30/12/2009

La beauté d'Eilat

A Eilat

Comment décrire ce beau soleil, cette Mer rouge qui semble un vrai paradis, un havre de paix? Certes, il arrive que des nuages (rarissimes) voilent un tout petit peu le ciel. Mais la plupart du temps, nous avons une température qui avoisine les 28 degrés celsius;

Le tourisme semble se porter fort bien et la Jordanie toute proche avec Aqaba semble tout aussi calme et féérique. Le soir, on peut observer les lumières des deux villes qui se font face.

Quand on réalise que durant des décennies une telle cohabitation pacifique était pratiquement impensable, on se demande...

Quand on regarde la télévision, notamment la célèbre chaîne Al Djazira, on se rend compte de l'impact de ces images sur les populations. Il faut dire que par rapport aux nouvelles venues du monde entier, la party consacrée au conflit et au Moyen Orient, en général, est vraiment la part du lion. POur quelle rason? J'avoue que je l'ignore ou plutôt je ne parviens pas y croire.

Mais que faire? Les qurelles de famille ou entre voisins sont les pires, les plus inexpiables.

Gagons une nouvelle fois que l'année civile qui s'annonce apportera peut être (à tous, sans exception ausune) une paix bien méritée et sir ardemment désirée.

Bonne année 2010 à toutes et à tous.

17:44 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

27/12/2009

Que faire pour liébrer le jeune Chalit?

Le cas Chalit ne connaît pas la tr^ve des confiseurs, malgré le grand nombre de francophones et d'Européens, juifs et non juifs en Isrzël. Deux camps s'affrontent, pour ainsi dire: ceux qui considèrent que Tsahal a un contrat moral avec les familles des soldats et qui consiste à ramener leur enfant, coûte que coûte, à la masion. Et ceux qui pensent que l'armée est donée sur le princiep de tuer ou d'être tué. A la guerre comme à la guerre.

Même ceux qui sont pour un échange d'un individu contre plusieurs centaines d'autres craignent que le Hamas et ses affidés ne découvrent ici un filon inétressant à exploiter. Si Israël est pe^t à tout, pensent ils, pour libérer un de ses soldats, il convient d'en kidnapper un certain nombre et d'exiger des monnaies d'échange toujours plus élevées...

Evidemment, mles parents de Gilad Chalit pensent autrement: ils veulent revoir leur fils vivant, ce qui est naturel et légitime. Ils font donc tout pour que le gouvernement actuel trouve un rapide consensus.

J'avoue encore une fois ne pas savoir ce qu'il faut faire. Un père réclame la libération de son fils qu'il aime. Un chef de gouvernement sait qu'il doit, le moment venu, faire des sacrifices: comment concilier les deux? C'est toute la question.

16:43 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

25/12/2009

Noël et Hanoukka


En ce matin de No£el , un internaute qui se veut très gentil me demande pourquoi j'ai usé d'un titre qui ne correspond pas à la teneur du texte publié. Je tiens à lui présenter mes esxcuses et à lui dire que j'ai vu dans Jérusalem toutes les lumières de Hanoukka portées par des cnadélabres.

Evidemment, les lumières du sapin de Noël ne sontpas les bougies de la hanoukiya, mais quand on creuse un peu, on se rend compte <ue la verdeur du sapin et les lumières de Hanoukka rappellent la victoire de la lumière sur l'obscurité de l('hiver; tandis que l'arbre qui ne se flétrit jamais  symbolise la vie qui prend le dessus sur tout le reste

Chaque religion a à son fondement une spiritualité qu'il convient d'en extraire. Est ce que tout un chacun est capable de le faire, reste une question. Et le ton de l'internaute est là pour prouver que tout le monde ne fournit pas l'effort nécessaire.

Mais soyons optimistes, l'année nouvelle répandra sûrement la lumière sur tous les esprits.

Lire la suite

10:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Noël et Hanoukka


En ce matin de No£el , un internaute qui se veut très gentil me demande pourquoi j'ai usé d'un titre qui ne correspond pas à la teneur du texte publié. Je tiens à lui présenter mes esxcuses et à lui dire que j'ai vu dans Jérusalem toutes les lumières de Hanoukka portées par des cnadélabres.

Evidemment, les lumières du sapin de Noël ne sontpas les bougies de la hanoukiya, mais quand on creuse un peu, on se rend compte <ue la verdeur du sapin et les lumières de Hanoukka rappellent la victoire de la lumière sur l'obscurité de l('hiver; tandis que l'arbre qui ne se flétrit jamais  symbolise la vie qui prend le dessus sur tout le reste

Chaque religion a à son fondement une spiritualité qu'il convient d'en extraire. Est ce que tout un chacun est capable de le faire, reste une question. Et le ton de l'internaute est là pour prouver que tout le monde ne fournit pas l'effort nécessaire.

Mais soyons optimistes, l'année nouvelle répandra sûrement la lumière sur tous les esprits.

10:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/12/2009

Noël à Jérusalem

Noël à Jérusalem,
Parti à Jérusalem voir un collègue, j’ai oublié, mais vriament oublié que nous étions le 24 décembre et que c’était cela même qui expliquait la présence de tant de groupes israéleins mais surtout chrétiens dans le lieu où je me rendais. A savoir le vieux quartier du temple, où l’on accède après avoir traversé toutes les échoppes arabes de la vieille ville. Le contraste est d’ailleurs frappant : Palestiniens et Israéliens m’apparurent transparents les uns aux autres : pas un regard, pas un sourire entre les passants et les patrons des magasins. In se croise mais on ne se voit pas. On cohabite mais on néchange pas.
Je me redns donc chez mon collègue qui m’a promis de me faire rencontrer un scribe, un sofer de rouleaux de la Tora. J’arrive a Jérusalem avec une bonne heure de retard, due à l’embouteillage chréonique à l’éentrée de la ville. Je gare le véhicule à la porte de Jaffa dans un parking souterrain et ensuite je mr rends dans la vieille ville. Aucun palestiniens ne veut me dire où se trrouve la rue que je cherche, mais mon épouse finit par la trouver et nous nous rendons chez les scrive des rouleaux de la Tora.
L’homme est jeune, environ 45 ans, épiasses lunettes, longue barbe noire. Il me fait bonne impression ; natif de Dkerba en Tunisie, il est venu à Jérusalem à l’âge de cinq ans, ce qui explique qu’il a totalement oublié lle peu de français qu’il savait. Un rouleau de la Tora est là sur la table ; je le déroule et me mets à lire les derniers chapitres du Deutéronome. L’écriture est belle, aérée, de type sefarade. Je déroule encore le parchemin que je trouve très souple. On m’explique qu’il s’agit de veaux embryonnaires, ce qui explique la douceur de leur peau dont son se sert en les ayant cousus les uns aux autres. Le scribe m’explique que la toute dernière phrase du Pentateuque est généralement laissée en suspens afin que les destinataires du rouleau de la loi puissent le compléter et y apporter leur propre contribution puisque la tradition voulait que chaque juif écrive pour lui un sefer Tora. La phrase zn question s’intitule ainsi : le= eyné kol Israël : aux yeux de tout Israël.
J’ai beau avoir écrit tout ce que j’ai écrit sur la constitution du Pentateuque, sur le caractère mythique des psesonnsges bibbkliques, je ne ne parviens pas à dominer mon émotion.
C’est pour de tels rouleaux que des milliers de juifs, voire des centianes de milliers ont été brûlés ou ont volontairement préféré la mort à la conversion forcée.
Et lk’ai découvert tout cela, la veille de Noël. Cureieuse ville de Jérusalem, si différente de Tel Aviv !
Joyeux Noël et pour le sefer Tora disons le verset du Psamiste : si ta Tora n’avait consriutué mes délcies, j’aurai péri dans ma misère.
Mais une autre anecodte me revient à l’esprit : le roi de Prusse Frédéric II doit avoir demandé à un philosophe de lui livrer une seule preuve de l’existence de Dieu après que Kant avait détruite toute connaissance métaphysique et donc fait litière de toutes preuves classique. Le philosophe répond ainsi au roi ; Jawohl Majestät, die Juden. Oui, Majesté, la preuve que Dieu existe, c’est que les juifs existent toujours (malgré toutes les persécutions visnat à les faire disparaître……

20:32 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

23/12/2009

Natanya

Natanya

Un installateur de chauffage que je connais bien car j’ai eu affaire à lui durant l’été, a bien voulu jeter un coup d’œil sur les réparations de l’été. Ce fut laborieux au début, je m’en souviens, il fallut batailler, comme toujours en Israël ; mais là, tout s’est très bien passé car il adore venir parler avec moi de philosophie juive et allemande. Cela le met en valeur et lui rappelle aussi son adolescence, du temps où il était pris en main par des institutions religieuses. Mais la clause matérielle, comme dirait Aristote, et il a préféré faire fortune dans les installations électriques et autres.

Si je parle de lui ici, c’est parce que nous avons parlé d’Eilat et de la Mer morte où il se rend régulièrement avec son épouse. Mais il m’a dit cette phrase adorable, parlant du climat en Israël : c’est, me dit=il, le meilleur climart au monde… Evidemment, je ne lui ai pas ri au nez mais je suis toujours ébahi de voir ce peuple, exposé à tant de difficultés et de souffrances, s’enorguellir d’être le peuple élu, vivant sur la terre promise, aimé de Dieu qui veille sur lui, dit=on.

Je suis très ému quand j’entends cela. Quel peuple, quelle confiance, quel abandon confiant à Dieu qui aurait tout de même mieux choisir, installer son peuple sur une terre incontestée, et entouré de moins d’ennemis, disons moins implacables.

On dit dans les Evangiles que c’est la foi qui sauve et Israël en a tant besoin. Mais que faire ? Dans l’intervalle, on croit, malgré cet océan de problèmes, en la volonté de Dieu et surtout en son indéfectible protection. Mais quand même ! Tant de peuples, voisins ou frères du peuple hébreu se sont éteints ou ont disparu dans l’histoire et ce peuple est là.

On dit qu’il a plu à Dieu de le distinguer d’une grâce particulière. Nous demandons simplement qu’il lui donne la paix, une paix durable et profonde.

Lo matsati tov le Ysra£ël élla shalom

12:29 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

22/12/2009

La libération de Gilad Chalit

La libération de Gilad Chalit

La presse israélienne d'hiuer et d'aujourd'hui ne parle que de cela: le conseil de sécurieté du gouvernement d'Israël s'est réuni sans discontinuer et les positions sont restées les mêmes: trois sont pour et trois contre; reste la voie du Premier Ministre qui pourrait être décisive. La presse reproche à Benjamin Netanyahiou de vouloir une chose mais de refuser d'en payer le prix. Qui semble, en effet, trop élevé: relâcher dans la nature, dit=on, des assassins dont les mains sont tâchées du sang de nombreuses victimles. D'un autre côté, la cas Chalit bloque tout le reste, y comrpis les négocaitions de paix.

Lire la suite

20:12 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook

21/12/2009

Faut-il béatifier Pie XII ?

Faut-il béatifier Pie XII ?

Oui, sans chercher à commettre d’ingérence dans les affaires internes de l’église catholique, faut-il vraiment béatifier Pie XII maintenant ? On connaît le caractère hautement litigieux de ce dossier. Tant les historiens de toutes nationalités et de toutes confessions que l’ensemble des organisations juives en israël et dans le monde reproche au défunt pape son silence persistant sur la Shoah dont il fut une sorte de témoin à bout portant, pourrait-on dire.Le pape Benoît XVI vis à vis duquel je suis bien prédispsoé a déjà eu maille à partir avec cette frange de l’opinion mondiale, serait-il sage de mettre à mal une nouvelle fois ce qu’il eut taht de mal à réparer par des actes quelque peu inattendus, pour ne pas dire inconsidérés ? J’avais déjà rédigé directement une note directement en allemand à l’intention de Sa Sainteté. Et je ne fus pas le seul à dire mon étonnement. Et la chose portait justement sur le cas d’évêques négationnistes que le pape venait, par ignorance et en toute bonne foi, semble-t-il, de réintégrer dans le giron de l’Eglise catholique romaine. On sent chez ce pape une sorte de désir irrépressible de réunifier son Eglise, cela est très bien. Mais pas à n’importe quel prix…

Lire la suite

08:30 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

20/12/2009

Meilleurs vœux

Meilleurs vœux

Je tiens à vous présenter tous mes bons vœux pour un joyeux Noël et une très bonne nouvelle année 2010. Je n’avais pas eu l’occasion de le faire pour la fête de hanouka qui s’est achevée vendredi en fin d’après-midi.

Ces deux fêtes privilégient la lumière sur les ténèbres. Que leur exemple soit enfin entendu et suivi par tous.

Lire la suite

20:02 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Le journal Le Monde a soixante-cinq ans…

Le journal Le Monde a soixante-cinq ans…

Voici, en principe, un sujet consensuel, qui nous fera oublier toutes ces histoires de burka, de voile et de minaret. Je ne puis m’empêcher, au passage, de regretter qu’on réduise une religion monothéiste d’une telle importance à des signes extérieurs vestimentaires ou architecturaux qui ont nom burka ou minarets…

Mais revenons au journal Le Monde qui a soixante cinq ans et qui est une véritable institution dans le paysage journalistique mondial. Certes, un homme de soixante-cinq ans, même très bien conservé, n’en pas moins subi un peu les outrages du temps.

Jusqu’en 1968, Le Monde est tenu par des journalistes de très haut niveau et des directeurs de même acabit. L’arrivée du giscardisme a poussé le grand quotidien du soir à se réfugier dans une opposition qui allait grandissant.

Lire la suite

13:25 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook