05/02/2011

L’envolée des prix des matières agricoles : vers des émeutes de la faim ?

L’envolée des prix des matières agricoles : vers des émeutes de la faim ?

C’est hélas ce que redoute depuis quelques semaines la FAO qui assiste, impuissante, au renchérissement des denrées alimentaires de base : céréales, sucre, etc. Que va-t-il se passer et comment s’explique cette hausse continue et qui ne semble pas fléchir dans les mois qui viennent ?

Il y eut d’abord les catastrophes climatiques, les incendies en Russie, les inondations en Australie, la hausse du prix du pétrole etc…

Le monde n’a vraiment pas de chance : il sort d’une crise pour plonger dans une autre, un peu comme le navire qui va de Charybde en Scylla.

Imaginez ce qui risque de se produire, même en Egypte, si les émeutes devaient se poursuivre et l’activité économique se ralentir toujours plus au point de passer à la paralysie complète : comment nourrir toute cette population ? Certes, de ses greniers à blé, l’Amérique pourra par un pont aérien déverser sur le marché égyptien, du blé, de l’orge et toutes sortes d’autres céréales. Mais voilà, ce pays ne sera pas le seul touché. En plus de ces pauvres pays d’Afrique, victimes habituelles de maux endémiques, il y a, pour ne citer qu’elle, la petite Jordanie où les troubles ont commencé pour dénoncer la vie chère. Et aussi la Tunisie dont les manifestants ne demandaient que de l’eau, du pain et du travail…

A l’évidence, notre temps requiert une gouvernance économique mondiale. Bientôt, il faudra veiller sur les denrées alimentaires comme on surveille le lait sur le feu. Mais certaines grandes puissances ont bien pris la mesure de ce phénomène : voyez la Chine qui achète un peu partout le moindre champ de céréales pour en récolter la moisson et engranger chez elle des denrées alimentaires. Inversement, cette boulimie d’achats risque de provoquer l’arrivée prochaine d’une pénurie et entretient aussi un niveau élevé des prix.

Quand les crises menacent, des concours de circonstances défavorables en accentuent les déséquilibres.

10:09 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Non c'est justement la mondialisation, la globalisation qui a créé ce chaos, car on y va!
Les échanges commerciaux à l'échelle mondiale ne pouvaient être qu'établit sur les bases du profit, chacun voulant gagner plus avec sa production, donc en premier lieu l'exportation. De fait, les spéculateurs s'en sont mêlés et maintenant les premiers effets se font sentir.
Chaque pays doit retrouver sa gouvernance pour son peuple. On doit avoir au plus haut de l'état des dirigeants qui savent penser pour l'intérêt de leur peuple et non celui de leurs égos, voire de leurs portemonnaies.
Le pire est à venir. Nous ne serons pas épargnés, car à force de laisser contruire partout pour faire des appartements de grand luxe pour les européens qui fuient l'Europe, nous serons nous aussi en panne de terrain agricole pour subvenir aux besoins de base alimentaire chez nous.
La révolte agricole le montrait bien. Les gens des villes n'ont pas voulu comprendre, mais se sont eux qui auront plus de mal à s'approvisionner en denrées alimentaires. Les agriculteurs sauront toujours faire pousser quelque chose dans les champs "rétrécit" qui leur reste.
La politique de ces 30 dernières années est une catastrophe et se sont les peuples du monde qui vont crier famine et "ventre creux n'a pas d'oreilles", il y aura des révoltes dans tous les pays. (cette vision est dans les status du Bildelberg).

Écrit par : Corélande | 05/02/2011

Les commentaires sont fermés.