23/01/2011

Louis Ferdinand Celine doit-il être banni de la commémoration nationale ?

Louis Ferdinand Celine doit-il être banni de la commémoration nationale ?

Une polémique secoue la France des arts et des lettres, surtout depuis que Serge Klarsfeld a demandé et obtenu de Frédéric Mitterrand, ministre de la culture, que Céline ne puisse pas figurer dans le quarteron d’auteurs français, passés à la postérité pour leur incarnation des valeurs morales.

Il est stupéfiant de constater que les auteurs d’une telle formulation n’aient pas réalisé préalablement que l’on ne pouvait pas ranger dans cette catégorie l’auteur du Voyage au bout de la nuit… Comment avoir voulu passer sous silence l’antisémitisme virulent de cet auteur qui, non content de détester les juifs, insistait aussi pour que l’on n’épargnât pas leurs enfants ? C’est inouï de la part d’un médecin qui se piquait de littérature !

Même si je trouve qu’il était de bon ton d’éloigner cet auteur, je suis réticent quant à une démarche qui pourrait s’assimiler à une forme quelconque de censure. Les responsables du ministère de la culture n’auraient même pas dû se poser la question : comment parler de morale chez un individu qui a trahi son pays, collaboré avec l’occupant nazi et rejoint le dernier carré des pétainistes dans le gouvernement fantoche de Sigmaringen ? Et qui fut même condamné à la Libération…

Regardée de plus près, cette controverse pose le problème des rapports entre le talent littéraire et les valeurs morales, l’éthique en général. Un problème presque similaire (toutes proportions gardées) s’était posé jadis avec Martin Heidegger, après la publication du livre de Victor Farias : on s’était demandé si Heidegger avait vraiment été un grand philosophe après avoir adhéré au parti nazi, être devenu recteur et avoir, es qualités, interdit l’accès à la bibliothèque de l’université à son maître juif Edmund Husserl ? Sans même parler du port du brassard nazi…

Certes, la profondeur philosophique de Sein und Zeit et de Holzwege, sans oublier les Séminaires, dépasse, et de loin, les fadaises littéraires de Céline… Mais le problème se pose dans les mêmes termes : devons nous étudier un philosophe dont les actes et l’engagement politique (même temporaire) contredisent à l’éthique ?

Je suis tout à fait d’accord avec M. Luc Ferry qui disait ce soir sur LCI que Céline n’est pas un si grand génie littéraire.

21:57 | Lien permanent | Commentaires (23) | |  Facebook

Commentaires

Pierre, ne confondons pas l'homme et son oeuvre!

Écrit par : Corto | 23/01/2011

Je partage le point de vue de Mr Ferry.
Cessez de nous les gonfler avec ce type, qui n'est pas, et de loin,
dans les 10 meilleurs écrivains français du 20ème siècle.
Quant à l'homme, un seul qualificatif : prétentieux et dangereux ABRUTI.

Écrit par : ifosifos | 23/01/2011

Pierre, pouvez-vous svp faire disparaitre le faux Corto ci-dessus

La commémoration célèbre le personnage et non l'oeuvre ! donc pas de nazi dans le panthéon de la culture française !

Ce n'est pas la Suisse !

Écrit par : Corto | 23/01/2011

Je suis persuadé qu’avec tout le tintamarre (au fig. importance souvent exagérée accordée à une entité abstraite) provoqué par Serge Klarsfeld au sujet de Céline cet auteur sera lu par beaucoup de personnes qui n’en n’avaient même jamais entendu parler.

De plus, les milieux révisionnistes, les extrémistes de droite et d’extrême droite, les judéophobes, les antisionistes, bref toute cette racaille se déchaîne pour faire connaître ces ouvrages qui devraient figurer normalement dans l’enfer des bibliothèques alors qu’on peut les consulter sur le net.

A force d’en parler on éveille l’attention de lecteurs pas nécessairement capables de discernement. Par conséquent moins on en parle mieux cela vaudra, n’est-il point vrai ?

Écrit par : Hypolithe | 24/01/2011

Hypolithe, pourquoi Céline a fuit la France ?

Il pouvait être un excellent écrivain, tout en étant une ordure sur le point humain, personne ne le conteste. Imaginez l'affront fait aux survivants français de la Shoa si sa mémoire avait été célébrée officiellement !

Allez faire un tours sur les sites ultra-catholiques et révisionnistes, vous comprendrez pourquoi ce genre de petites victoires salissent la mémoire et l'honneur, non seulement des Juifs de France, mais du pays tout entier ! ! !

Écrit par : Corto | 24/01/2011

être un bon écrivain, ce n'est pas juste faire de belles phrases et bien écrire, faut-il encore bien penser et véhiculer des idées qui servent l'humanité. L'écrivain a une mission, celle de remettre en question tout système, tout préjugé, rester loin des meutes ..
Voilà ma devise valable pour tout écrivain : "L'humanité, c'est peindre es espoirs profonds sur la muraille de la fraternité."

Restons toujours si proche de cette humanité ! Ce qui ne paraît pas être le cas de Céline, rien que cela m'empêche de le lire. Je n'aime pas la haine de Céline même joliment enrobée !!!

Écrit par : djemâa | 24/01/2011

Djemâa, chaque fois que je suis tombé sur un admirateur de Céline, il était rempli d'antisémitisme, il n'y avait pas besoin de gratter longtemps, à presque chaque coup, cet écrivain sert de porte-drapeau littéreux à ces esprits torturés.

Quand je parlais d'écrivains infectes du point humain et génial sur le papier, je me référais intérieurement à Claudel, il est vrai que Céline a animé des sentiments douteux dans l'ensemble de son oeuvre, il ne s'agissait pas vraiment de génie, mais plutôt d'une tension littéraire dont les fondement sont clairs d'une bout à l'autre de ses livres.

C'était un malade et aujourd'hui, ce sont aussi des malades qui se retrouvent dans ce lieu commun !

Écrit par : Corto | 24/01/2011

Tous ceux qui ont émis des commentaires hors sujet ont surement oublié que les 5 individus responsables de la mise en place de la " solution finale " étaient, pour trois d'entre-eux, d'ascendance juive ( Hitler, Goebbels, Goering ) sans parler de ceux qui ont éxécuté cette idéologie ( Rozenberg, Eichman, Hess ).
Le procés que vous faites à LF Céline est un procés d'intention.Comme le dit " djemaa : cela m'a empéché de le lire ".Voilà justement un exemple de l'étroitesse d'esprit de ceux qui pensent par les bons sentiments.
Je CONDAMNE évidemment tout ce qui a fait le personnage mais je crois qu'il faut voir pour combattre, lire pour juger et écrire pour transmettre.
En 34, si l'intelligentsia Européenne avait accordé plus d'importance à un petit livre écrit par un petit soldat des pires tranchées de 14-18, " Mein Kampf ", le pire aurait peut-être pu être évité.

Écrit par : LEFRANC | 24/01/2011

Il y a mille fois plus d'incitations a la haine raciale, a la violence, a la dépravation (inceste et pédophile, a l'esclavage dans chacun des trois livres dit sacrés (coran, bible et torah). Avant de censurer Celine commençons par ceux-la.
Le Voyage au bout de la Nuit n'a jamais provoque la mort de qui que ce soit contrairement au précèdent.... et il est bien mieux écrit.

Écrit par : hommelibre3 | 24/01/2011

Lefranc, vous feriez mieux de lire le livre de Servan-Schreiber et vous verrez qu'aucun française de "souche" n'échappe à la règle, De Gaulle lui même cachait ses origines et vous avez beau vous appelé Lefranc, je vous met dans le mille que vous êtes autant Juif que Heichman !

Écrit par : Corto | 24/01/2011

"Toute l'eau de la mer ne suffirait pas à laver une tache de sang intellectuel."

Il en faudra des océans pour laver ces taches de sang céliniennes qui bousent les feuilles blanches. A travers sa correspondance, on découvre un Céline opportuniste se plaisant à surfer sur la vague de la littérature antisémite en vogue et très appréciée, (cf- Drumont) . Il s'en glorifie, le crie haut et fort, espère attirer l'attention des éditeurs. Il l'annonce en caractères gras :

- "Je vais sortir un livre : Bagatelles pour un massacre un livre sur les juifs" (lettre à E. Pollet)
- "Je viens de publier un livre abominablement antisémite, je vous l'envoie. Je suis l'ennemi n°1 des juifs" (lettre au Docteur W. Strauss)
- "Vous allez recevoir par la poste mon nouveau livre. Bagatelles pour un massacre, très fortement antijuif." (lettre à John Marks, son éditeur américain)

Alors vous voyez Monsieur Lefranc, franchement pour ne pas vous contredire je préfère passer à de plus grands auteurs, ils sont si nombreux. Tiens ! Ce n'est pas de la provocation, mais pour l'instant je lis "Il n'y a pas de petite querelle" de l'écrivain malien Amadou Hampâté Bâ. Il vaut bien Céline, n'est-ce pas, et peut-être mieux encore ?

Et puis Céline, j''ai lu "Voyage au bout de la nuit" ou au bout de l'enfer quand il faut avaler des couleuvres du genre "L'amour, c'est l'infini à la portée des caniches" ou "Faire confiance aux hommes, c'est déjà se faire tuer un peu.". Je préfère avaler "Il n'y a pas de petite querelle" ou de petit incendie de Amadou Hampâté Bâ.

Écrit par : djemâa | 24/01/2011

Et ça fait semblant d'être écrivaine...

Écrit par : carlos | 24/01/2011

Carlos a fait son rot, dodo maintenant !

Écrit par : Corto | 24/01/2011

A Corto, je ne repondrais pas à votre insulte.Je suis surement aussi juif qu'Eichman mais je doute que vous soyez, vous, le petit-fils d'un Juste.Car pour en être un, il faut non seulement avoir sauvé une humanité mais aussi avoir fait preuve d'ouverture d'esprit.
Votre jugement est idéologique et moral alors que le mien est Culturel et ne fait que défendre toutes ces voix anonymes qui ressentent émotion, rêve et quelquefois l'envie d'écrire à la lecture d'un livre.Comme le dit " hommelibre3 ", plus haut, " Voyage au bout... " " Mort à crédit " ou " d'un Chateau l'autre ", n'ont jamais tué personne.Peut-être lisez-vous encore Marx ou Rousseau

Écrit par : LEFRANC | 24/01/2011

Un peu confus Lefranc, calmez-vous et dites le dans l'ordre !

Écrit par : Corto | 24/01/2011

Corto, je vous plains....sincèrement.

Écrit par : LEFRANC | 24/01/2011

Et en réponse, je vous conchie !

Écrit par : Corto | 24/01/2011

Céline aurait dit " je vous emmerde " ... Dommage...pour vous

Écrit par : LEFRANC | 24/01/2011

@Leclerc- Non ! Il n'aurait pas dit "je vous emmerde", plus subtil et moins vulgaire , il a dit mieux, il a dit se prendre pour Louis XIV ou Louis XV, qui chassait les Jésuites et que pour finir il aurait mieux fait de se taire, et là nous le rejoignons pleinement, il aurait mieux fait de la boucler pour notre bien à tous !
A l’affirmation "vous avez été antisémite", Céline répond : "Exactement. Dans la mesure où je supposais que les sémites nous poussaient dans la guerre. Sans ça je n’ai évidemment rien - je ne me trouve nulle part en conflit avec les sémites ; il n’y a pas de raison. Mais autant qu’ils constituaient une secte, comme les Templiers, ou les Jansénistes, j’étais aussi formel que Louis XIV. Il avait des raisons pour révoquer l’édit de Nantes, et Louis XV pour chasser les Jésuites... Alors voilà, n’est-ce pas : je me suis pris pour Louis XV ou pour Louis XIV, c’est évidemment une erreur profonde. Alors que je n’avais qu’à rester ce que je suis et tout simplement me taire. Là j’ai péché par orgueil, je l’avoue, par vanité, par bêtise. Je n’avais qu’à me taire... Ce sont des problèmes qui me dépassaient beaucoup. Je suis né à l’époque où on parlait encore de l’affaire Dreyfus. Tout ça c’est une vraie bêtise dont je fais les frais."

Écrit par : djemâa | 24/01/2011

Malgré le fait qui craignait la mort, il a fait la propagande envoyant 11'000 enfants et 65'000 adultes dans les chambres à gaz, lui il est mort avec le visage horrifié dans l'anonymat, il restera à jamais lié à la mort et que tous les admirateurs du morbide le suive !

Écrit par : Corto | 24/01/2011

djemâa : "Je n'aime pas la haine de Céline même joliment enrobée !!!"

Joliment enrobée? Que vous croyez djemâa! Il vous suffit de lire sa biographie sur Wikipédia dont je vais mettre des extraits sur ce collaborationniste, racisto-antijuif qui a la sale gueule de l'emploi:

"Je me sens très ami d'Hitler, très ami de tous les Allemands, je trouve que ce sont des frères, qu'ils ont bien raison d'être racistes. Ça me ferait énormément de peine si jamais ils étaient battus."

Dans les "Les Beaux Draps, publié en 1941, son troisième et dernier pamphlet antisémite il exprime clairement sa sympathie pour les nazis:

«C’est la présence des Allemands qu’est insupportable. Ils sont bien polis, bien convenables. Ils se tiennent comme des boys scouts. Pourtant on peut pas les piffer... Pourquoi je vous demande ? Ils ont humilié personne... Ils ont repoussé l’armée française qui ne demandait qu’à foutre le camp. Ah, si c’était une armée juive alors comment on l’adulerait ! »

L'amour de sa vie l'a quitté en 1933 après huit années de vie commune. quand, parti à sa recherche en Californie, il apprit qu'elle avait épousé un Juif. Son antisémitisme (né à ce moment? ces trois pamphlets violemment antisémites ont été écrit en 37, 38 et 41) exacerbé lui fait dire:

"Les Juifs exercent la même fascination sexuelle sur les femmes que les Noirs : “La femme est une traîtresse chienne née. [...] La femme, surtout la Française, raffole des crépus, des Abyssins, ils vous ont des bites surprenantes.”

"Bagatelles pour un massacre" et "L'École des cadavres" sont fortement marqués par un antisémitisme virulent, au point d'être controversés jusque chez les nazis:

" si Karl Epting, directeur de l'Institut allemand de Paris décrit Céline comme « un de ces Français qui ont une relation profonde avec les sources de l'esprit européen » (la raison sans doute du succès de ces livres où il y étale un racisme et un antisémitisme radicaux, mais aussi le désir de voir se créer une armée franco-allemande et une apologie de Hitler qui n'aurait aucune visée sur la France), Bernard Payr, qui travaille au service de propagande en France occupée se plaint du fait que Céline « gâcherait » son antisémitisme par des « obscénités » et des « cris d'hystérique »

Jusqu'à son dernier souffle il a craché son racisme et sa vulgarité dans "Rigodon".

Sur les Chinois et les noirs:

— Cette fouterie ! qu'ils viennent ici seulement un an ils baisent tout le monde ! le tour est joué ! plus un blanc ! cette race n'a jamais existé... un “fond de teint” c'est tout ! L'homme vrai de vrai est noir et jaune ! l'homme blanc religion métisseuse ! des religions ! juives catholiques protestantes, le blanc est mort ! il n'existe plus ! qui croire ? »

« ... mais on a vu pire, bien pire... et on verra je vous assure encore bien plus chouette... les Chinois à Brest, les Blancs en pousse-pousse, pas tirés ! dans les brancards ! ... que toute cette Gaule et toute l'Europe, les yites avec, changent de couleur, qu'ils ont bien fait assez chier le monde ! ... elle et son sang bleu prétentieux, christianémique ! »

Le salaud a craint pour sa vie après le débarquement des alliées.Il a quitté la France le 14 juin 1944. Il" est amnistié en 1951 grâce à son nouvel avocat Tixier-Vignancour, qui induit le tribunal en erreur sur l'identité de son client" ? Mais où était donc Serge Klarsfeld en 51? Pourquoi n'a-t-il pas été dénoncé pour cette supercherie? Je l'aurais bien vu finir, ces dix années vécues en trop, croupir en prison!


Au bout du compte c'est quoi son oeuvre? Un seul et unique prix pour "Voyage au bout de la nuit", son premier roman (humaniste) le plus connu, pas encore marqué par son antisémitisme, et "Mort à crédit" qui a essuyé des critiques par ceux qui ont encensé "Voyage...." dont Élie Faure, qui a dit de Céline qu'il "piétine dans la merde, et le tandem Simone de Beauvoir/Jean-Paul Sartre ont bien cerné le personnage qui se radicalisait: "un certain mépris haineux des petites gens qui est une attitude préfasciste". Ce sont les trois pamphlets antisémites qui ont rencontré le plus de succès auprès des antisémites cela va de soi, les milieux d'extrême droite français pro-nazis dans lesquels il évoluait.

Il a été boycotté par le monde littéraire, condamné pour collaboration en 1950 et, aujourd'hui, des snobs du monde littéraire sont scandalisés que ce salaud soit écarté du programme des Célébrations nationales pour 2011? Et bien, soyez-le Messieurs!
Ce qui est scandaleux , Messieurs, c'est qu'on ait eu l'idée scabreuse de l'inclure dans ce programme!

Écrit par : Patoucha | 26/01/2011

LEFRANC: "Céline aurait dit " je vous emmerde " ...

Céline en était une!

Écrit par : Patoucha | 26/01/2011

djemâa, c'était en 1957, lors d'un entretien avec Albert Zbinden, un fan "de la première heure" qui n'avait pas encore mesuré l'ampleur de l'antisémitisme célinien.


"Moi qui suis fan de Céline depuis la première heure, j'ai toujours pensé que l'on avait beaucoup fantasmé sur ses écrits antisémites (qu'au demeurant à peu près personne n'a jamais lu). Que Céline soit fasciste, anti-communiste, antisémite, anti-bourgeois, anti-tout-ce-que-vous-voudrez, cela ma toujours paru évident. Globalement, il n'aime pas l'humanité et peu de personnages trouvent grâce à ses yeux dans ses romans. Je pensais donc qu'il n'aimait pas les juifs plus par habitude vicérale de détester à peu près tout, que par conviction profondémement réfléchi... J'étais loin du compte. Quelle invraissemblable logorrhée délétère ! Quelle incompréhensible haine ! Quel incroyable aveuglement...

...et passe ce paragraphe: (Mais d'autres ont dû l'estomaquer comme je l'ai été par tant de violence haineuse)

"Ce sont les esprits pervers qui rendent la vie insupportable. Ils trouvent des intentions partout. Moi je me sens devenir si pervers que ça me tourne en folie raciste. Et pas qu’un petit peu ! Raciste 100 pour 100 ! autant que communiste, sans les Juifs ! À l’heure où nous sommes, dans les circonstances si tragiques, l’indifférence n’est plus de mise. Il faut choisir, il faut opter pour un genre de perversion, ça suffit plus de se dire méchant, il faut avoir une foi terrible, une intolérance atroce, y a pas beaucoup de choix, c’est l’aryenne ou la maçonnique, juive ou anti-juive. Ça va nous donner vingt ans de rigolade. Je ressens, tellement je suis drôle, des choses encore bien plus perverses. Des véritablessadismes. Je me sens très ami d’Hitler, très ami de tous les Allemands, je trouve que ce sont des frères, qu’ils ont bien raison d’être si racistes. Ça me ferait énormément de peine si jamais ils étaient battus. Je trouve que nos vrais ennemis c’est les Juifs et les francs-maçons. Que la guerre qui vient c’est la guerre des Juifs et des francs-maçons, que c’est pas du tout la nôtre. Que c’est un crime qu’on nous oblige à porter les armes contre des personnes de notre race, qui nous demandent rien, que c’est juste pour faire plaisir aux détrousseurs du ghetto. Que c’est bien la dégringolade au dernier cran de dégueulasserie."


extrait de "L'ÉCOLE DES CADAVRES"

LOUIS FERDINAND CÉLINE

----------


Le snobisme a la mémoire courte!

Des extraits glanés chez "wiki" pour ceux qui vantent son mérite littéraire. J'étale donc le racisme et l'antisémitisme célinien. il n'y a pas à dire c'est DE LA GRANDE LITTERATURE...ordurière. DU GRAND CELINE.... :

"L'École des cadavres (1938) :

« Les juifs, racialement, sont des monstres, des hybrides, des loupés tiraillés qui doivent disparaître. […] Dans l'élevage humain, ce ne sont, tout bluff à part, que bâtards gangréneux, ravageurs, pourrisseurs. Le juif n'a jamais été persécuté par les aryens. Il s'est persécuté lui-même. Il est le damné des tiraillements de sa viande d'hybride. » (L'École des cadavres, Paris, Denoël, 1938, p. 108).
Ou encore :

« Je me sens très ami d'Hitler, très ami de tous les Allemands, je trouve que ce sont des frères, qu'ils ont bien raison d'être racistes. Ça me ferait énormément de peine si jamais ils étaient battus. Je trouve que nos vrais ennemis c'est les Juifs et les francs-maçons. Que la guerre c'est la guerre des Juifs et des francs-maçons, que c'est pas du tout la nôtre. Que c'est un crime qu'on nous oblige à porter les armes contre des personnes de notre race, qui nous demandent rien, que c'est juste pour faire plaisir aux détrousseurs du ghetto. Que c'est la dégringolade au dernier cran de la dégueulasserie"

"« Je veux les [les Juifs] égorger... [...] Lorsque Hitler a décidé de “purifier” Moabit à Berlin (leur quartier de la Villette), il fit surgir à l'improviste dans les réunions habituelles, dans les bistrots, des équipes de mitrailleuses et par salves, indistinctement, tuer tous les occupants ! [...] Voilà la bonne méthode. » (Lettres à Marie Canavaggia, Du Lérôt éd., 1995).

« Selon Céline, les Juifs ne se bornent pas à dominer la France sur les plans politiques, économique, social et culturel ; ils constituent en plus une menace sur le plan sexuel, et plus précisément homosexuel. Selon Céline, les Juifs sont des “enculés” qui prennent de force les Aryens par derrière. Se montrer docile avec les Juifs, c'est courir le risque de se faire violer par eux. [...] Ses envolées contre les Juifs expriment beaucoup de craintes et aussi une jalousie de nature sexuelle. D'après lui, les Aryens sont souvent violés par des Juifs dominateurs ; quant aux Aryennes, elles trouvent les Juifs particulièrement attirants. Les Juifs exercent la même fascination sexuelle sur les femmes que les Noirs : “La femme est une traîtresse chienne née. [...] La femme, surtout la Française, raffole des crépus, des Abyssins, ils vous ont des bites surprenantes.” Ainsi, dans l'univers mental de Céline, la misogynie et le racisme se renforcent mutuellement."


"Après la défaite et l'occupation de la France, Céline rédige un troisième pamphlet : Les Beaux Draps, où il dénonce non seulement les Juifs et les francs-maçons mais aussi la majorité des Français, soupçonnés de métissage. Le pamphlétaire demande également, entre autres considérations, une réduction du temps de travail (à trente-sept heures, pour commencer) et s'en prend assez clairement au maréchal Pétain. Cela déplaît tant au régime de Vichy que, au même titre que Les Décombres de Lucien Rebatet, le livre est mis à l'index (sans pour autant être interdit de publication). L'écrivain adresse ensuite une quarantaine de lettres ouvertes publiées par les organes les plus virulents de la collaboration tout en restant en marge des différents mouvements collaborationnistes créés à la faveur des événements. Dans ces lettres, il se présente comme le pape du racisme et déplore l'insuffisance de la répression contre les Juifs, les francs-maçons, les communistes et les gaullistes. Il écrit en mars 1942 une lettre à Jacques Doriot dans laquelle il déplore le sentiment de communauté des Juifs, qu'il estime responsable de leur « pouvoir exorbitant » : « Le Juif n'est jamais seul en piste ! Un Juif, c'est toute la juiverie. Un Juif seul n'existe pas. Une termite, toute la termitière. Une punaise, toute la maison ».

Ce qui fait dire à Phillippe Burin:

Ainsi, selon l'historien Philippe Burrin : « Ses pamphlets de l'avant-guerre articulaient un racisme cohérent. S'il dénonçait en vrac la gauche, la bourgeoisie, l'Église et l'extrême droite, sans oublier sa tête de Turc, le maréchal Pétain, c'est pour la raison qu'ils ignoraient le problème racial et le rôle belliciste des juifs. La solution ? L'alliance avec l'Allemagne nazie, au nom d'une communauté de race conçue sur les lignes ethnoracistes des séparatistes alsaciens, bretons et flamands. »


"Burrin écrit encore : « Autant qu'antisémite, il est raciste :

"l'élimination des juifs, désirable, indispensable, n'est pas le tout. Il faut redresser la race française, lui imposer une cure d'abstinence, une mise à l'eau, une rééducation corporelle et physique. […] Vichy étant pire que tout, et en attendant qu'une nouvelle éducation ait eu le temps de faire son œuvre, il faut attirer par le “communisme Labiche” ces veaux de Français qui ne pensent qu'à l'argent. Par exemple, en leur distribuant les biens juifs, seul moyen d'éveiller une conscience raciste qui fait désespérément défaut."

"Sous l'Occupation, Céline envoie des lettres aux journaux collaborationnistes, certaines y sont publiées, d'autres pas. Il y fait preuve d'un antisémitisme violent. Par exemple, le 4 septembre 1941, le journal collaborateur Notre combat pour la nouvelle France socialiste publie un article intitulé « Céline nous parle des Juifs » : Céline y déclare « Pleurer, c'est le triomphe des Juifs ! Réussit admirablement ! Le monde à nous par les larmes ! 20 millions de martyrs bien entrainés c'est une force ! Les persécutés surgissent, hâves, blêmis, de la nuit des temps, des siècles de torture ".


A vomir! Mais comme le dit Millière "Je pense que les textes antisémites de Céline devraient être rendus largement disponibles aux fins que le public puisse se rendre compte par lui-même de leur ignominie absolue. Et si on me dit que certains s’en délecteront, je dirai qu’ils s’en délectent déjà (un éditeur d’extrême droite les a réédités), et qu’ils n’ont pas besoin de Céline pour avoir déjà des saletés dans la tête.

Écrit par : Patoucha | 26/01/2011

Les commentaires sont fermés.