20/01/2011

Les réseaux sociaux (Face Book, Twitter, etc) et les dictatures

Les réseaux sociaux (Face Book, Twitter, etc) et les dictatures

 

Entendu, vu ce matin sur BFM TV : les réseaux sociaux ont grandement participé à la chute et à la fuite du dictateur tunisien en dépit d’un contrôle très serré des organes de presse, écrite et parlée. On a l’impression qu’à travers les ondes, mais de manière absolument irrépressible, les nouvelles, les communications entre internautes ont défié le pouvoir en place, provoquant sa chute quasi-immédiate et sa fuite éperdue à l’étranger.

Mais cette télévision française ne s’en est pas tenue à cela. Elle a présenté un tableau de contagiosité des autres régimes arabes dictatoriaux et a fait état de ceux qui seraient susceptibles de s’effondrer comme des châteaux de cartes. Et, à ma grande surprise, celui que les internautes arabes visent, celui qu’ils placent immédiatement sur la liste est le régime syrien de Bachar el Assad. J’avoue ma surprise, non point que ce régime brille par son respect scrupuleux de la démocratie mais parce que les internautes arabes ont établi un parallélisme entre la nature des deux dictatures : un volet politique qui fruste les habitants de toutes les libertés, mais aussi un volet économique qui révèle des similitudes frappantes avec le désossement de l’économie syrienne…

La télévision exposait aussi le contenu des messages échangés entre les internautes de tous ces pays qui voient s’ouvrir devant eux des perspectives inespérées, voilà tout juste quelques semaines…

Il est indéniable que si un régime enfin démocratique voyait le jour à Damas, plusieurs gouvernements et plusieurs pays, dont le pauvre Liban, pourraient pousser un soupir de soulagement. Cela changerait tant de choses.

Le malheur est que la comparaison entre la Tunisie et la Syrie n’est pas parfaite. Il y a même une différence de taille qui change entièrement la donne : l’armée tunisienne, réduite et constituée d’hommes du peuple, non fanatisés par des doctrines politiques extrémistes, n’a pas voulu tirer sur le peuple alors que l’armée syrienne, sur le pied de guerre avec Israël depuis des décennies risque de réserver des surprises, non point aux gouvernants mais au peuple manifestant.

Souvenons nous de ce qui s’était passé à Hamma il y a plusieurs décennies : une révolte avait occis des dizaines de jeunes cadets militaires. Le pouvoir en place a pratiquement rasé les poches de résistance, même lorsque les insurgés se sont retranchés dans des lieux du culte. Ils furent pulvérisés par l’artillerie lourde.

Enfin, ce Proche Orient ! Un seul pays n’a pas souci à se faire de ce point de vue, car c’est une démocratie parlementaire absolue : Israël.

09:45 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

les plus avertis diront anti-sociaux,le terme serait mieux adapté a ce genre de site n'offrant plus aucune garantie quand à la solvabilité des informations qu'elles soient personnelles,ou autres!

Écrit par : lovsmeralda | 20/01/2011

D'abord commençons par rendre le plateau du Golan aux syriens, après on en parlera...

Écrit par : Corto | 20/01/2011

Eh le faux Corto, Golan est un nom hébreu, alors si tu est pro-syrien trouve le bon nom, d'ailleurs les syriens n'ont même pas de nom pour cette arrière pays !

Et si ça recommence avec le hizb'allah, tu va voir le plateux du Golan, jusqu'où il va aller !

Écrit par : Corto | 20/01/2011

Eh le faux Corto, Golan est un nom hébreu, alors si tu est pro-syrien trouve le bon nom, d'ailleurs les syriens n'ont même pas de nom pour cet arrière pays !

Et si ça recommence avec le hizb'allah, tu va voir le plateux du Golan, jusqu'où il va aller !

Écrit par : Corto | 20/01/2011

Nombre de Suisses véritables n’ayant aucun intérêt à ce qui se passe hors des frontières helvétiques assisteront soit aux prochaines Fêtes fédéral du yodel qui auront lieu du 16 au 19 juin 2011 à Interlaken, soit à St-Gall où se déroulera la Fête fédérale de musiques les 17-19 et 24-26 Juin 2011.

Une occasion unique de prouver notre attachement à notre si beau pays dont les symboles sont sans conteste la croix fédérale et l’arbalète n’en déplaise à tous les zombis urbains qui ne cessent de dénigrer les véritables valeurs de la Confédération Helvétique.

Écrit par : Werner Stauffacher | 21/01/2011

La Commission Tirkel chargée d’enquêter sur les événements liés à l’arraisonnement par Tsahal du bateau » Maramara », au mois de mai dernier, doit rendre dimanche son rapport intermédiaire au Premier ministre Binyamin Netanyahou.

Une source proche des membres de la Commission a cependant déjà révélé « qu’après examen minutieux de tous les aspects juridiques, l’opération menée par Tsahal a été menés sans déroger aux règles internationales communément admises ». Plus que cela, il semble que les membres de la Commission sont convaincus « que les officiers de Tsahal ont mis en danger leurs propres soldats lors de l’opération, et que ces derniers n’ont fait usage de leurs armes à feu qu’en dernier recours et de manière contrôlée ».

Après que le juge Tirkel aura remis cette première partie du Rapport au Premier ministre, les membres de la Commission convoqueront une conférence de presse à Jérusalem lors de laquelle ils dévoileront le contenu de leurs conclusions jusqu’à ce jour.

Cette première partie ne concerne que l’aspect juridique du blocus sur Gaza ainsi que sur l’opération de Tsahal sur le bateau qui transportait des activistes pro-hamas décidés à en découdre avec les soldats israéliens afin de créer un événement médiatique.

La Commission Tirkel avait entendu de nombreux « témoins », dont le Premier ministre, Binyamin Netanyahou, le ministre de la Défense, Ehoud Barak, le chef d’état-major Gaby Ashkenazy, le Directeur du Mossad Meïr Dagan ainsi que le Procureur général militaire, général Avihaï Mandelblitt. Elle comportait également des personnalités étrangères en tant qu’observateurs, Lord David Trimble, ancien Premier ministre irlandais et Ken Vatkin, ancien procureur militaire canadien. Ils sont cosignataires des conclusions de la Commission.

Écrit par : Corto | 21/01/2011

Les commentaires sont fermés.