10/02/2011

En Egypte, l’armée prend le pouvoir

En Egypte, l’armée prend le pouvoir

 

Suivi cet après-midi sur Al-Djazira . Un journaliste visiblement en désarroi apprend qu’un conseil supérieur des forces armées a pris le pouvoir en Egypte. Lorsqu’il demande au correspondant au Caire ce qu’il est advenu du Président Moubarak, ce dernier ne sait que répondre mais souligne que c’est le chef de l’Etat égyptien qui a transmis à l’armée les pleins pouvoirs.

En somme, l’armée siffle la fin de la récréation. Ayant vu que rien n’incitait les protestataires à quitter la Place de la Libération, l’armée s’est inquiétée des troubles de plus en plus graves qui gagnent l’ensemble du pays.

J’ai entendu en direct le chef d’etat major de l’armée annoncer la nouvelle qu’il a motivé par la nécessité de défendre la patrie et les habitants de l’Egypte.

Que s’est-il passé ? Hier, déjà, j’avais cru comprendre que le ministre des affaires étrangères était opposé à une révision de la constitution dont certains articles empêchent certains partis (i.e. les Frères musulmans) à se porter candidat à la présidence. Il semble que le pouvoir ait été moins désemparé qu’il n’y paraissait ou, en tout cas, qu’il ait repris ses esprits et organisé en douceur la reprise en main.

Que va-t-il se passer à présent ? Si cela se vérifie, l’armée va administrer le pays, ce qui signifie la loi martiale, la suspension de certaines libertés pour hâter un retour à la normale. C’est que les pertes économiques sont déjà énormes et le tourisme, véritable poumon du pays, est exsangue. Mais l’armée ne reviendra pas sur certains acquis, même fragiles, de la révolution des jeunes (Thawrat al-Chabab).

Au plan diplomatique, cela signifie une cuisante défaire du président Obama qui a dû céder devant ses propres conseillers et ses généraux du Pentagone. Lui qui voulait une transition démocratique en bon ordre et rapidement, en est pour ses frais. Que l’armée soit appelée à la rescousse n’est pas un bon signe et on la voit pas faire la courte échelle aux Frères musulmans, ses ennemis jurés.Cela n’augure rien de bon pour le renouveau démocratique.

Je laisse à de plus experts que moi le soin de déterminer ce président US est en mesure de dénouer des crises ou simplement de les gérer au mieux.

Il faut dire que ce mouvement avait de quoi inquiéter : dépourvu de chef, n’ayant aucun programme sinon le vide du pouvoir, il symbolisait l’aventurisme le plus dangereux. En outre, rien ne garantissait que la situation, si elle venait à perdurer, n’évoluerait pas à l’iranienne… L’obsession des USA et on les comprend. Finalement, c’est cette crainte qui a conduit à la décision de mettre l’armée en première ligne.

Personnellement, je pense qu’après une certaine période, l’armée optera pour une timide libéralisation du régime, sans remettre ses bases en cause. Or, c’est ce que voulaient les manifestation de meydane al-Tahrir. Est-ce à dire que la révolution a échoué avant même que de commencer à récolter ses premiers fruits ?

Attention à l’armée ! Vous vous souvenez de ce que disait Nikita Kroutchow : vous pouvez tout faire avec des baïonnettes, sauf vous asseoir dessus…

19:03 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Adler, BHL et Finkielkraut anxieux face à la perspective d’une Egypte démocratique
Tout le monde devrait se réjouir de la contestation du régime répressif de Moubarak en Égypte. Mais la joie de voir la mise en place d'une véritable démocratie dans ce grand pays arabe est gâchée par une sombre perspective : la prise du pouvoir par les Frères Musulmans. Mais alors que The Economist qui n’est pas précisément un organe islamo-gauchiste se réjouit d’une révolte pacifique, populaire et séculière, trois des principaux intellectuels médiatiques français sont heureusement là pour mettre en garde les naïfs qui stupidement sont toujours prêts à applaudir à la chute des dictateurs.

Dans le Figaro des 29 et 30 janvier, Alexandre Adler est le premier à tirer la sonnette d'alarme dans sa chronique intitulée « Vers une dictature intégriste au Caire ? » dans laquelle il qualifie au passage Mohamed El Baradei, l'une des figures de proue de l'opposition à Moubarak de « pervers polymorphe ».

Alain Finkielkraut prend le relais dans Libération du 3 février. Il se demande si Mohamed El Baradei sera « l'homme de la transition démocratique ou l’idiot utile de l'islamisme » et doute de la possibilité de l'instauration d'un régime démocratique en Égypte à cause des Frères musulmans. Selon lui, il y avait une tradition démocratique en Europe de l’Est mais il doute qu’il y en ait une en Egypte. C’est faux et stupide à la fois. Seule la Tchécoslovaquie avait été une démocratie avant l’instauration du communisme en Europe de l’Est. Et il est curieux d’exiger le préalable d’une tradition démocratique pour une nation qui veut justement faire chuter une dictature. Dans Le Point (dont la couverture est sobrement intitulée « le spectre islamiste »), BHL avoue sa crainte de voir les fondamentalistes bénéficier de la chute de Moubarak avec la perspective d'une Égypte qui suivrait l'exemple iranien.

Ces trois intellectuels relaient en fait les craintes israéliennes face au changement politique en Égypte. Ce qui est assez amusant c'est que les mêmes qui ont dénoncé pendant des lustres l'absence de régimes démocratiques dans le monde arabe s'inquiètent désormais de la possibilité qu'il en existe. Cela ferait tomber leur argument de « Israël la seule démocratie du Proche-Orient » qu'ils psalmodient. Mais surtout cela pourrait signifier la mise en place de régimes moins accommodants avec Israël. Or c’est leur principale pour ne pas dire unique préoccupation.

Il n'est d'ailleurs pas étonnant qu'ils soient passés complètement à côté de la révolution tunisienne ; ils n'ont ni soutenu la révolte populaire comme ils ont pu le faire pour l'Iran, (la Tunisie n’est pas hostile à Israël donc on n’y soutient pas les revendications démocratiques) ni ne se sont inquiétés de ses conséquences comme ils le font pour l'Égypte (la Tunisie n’a pas un rôle clé au Proche Orient).

Ils font un parallèle entre la mise en place d'un régime répressif islamiste en Iran après 1979 et ce qui pourrait se produire en Égypte. Comparaison n'est pas raison ; si le régime des mollahs a pu s’imposer en Iran, c'est en grande partie du fait des craintes d'interventions extérieures américaines (et du précédent Mossadegh) et face à l'agression à partir de 1980 de Saddam Hussein, à l'époque soutenu unanimement par le monde occidental. Le sentiment de menace extérieure a largement servi le régime iranien pour se maintenir en place. C'est d'ailleurs une règle générale qui ne vaut pas que pour l'Iran.

Curieusement nos trois vedettes médiatiques qui s'inquiètent fortement de l'arrivée au pouvoir d'un mouvement intégriste religieux n'ont jamais rien dit contre le fait qu'en Israël un parti de de cette nature soit membre depuis longtemps de la coalition gouvernementale. Le parti Shass un parti extrémiste religieux (et raciste) est au pouvoir en Israël avec un autre parti d'extrême droite celui-ci laïc et tout aussi raciste, Israel Beiteinu. Ces deux partis alliés au Likoud essaient d'ailleurs de restreindre les libertés politiques et mettent une très forte pression sur les différentes O.N.G. de défense de droits de l'homme sans que nos trois intellectuels s'en émeuvent particulièrement.

Les Frères musulmans peuvent-ils prendre seul le pouvoir ? C'est fortement improbable pour ne pas dire impossible. Un gouvernement auquel éventuellement participeraient les Frères musulmans pourrait lever le blocus sur Gaza. Il ne se lancerait pas dans une guerre contre Israël du fait du rapport de forces militaires largement favorable à Israël sans parler de l'appui stratégique américain. Ce qui pourrait se produire par contre, c'est qu’un autre gouvernement égyptien soit moins accommodant avec l'actuelle coalition de droite et d'extrême-droite au pouvoir en Israël. Mais est-ce si grave qu'un pays démocratique d'une part ait une politique indépendante et d’autre part ne laisse pas carte blanche à un gouvernement de droite et d'extrême-droite ?

Les masques tombent. Nos trois intellectuels dénoncent un éventuel extrémisme en Egypte mais soutiennent celui au pouvoir en Israël. Ils critiquent l’absence de démocratie dans le monde arabe mais s’émeuvent dès qu’elle est en marche. Leur priorité n'est pas la démocratie mais la docilité à l'égard d'Israël, fut-il gouverné avec l'extrême droite.


Pascal Boniface

Écrit par : Corto | 10/02/2011

comme un et un font deux c'était prévisible,le président Moubarak allait pas se laisser intimider par l'Occident qui pousse les autres pays à la révolte tout en interdisant les armes à son propre peuple,le non sens de l'UE est frappant d'inquiétude pour tous les Suisses ,du moins pour ceux qui n'ont pas de voiture et prennent le temps de discuter dans les rues entre passants!

Écrit par : lovsmeralda | 11/02/2011

Les commentaires sont fermés.