux médiatiques acceptent enfin un autre son de cloche que le bruit confortable du consensus de l'ignorance

Écrit par : gabryel nasser | 03/03/2011

C'est juste @Gabryel Nasser. Vous avez raison. C'est paradoxale

Écrit par : Pierre Emerache | 03/03/2011

@le journal de personne:

"........utilisant un hypothétique débat sur la judaïsme en France…"

A la seule différence près est que les Juifs n'ont aucune revendication ni ne font pas de scandale autour de leur religion.

Bravo pour votre blog. J'ai beaucoup aimé les couleurs et sa présentation. Cependant une petite remarque sur la vidéo car cela m'a surpris. Personnellement je n'aurai pas pleuré en récitant ce poème mais mis une belle fierté qui lui colle.

Sans rancune :)

Écrit par : Patoucha | 03/03/2011

Une vidéo très parlante sur la race arienne et les juifs
http://www.dailymotion.com/video/xhd4c6_francoise-dior-un-modele-pour-galliano-doc-ina-1963_news#from=embed

Écrit par : vérité | 04/03/2011

Aujourd'hui vers 14 heure, bagarre générale à la mosquée du grand sac, une trentaine de policiers en tenue de tortue-ninja on dû mettre des coups de matraques jusqu'à ce que les fidèles arrêtent de se taper dessus, spectacle garanti, si vous aimez voir des gamins de 50 ans se mettre sur le coin du beignet, n'hésiter pas, la mosquée genevoise est un exemple unique dans la région !

Écrit par : Corto | 04/03/2011

Les commentaires sont fermés.