31/03/2010

uifs et arabes ; vers une fraternité retrouvée ?

juifs et arabes ; vers une fraternité retrouvée ?

Hier soir, jusque tard dans la nuit, les juifs originaires du monde arabo-musulman ont pu relire une dernière fois avant l’année prochaine, le seder de Pessah. Mais cette fois ils l’ont lu en hébreu avec une traduction en judéo-arabe qui s’inspire de celle que l’ancien directeur de l’académie babylonienne du Xe siècle, Saadya Gaon (882-942) avait rédigé pour ses frères dont l’immersion culturelle au sein du monde environnant était grande. Cette version a subi quelques modifications pour l’adapter à la langue arabe vernaculaire de chaque contrée : par exemple, dans les pays d’Afrique du nord, une touche maghrébine, alors que dans ceux d’Orient, une touche locale un peu plus prononcée.

J’ai pu observer hier, comment dans ma propre famille proche, chez Annie et Jacques, entourée de mes frères et de mes sœurs ainsi que de membres des familles apparentées, la langue arabe de l’enfance, de la prime enfance, était indissolublement liée à la personnalité de chacun d’entre nous. Mais il y avait au milieu de cette magnifique table de fête une sorte de mur de Berlin ; d’un côté, notre génération (vieillisante ?) de quinquagénaires, bientôt sexagénaires, locuteurs de l’arabe et attachés à cette tradition ancestrale judéo-arabe dans laquelle plongent les racines, de l’autre, les jeunes, âgés de moins de vingt ans jusqu’à la trentaine, grosso modo, qui ignorent cette langue et ne font pas d’efforts pour l’apprendre et la comprendre : dommage. C’est un appauvrissement et une perte de la mémoire collective. Ils ignorent que leurs grands père ou arrière grands père s’exprimaient dans cette langue…

Lire la suite

10:37 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

30/03/2010

Niswiyya islamiya : féminisme islamique, un oxymore ?

Niswiyya islamiya : féminisme islamique, un oxymore ?

Un petit article non dénué d’humour de Gilles Paris, paru dans Le Monde en date du 28 mars a retenu mon attention. Il rend compte d’un congrès de femmes à Ryad où, l’auteur l’écrit noir sur blanc, les femmes sont considérées, dans leur propre pays, comme des citoyens de seconde zone. Est-ce vraiment une nouveauté ? Pas vraiment. L’article se demande comment les femmes pourraient réussir à faire évoluer les choses, à savoir déplacer une chape de plomb pluriséculaire qui paralyse, dans les pays arabes, ce que Mao nommait, l’autre moitié du ciel… Et comme disent les inspecteurs d’académie en écoutant une jeune maître stagiaire faire la classe, il y a encore beaucoup de travail à fournir… Or, en agissant ainsi, ces pays s’amputent d’une partie importante de leur richesse humaine, d’irremplaçables compétences et d’un si grand bonheur de vivre…

Lire la suite

17:52 | Lien permanent | Commentaires (49) | |  Facebook

29/03/2010

De la sortie d’Egypte à la Résurrection… Pâque juive et Pâques chrétiennes…

De la sortie d’Egypte à la Résurrection…

Pâque juive et Pâques chrétiennes…

Ce lundi soir, les juifs du monde entier célébreront la fête de Pessah et consommeront, sept jours durant, du pain azyme, la matsa. Cette célébration qui fusionna jadis avec la fête du pain azyme (hag ha-matsot) marque la la sortie d’Egypte, l’Exode, qui constitue le premier événement national du peuple hébreu en tant que tel. Il n’en existe pas de plus ancien. Dans la liturgie juive, deux faits marquants reviennent constamment : la création de l’univers et la sortie d’Egypte.

L’Exode, d’une part, tel que le relate la Bible hébraïque, et la Résurrection de Jésus, telle qu’elle se lit dans les Evangiles, d’autre part sont des événements majeurs de l’Histoire sainte. En termes de sociologie religieuse, on pourrait parler de «mythes fondateurs» qui gisent au fondement même de la foi. Comme le recommandait Ernest Renan dans son Histoire des origines du christianisme, il ne sert à rien de bannir la légende puisqu’elle est la forme que revêt nécessairement la foi de l’humanité.

Alors que la fête de Pâques renvoie à un épisode biblique unique, sa commémoration diverge profondément selon qu’il s’agit de la tradition juive ou de la tradition chrétienne, étant entendu que la seconde résulte d’une scission par rapport à la première. Chacune voit dans cette célébration pascale un épisode crucial de son vécu religieux.. Résumons brièvement les récits bibliques tels qu’ils se lisent dans le second livre de Moïse qui a d’ailleurs donné son nom à cet Exode d’Egypte: après sa révélation à Abraham, Dieu lui promet une innombrable descendance qui sera réduite à l’esclavage en Egypte mais qui ressortira renforcée de l’épreuve. Aguerris par une épuisante traversée du désert, ces enfants d’Israël hériteront de la Terre promise où ils pourront couler des jours heureux…

Lire la suite

06:09 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

28/03/2010

Le temps et l’heure…

Le temps et l’heure…

Au courant de la nuit de samedi à dimanche, nous sommes passés à l’heure d’été. J’ai toujours été fasciné par cette mutation qui affecte notre temps, notre vie. Pourtant, il y a une différence fondamentale entre le temps et l’heure. On dit : quel temps fait-il ? et aussi quelle heure est-il ? Que signifie donc changer d’heure ?

Ce qui, hier encore, se déroulait à une certaine heure suivant le cadran de nos montres, se produit désormais soixante minutes plus tôt. Comme on l’a répété un peu partout, à trois heures du matin, il était deux heures. Coup de baguette magique.

Chez les philosophes, la question du temps compte parmi les plus difficiles. Selon Aristote, le plus sérieux des philosophes antiques, le temps est un accident du mouvement qu’il mesure : on dit que tel homme ou tel véhicule parcourt tant de kilomètres à l’heure. Si vous préférez, le temps est le nombre du mouvement. Et comme celui-ci est éternel, le temps est lui aussi éternel, c’est-à-dire qu’il n’a pas de commencement : il n’existe pas de temps initial, un temps avant lequel il n’aurait pas existé de temps…

Lire la suite

10:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/03/2010

François FILLON, une belle leçon de moralité politique

François FILLON, une belle leçon de moralité politique

Je consacre mon blog ce matin à un phénomène assez rare, voire rarissime : la loyauté et la fidélité en politique. Le Premier Ministre de la France, M. François Fillon, a réitéré hier devant le Sénat, avec la dignité et la solennité qui s’imposaient, sa fidélité au président de la République, démentant ainsi, de la manière la plus formelle, je ne sais quels graves désaccords entre lui-même et le chef de l’Etat.

Nous ne sommes pas des naïfs, il y a et il y aura toujours de petites frictions ou grincements de dents entre les deux têtes de l’exécutif, mais M. François Fillon fait preuve, à cet égard, d’une loyauté et d’une fidélité à toute épreuve. Ce n’est pas lui qui a fait la constitution de la Ve République laquelle instaure des relations plutôt ambiguës entre les deux têtes de l’exécutif…

Lire la suite

13:16 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Un Français sur cent a besoin de l’aide des restos du cœur

Un Français sur cent a besoin de l’aide des restos du cœur

C’est un chiffre alarmant : un Français sur cent. Il y a quelques années, lorsque Coluche avait mis sur pied cette structure, c’était à titre provisoire, il s’agissait d’aider un peu de gens à franchir un moment difficile dans leur vie. Et maintenant cela fait des décennies que cela dure.

Qui compose cette population ? Selon les commentateurs, les chômeurs, en tout premier lieu, les familles nombreuses aux revenus modestes, les personnes âgées, les malades et les retraités.

Je me suis souvent demandé comment on pouvait mener une existence vertueuse, agir selon la volonté divine, bref faire le bien. Agir bien. Etait-ce par la prière, par le jeûne, par la fréquentation des lieux de culte ? Ou par tout autre chose… Notamment en aidant ceux de nos congénères qui ont froid, ne mangent pas à leur faim. Et je me suis souvenu des passages du livre d’Isaïe (VIIIe siècle avant Jésus !) qui stipule que bien agir , c’est tendre sa nourriture à l’affamé, vêtir celui est dénudé etc… Voilà l’éthique sociale de la Bible, elle qui ajoute avec tristesse dans le livre du Deutéronome que le pauvre ne disparaîtra pas de la surface de la terre (ki lo yhdal ha-évyon mi-qérév ha-aréts…)

Lire la suite

08:37 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

25/03/2010

Les dessous de l’entretiene entre Benjamin Netanyahou et Barack Obama

Les dessous de l’entretiene entre Benjamin Netanyahou et Barack Obama

La teneur des entretiens, anormalement longs, entre les deux hommes, reste enveloppée d’épais mystères. Aux yeux de tous, c’est l’implantation dans le territoire de la Cisjordanie qui aurait fait l’objet de tels entretiens. Cela me paraît une explication un peu courte : trois heures et demi pour parler de quelques constructions à Jérusalem alors que les USA se désintéressent visiblement du Proche Orient et que leur attention est exclusivement centrée autour de l’Afghanistan et de la lutte contre le terrorisme, d’une part, et l’Asie du sud est, d’autre part.

Un élément, pourtant presque passé sous silence, donne l’éveil, notamment la présence du ministre de la défense Ehoud Barack. Il y a tout lieu de penser que c’est l’Iran qui a constitué le plat de résistance, les USA se rendant compte que sans Israël, allié puissant, sérieux et fiable, rien ni personne ne pourra endiguer le danger iranien.

Lire la suite

08:47 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

24/03/2010

Nicolas Sarkozy reprend la main.

Nicolas Sarkozy reprend la main.

Il y a un petit problème dans la culture politique des Français. Ils semblent ignorer qu’une élection est déterminée par la durée du mandat qu’elle accorde : à la présidence de la République, c’est cinq ans, à l’Assemblée Nationale c’est aussi cinq ans, au Sénat, c’est six ans, la même chose pour les régions… Eh bien ! Dès que quelque chose ne tourne pas rond, par exemple si une majorité en place perd une élection intermédiaire, on hurle, on veut tout changer et on laisse presque entendre que le pouvoir en place est devenu illégitime car la dernière élection en date ne lui a pas accordé la confiance.

Ce raisonnement est étrange. En fait, le pays est instable politiquement depuis fort longtemps. Il suffit de voir que les gouvernements de droite ont tous fait une politique de gauche qu’on peut nommer le social-étatisme. C’est ainsi. Si quelque chose ne va pas, on demande eo ipso l’intervention des pouvoirs publics. Comme si l’Etat était notre père ou notre mère. Cela fait partie de la culture politique ancestrale des Français. Certains vous diront que l’on n’a toujours pas quitté la monarchie puisqu’on attend tout du pouvoir.

Lire la suite

09:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

23/03/2010

Jérusalem, M. Obama et M. Netanyahou

Jérusalem, M. Obama et M. Netanyahou

Il est curieux de relever que ce sont des hommes politiques qui auront à dénouer une crise qui se noue autour d’une ville dont l’intérêt et les valeurs sont exclusivement d’ordre religieux. C’est là un paradoxe qui mérite d’être relevé.

Un mot d’histoire, un mot qui n’a rien d’un plaidoyer. J’ai déjà eu l’occasion de dire que les seuls à pouvoir réclamer la restitution de la vieille cité du roi David sont les Jébuséent. Il faut dire que même la Bible n’est pas très claire au sujet de la ville sainte. Selon une source biblique, ce serait les tribus qui lors de la prise de la terre d’Israël auraient conquis la ville. Mais selon une autre source, ce serait le roi de David qui aurait réalisé cet exploit guerrier… Cela marque tout de même une différence d’au moins deux siècle. Et même pour l’Antiquité ce n’est pas rien.

Lire la suite

08:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

22/03/2010

Le résultat des élections régionales en France : le pays n’a pas basculé à gauche…

Le résultat des élections régionales en France : le pays n’a pas basculé à gauche…

Par delà toutes les lectures ou démarches ou même analyses partisanes, le pays n’a pas basculé à gauche. Que veut dire changer de majorité ? Cela signifie que l’on change de cap et de politique. Or, la gauche, qui vaut ce qu’elle vaut et qui a la légitimité de conduire la pays si les citoyens la choisissaient, se trompe visiblement d’élection et se croit parvenue au but.

Lire la suite

22:40 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook