31/05/2009

Le mythe arthurien

ARTHUR D’ALBAN GAUTIER, PARIS ELLIPSES, 2008
A la lecture de ce beau livre, je me suis souvenu de l’anecdote suivante : au terme d’une conférence sur le patriarche Abraham à la mairie du XVIe arrondissement de Paris, je fus applaudi par l’assistance nombreuse ; pour répondre à une question d’une auditrice je signalais que j’écrivais une biographie du patriarche… La dame, très distinguée et d’un certain âge, se leva et vint me voir sur l’estrade. Elle me demanda si j’avais vraiment l’intention d’écrire la vie d’un homme illustre dont je doutais de l’existence historique. Je répondis par l’affirmative. Elle me dit alors, d’un ton doucereux : Monsieur le professeur, vous voulez être le biographe (écrire sur la vie, en grec) d’un homme dont vous prétendez qu’il n’a jamais foulé le sol de notre terre…

Lire la suite

15:26 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

SOLEIL ET BEAU TEMPS

SOLEIL ET BEAU TEMPS
Dès le début de ce mois de juin le soleil fait des apparitions plus fréquentes et plus prolongées. Il fallait voir hier Paris avec ses terrasses de café noires  de monde, ses restaurant de plein air absolument complets, les hommes et les femmes très légèrement vêtus… Une ville en fête. Grâce à quoi ? A cette présence du soleil et à cette chaleur qui rend les gens heureux.
A quand remonte cet engouement de tous les habitants de la planète pour le temps beau et ensoleillé ? Probablement à des temps immémoriaux. En France, c’est le Front Populaire de Léon Blum qui a donné aux classes laborieuses la possibilité se se rendre sur les bords de mer et de quitter, pour la première fois, les corons et les cités insalubres.

Lire la suite

10:25 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

30/05/2009

NOUS SOMMES EN CRISE…

NOUS SOMMES EN CRISE…
Le chômage, cette plaie sociale, cette plaie, tout court, sévit de plus en plus, chaque jour que Dieu fait. Les dernières déclarations du Premier Ministre Français Fillon, empreintes de courage et d’honnêteté, sont là pour nous le rappeler. C’est peu rassurant : la crise qui frappe si durement l’emploi, devrait se poursuivre au-delà de 2010. Mais ce qui m’a le plus frappé, en ce matin de début de très beau week end ensoleillé, c’est la cascade des chiffres, tous négatifs et inquiétants : plus de 55.000 chômeurs ce mois, on prévoit 650.000 pertes d’emploi pour l’année entière. Quelle catastrophe. Or, pour nous tous, quel que soit notre statut, notre poste de travail, notre emploi, représente l’une des choses les plus importantes. C’est là que nous passons le plus clair de notre temps, c’est ce justifie notre statut social et sa perte équivaut presque toujours à une sorte de déchéance sociale…

Lire la suite

10:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

29/05/2009

VIOLENCE ET SOCIÉTÉ

VIOLENCE ET SOCIÉTÉ
La violence est-elle la sœur jumelle de tout regroupement d’hommes en société plus ou moins organisée ? Est-elle inséparable de tout groupe humain ? L’âme humaine est-elle, en son intime le plus intime, consubstantielle à la violence ? La sexualité, elle-même, qui nous permet de reproduire l’espèce et de nous stabiliser physiquement et psychologiquement, est-elle une canalisation de cette même violence ? Autant de questions qu’il faut se poser lorsqu’on parcourt la presse du matin, qu’elle soit écrite, radiophonique ou télévisuelle ?
Déjà, les mythes fondateurs les plus anciens, ceux qui constituent la trame du livre de la Genèse évoquent la sempiternelle présence de la violence sur terre. Le texte hébraïque parle de hamas, terme qui désigne la hybris grecque, la violence, le déséquilibre, la démesure, bref tout ce qui est contraire à l’harmonie et à la sérénité. La Bible ajoute même que c’est cela qui justifia aux yeux de Dieu la venue du Déluge, voulue par un Dieu qui regrette sa création et ne trouve pas d’autre moyen de la réformer qu’en la détruisant… Quel aveu d’échec ! Si l’on comprend bien, même le Dieu créateur capitule devant la violence de sa propre créature, l’homme, et de sa propre création, l’univers . Le cœur de l’homme écrit la Genèse, est empli exclusivement de mal depuis son enfance… Curieux constat de la part d’une divinité omnipuissante mais pas au point de susciter une créature à son image, au plan éthique.

Lire la suite

08:41 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

28/05/2009

Ségolène et Martine : une unité de façade ?

Ségolène et Martine : une unité de façade ?
Le parti socialiste est à la manœuvre. Il en a bien besoin. Enfin, les deux dames du PS sont parvenues à s’entendre, du moins devant les caméras de télévision et quelques militants, venus nombreux applaudir celles en qui ils placent leurs espoirs de remontée électorale…
Pourtant, l’écart se creuse avec l’UMP qui caracole en tête et qui ne se laissera plus devancer. On peut d’ores et déjà dire que le PS ne gagnera pas du tout ces élections européennes. Ce qui est encore plus frappant, c’est que l’opinion comprend désormais l’action du président de la République et ne  lui fausse pas compagnie. Alors que le PS, malgré toutes ces attaques et critiques, ne parvient pas décoller.

Lire la suite

09:28 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

27/05/2009

SAVONAROLE, LE GLAIVE DE DIEU

SAVONAROLE, LE GLAIVE DE DIEU   DE MARE VIALLON  (PARIS, ELLIPSES,  2008)
Dans leur superbe collection consacrée aux grandes biographies, publiées sous la ferme et bienveillante férule de Gwendoline Rousseau, les éditions Ellipses nous offrent un bel ouvrage consacré au frère dominicain, né à Ferrare, Jérôme Savonarole. Un homme étrange, apparemment impénétrable, soumis à des passions secrètes que l’auteur, Madame Marie Viallon, réussit à démonter avec délicatesse.
Né en 1452 dans une fratrie assez importante, le jeune homme, entré dans les ordres et penchant de plus en plus vers un extrémisme religieux et politique, finira tragiquement en 1498, après avoir traversé son existence terrestre comme un météore. Après avoir été éminemment respecté ou plutôt redouté par la ville de Florence qui jouissait alors d’un grand prestige, il fut condamné à la pendaison et, horreur absolue, à l’incinération  de son cadavre afin que nulle sépulture ne puisse conserver son passage sur cette terre.
L’Histoire, nous apprend-on, avance par contradictions surmontes : antagonismes des classes sociales, progrès techniques et philosophiques qui ouvrent des brèches plus ou moins grandes dans les haies protectrices des traditions religieuses, autant de choses qui détruisent sous nos yeux l’ordre ancien pour accoucher, quoiqu’on fasse, d’un monde nouveau dans lequel il faudra trouver sa place. C’est probablement le rendez-vous manqué par Savonarole qui n’a pas fait preuve d’intelligence politique en se permettant de critiquer avec véhémence le pape, voire même certaines grandes familles patriciennes, en leur présence, à l’église : il n’hésitait pas à prononcer des prêches enflammés  mettant presque directement en cause des pratiques sociales, certes condamnables, mais commises par des gens trop puissants… Comment un frère dominicain pouvait-il combattre des oligarchies politiques ? Même son ordre, inquiet de ses débordements et soucieux de conserver ses positions dans le contexte socio-politique de l’Italie de cette fin de XVe siècle, préférera l’éloigner en lui accordant parfois des promotions qui n’en étaient pas vraiment. Et Savonarole ne changea pas…

Lire la suite

16:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LE JEU DANGEREUX DE LA CORÉE DU NORD

LE JEU DANGEREUX DE LA CORÉE DU NORD
Quel que soit le jeu que joue présentement la Corée du Nord, c’est un exercice fort dangereux. Si dangereux que les commentateurs se sont demandés si cette fuite en avant ne cachait pas, en réalité, une situation bien plus préoccupante que celle de la simple  sécurité : la survie du régime tyrannique qui se cherche un successeur, comme une dynastie, pour que l’œuvre accomplie ne se perde point. Prenant les devants, les caciques du régime veulent que cette période de transition qui s’annonce, quoiqu’en dise le pouvoir en place, ne soit pas mise à profit par le monde libre pour installer un régime qui serait un tout petit peu plus acceptable.

Lire la suite

09:53 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/05/2009

Jérôme MONOD, Les vagues du temps. Fayard, 2009

Jérôme MONOD, Les vagues du temps. Fayard, 2009

Quand on repose ce livre où Jérôme Monod évoque sa vie et ses multiples fonctions, ses voyages, mais aussi ses réflexions et ses espoirs, on se sent envahi par un sentiment diffus de jubilation : voici un homme dont trois grands axes ont balisé l’existence : la haute administration, la grande industrie et la politique, non pas en tant qu’élu (il est trop intelligent pour cela) mais en tant que conseiller écouté, sûr d’avoir l’oreille du prince.
Pourquoi ai-je tant aimé ce livre que j’ai lu de la première à la dernière (sauf certains passage du long chapitre sur l’entreprise dévoilée) ? Probablement, parce qu’il commence par une profonde réflexion quasi-philosophique, sur les violences et les facteurs qui les génèrent. L’auteur se demande directement si le monde va devenir invivable.  Mais ce n’est pas tout, ce qui m’a vivement touché, ce sont les origines et la mentalité typiquement protestantes de cet homme qui consacre d’emblée, sans fausse honte, quelques développements bien sentis à l’argent et à ses dangers, à son pouvoir pour aider mais aussi pour nuire… A aucun moment il ne verse dans cette hypocrisie qui veut faire croire que l’argent et la richesse matérielle sont une malédiction dont il se faut se garder. Les réflexions assignent à l’argent la vraie qu’il occupe et doit occuper mais balisent soigneusement les domaines dans lesquels il ne devrait jamais interférer. Enfin, dernière cause de ma satisfaction, c’est la familiarité avec la Bible, les lectures bibliques et la présence de cette exigence morale quasi-quotidienne qui pousse l’homme à agir (le plus souvent possible) en conformité avec l’éthique. Ce n’est pas toujours facile et l’auteur relate les scrupules qu’il eut à se séparer d’un directeur de filiale de la Lyonnaise des eaux aux USA… A la fin du récit, il signale que l’homme s’était rendu en Floride pour se changer les idées et finit par retrouver d travail dans le New Jersey…

Lire la suite

15:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

NE BASE MILITAIRE FRANçAISE À ABOU DHABI

UNE BASE MILITAIRE FRANçAISE À ABOU DHABI
C’est une nouvelle étape dans la réorganisation militaire française au Proche Orient que Nicolas Sarkozy vient d’inaugurer à Abou Dhabi. C’est à la fois réjouissant et un peu inquiétant, car, de l’avis unanime, l’implantation d’une telle base qui sera terrestre, aérienne et aussi maritime, se situe justement face à l’Iran dont le régime actuel est quelque peu turbulent.

Lire la suite

08:44 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

BENJAMIN NETANYAHOU ET L’ETAT PALESTINIEN.

BENJAMIN NETANYAHOU ET L’ETAT PALESTINIEN.
Des scteurs entiers de la presse internationale ; notamment française, ont cru comprendre que l’actuel Premier Ministre israélien se rsignerait à envisager o’existence d’une telle entité politique pour les Palestiniens. En ce qui nous concerne, si cela pouvait installer la paix une fois pour toutes, pourquoi pas ? Mais ne rêvons pas.

Lire la suite

00:29 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook