30/06/2009

LA PAIX AU PROCHE ORIENT : LE HAMAS, L’IRAN ET GILAD SHALIT

LA PAIX AU PROCHE ORIENT : LE HAMAS, L’IRAN ET GILAD SHALIT
Depuis le dernier papier paru dans ce blog, on apprend que les chose bougent un peu du côté du Hamas qui a enfin compris qu’il fallait se conduire  autrement et que son obstination ne servait rien, pire qu’elle pouvait renforcer l’actuel Premier Ministre d’Israël à prendre de violentes mesures unilatérales.
D’après les tractations en cours, le jeune soldat de Tsahal serait transféré en Egypte où ses parents le rendraient visite : ce point aurait été acquis (je dis bien au conditionnel) grâce à l’intervention des USA auprès des Syriens chez lesquels réside le secrétaire général du Hamas. Un échange aurait lieu tout de suite après, puisque la Syrie d’un côté, et les USA, de l’autre, se sont portés garants de leurs alliés respectifs.

Lire la suite

08:46 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

28/06/2009

LIBERATION DE GILAD SCHALIT ?

LIBERATION DE GILAD SCHALIT ?
Cela fait trois ans déjà, si je ne m’abuse, que le jeune Gilad croupit dans des geôles du Hamas à Gaza ou ailleurs. Il est temps de le rendre à sa famille en bonne santé . Sans plus attendre. Vous savez qu’Israël a fait un premier geste en élargissant unilatéralement un important dirigeant du Hamas ainsi que d’autres prisonniers retenus en Israël.
Je n’ignore pas qu’il y a dans ce conflit des haines recuites, des ressentiments profondément enracinés. Mais il faut savoir tourner la page. Il faut rendre le jeune Schalit : les hommes du Hamas savent fort bien, surtout après la dure expérience de la campagne plomb durci qu’aucun d’entre eux ne sera plus jamais en sécurité s’il arrivait quelque chose à Gilad. Et d’ailleurs, qui aurait un intérêt quelconque à cela

Lire la suite

08:36 | Lien permanent | Commentaires (26) | |  Facebook

27/06/2009

UNE PLANÈTE MIChAELJACKSONISÉE : le visible et l’invisible

UNE  PLANÈTE MIChAELJACKSONISÉE : le visible et l’invisible
J’aimerais, dans ce papier, traiter de deux points afférents à la disparition brutale de la star de la pop music : tout d’abord, le tumulte médiatique et ensuite, d’un point de vue philosophique, notre relation à la mort, à être là sans être présent, c’est-à-dire à continuer à occuper une place dans le conscient et l’inconscient des gens, sans être là… C’est continuer à exercer une action post mortem sur nos vies ; en fait, la relation au sein de l’humanité entre les morts et les vivants.

Le tumulte médiatique
Nos sociétés post modernes ne pourront plus jamais réguler l’activité journalistique qui devrait d’ailleurs changer de nom car nous tous devenons, grâce à internet (face book, twitter etc…) des chroniqueurs et des journalistes. Je rappelle que la première information sur le décès de M. Jackson a été relayée par l’internet. De même pour cette poignante photographie (prise par un téléphone portable) du mort, étendu sur une civière, en route vers l’institut médico-légal. Il me revient en mémoire que même l’exécution de Saddam Hussein a été relayée de la même manière dans le monde entier ; plus proches de nous, les événements d’Iran où les téléphones portables ont accompli le même effet.
La vague informationnelle étant indomptable, nous devons nous résigner à vivre avec l’instantanéité des nouvelles et leur propagation dans le monde entier (voyez la Chine, le monde arabe, etc) avant même le moindre essai interprétatif, le moindre tissu conjonctionnel pour situer les choses dans un contexte qui aide à les comprendre. Faute de quoi, elles sont condamnées à demeurer des faits bruts et isolés.

Lire la suite

08:54 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

26/06/2009

M. Jackson et la presse

LE DECES DE MICKAEL JACKSON
C’est une nouvelle bien triste, même pour ceux qui n’étaient pas de vrais fans de ce gigantesque chanteur afro-américain qui a révolutionné la pop music et qui a donné à sa communauté ethnique une grande raison d’espérer et de croire en soi. On a tout dit sur lui et sa musique, sans omettre sa personnalité un peu trouble mais certainement très attachante. Des centaines de millions de disques vendus, des prodiges musicaux presque inégalés, un succès vraiment planétaire. Tout ceci, vous l’entendez et le voyez sur les télévisions du monde entier, presque jusqu’à la nausée, tant c’est répétitif…
Ce qui m’intéresse, ici, ce matin, c’est la confrontation entre un être humain, bourré de talents mais aussi de problèmes , et un système, le star system qui l’a porté aux nues pour, ensuite, le ramener plus bas que terre. Et dans ce contexte très particulier, une certaine presse (pas toute la presse) n’est guère innocente.

Lire la suite

09:03 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

25/06/2009

Nicolas Sarkozy devant le Congrès à Versailles

Demain commence  aujourd’hui : Nicolas Sarkozy devant le Congrès à Versailles 
Paru dans le FIGARO du  24 juin 2009 page 14)


C’est un Nicolas Sarkozy porteur d’un grand projet et animé d’une vaste vision qui s’est présenté devant le Congrès réuni à Versailles. Il est apparu grave et déterminé, pleinement conscient de l’enjeu : montrer aux Français qu’il savait dépasser les clivages pour ne prendre en considération que les intérêts supérieurs de la nation. Pas de dramatisation, pas d’excessive solennité, juste le ton qui convient pour s’adresser au pays avec la ferme volonté de transmettre sa foi en la France et en sa capacité à surmonter la crise.
Le principe architectonique de ce discours est clair: la crise, comment la combattre, quels remèdes apporter aux ravages qu’elle laisse derrière elle, en l’occurrence, ceux générés par l’exclusion. Pour sortir de l’impasse, le président a  fait le pari de marier libéralisme et humanisme, un alliage susceptible de préserver cette cohésion sociale sans laquelle nul, en France, ne peut gouverner. Pour cette raison, Nicolas Sarkozy devait reformuler les thèmes de la campagne présidentielle que l’irruption soudaine de cette crise a repoussés à l’arrière-plan. Que vaudraient les avancées technologiques si elles se font au prix d’insoutenables drames humains ? Comment accepter les mutations apparemment inéluctables de l’économie mondiale, s’il faut leur sacrifier nos valeurs les plus chères ?

Lire la suite

18:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/06/2009

La Russie et l'Europe

 

Notre centre de réflexion géostratégique Le forum du futur a reçu ce matin à Paris le nouvel ambassadeur de Russie à Paris, Monsieur Orlov qui est en poste depuis environ huit mois.

Homme courtois et affable, maitrisant bien le français; il a fait un large exposé liminaire où il a passé en revue toutes sortes de sujets bilatéraux: coopération économique, culturelle, et politique, évidemment. Il avanté les bonnes relations personnelles entre les dirigeants de deux pays.

L'ambassadeur de la République tchèque lui a posé la question de l'Iran; l'ambassadeur a noté que son pays était contre la prolifération, mais qu'il y avait une différence entre le nulcéaire civil et le nucléaire militaire et, qu'en définitive, rien ne pouvait que les Irainiens étaient sortis du cadre légal. Nous en doutons. il a même ajouté que nul pays, en possession de cette arme, ne songerait à l'utimiser, car, selon l'amabassadeur, ce serait un suicide politique et militaire. Or, a_t_il, conclu, un diuigeant conscient et normal n'y recourrait jamais...

Toute la question est là: est=ce qu'un dirigeant qui appelle chaque mois à la disparition d'un autre Etat, est normal?

L'ambassadeur n'a pas répondu à la question. Mais de très nombreuses réponses sur d'autres domaines ont été jugées satsifaisantes.

11:50 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

23/06/2009

L'Iran et Obama

Le président OBAMA et l'Iran

Apparemment, les Républicains ne sont pas très satisfaits de la gestion de la crise iranienne par leur président. Mais pouvait il agir autrement? On l'a vu changer son fusil d'épaule car la situation était très fluide. Après le raidissement sensible du régime qui s'est lancé dans une répression tous azimuts, le président a dû durcir le ton et dire que les USA étaient du côté des opprimés. Est ce suffisant?

Le monde entier est ému par la mort tragique de cette belle jeune fille, partie défier la répression au péril de sa vie. C'est incroyable qu'en 2009 de pareilles choses puissent encore se produire.

C'est une révolution qui dévore ses enfants. Ce qui frappe par dessus tout, c'est que même le candidat dit réformateur est un suppôt de la république islamique: il ne veut pas changer de régime (comme on le croit en Occident) mais simplement changer le régime qu'il croit amendable. Lui aussi semble partisan d'un Iran nucléarisé..;

Que peut faire la président US dans ce cas?  En fait, les contradictions de la république islamique éclatent au grand jour. Un el régime qui défie la loi internationale n'hésite pas à faire tirer sur son propre peuple, ne peut pas s'amender tout seul. Il faut appeler de ses voeux la naissance d'un Iran démocratique qui reprenne sa place dans le concert des nations.

Est-ce encore possible? Nous voulons le croire.

16:08 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

22/06/2009

LA FEMME A VIENNE AU TEMPS DE FREUD

LA FEMME A VIENNE AU TEMPS DE FREUD DE  CELIA BERTIN (TERXTO, 2009)
Quand on pense à Vienne et à ses femmes au temps de Freud, on a l’impression qu’il s’agit là d’une trilogie insécable tant les trois vont ensemble, ne se pensent guère les uns sans les autres… L’auteur, spécialiste de littérature féminine, connaît parfaitement bien son sujet et nous conduit avec une grande virtuosité à travers les méandres des caractères mais aussi les petites rues et les grandes avenues de la ville impériale.
Sigmund Freud a révolutionné la connaissance de l’âme humaine, il a, lui, vraiment ajouté un nouveau continent à notre psychologie. Et l’auteur cite une de ses phrases, écrites dans la correspondance : que veut la femme ? Ayant reçu en analyse tant de femmes célèbres qui souffraient d’insatisfaction sexuelle et sombraient le plus souvent dans l’hystérie, Freud a pu, par nécessité, porté le diagnostic le plus juste sur la condition féminine de son temps.

Lire la suite

09:23 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

NICOLAS SARKOZY AU CONGRÈS A VERSAILLES

UNE PREMIÈRE DU QUINQUENNAT : NICOLAS SARKOZY AU CONGRÈS A VERSAILLES
Dès cet après-midi, députés et sénateurs de la République française vont écouter une longue et importante allocution du chef de l’Etat. C’est la première fois qu’une telle cérémonie a lieu depuis à peu de choses près le milieu du XIXe siècle. Personne n’avait osé toucher à cette interdiction  (qui ne disait pas son nom) : le président de la République ne pouvait pas parler devant le corps législatif en raison de la séparation des pouvoirs…
Comme d’habitude, certains font montre de leur mauvaise humeur, soit en s’abstenant carrément d’aller à Versailles, soit en écoutant le chef de l’Etat et en quittant l’hémicycle avant les débats et les questions-réponses. C’est leur droit.

Lire la suite

08:37 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

21/06/2009

LE POINT DE NON RETOUR À TÉHÉRAN

LE POINT DE NON RETOUR À TÉHÉRAN
Comment on le disait hier et avant-hier, et comme les nombreux commentaires du blog le démontrent, le pouvoir à Téhéran n’entend pas reculer. Il poursuit sa sanglante répression, faisant grimper de manière alarmante le nombre de morts et de blessés. Ce qui m’a frappé, entre autres choses, c’est la présence de femmes absolument déterminées à ne pas se laisser intimider par les forces de l’ordre chargées d’organiser la répression.
Au plan politique, on relève les déclarations plus audacieuses de l’homme qui se retrouve, sans l’avoir voulu, à la tête de l’opposition : il désire aller jusqu’au martyr s’il le faut. ET pour la première fois il a osé critiquer la décision mais aussi la personne du Guide suprême de la révolution. C’est un novum qui pourrait constituer un tournant, voire un point de non retour.

Lire la suite

10:59 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook