’ÉVÊQUE NÉGATIONNISTE

Imprimer

L’ÉVÊQUE NÉGATIONNISTE
J’ai quelque peu hésité ce matin avant de rédiger mon papier : devais-je parler de l’envoi au Proche Orient de Georges Mutchell ? Devais-je évoquer la crise économique avec cette terrible purge financière, suivie d’une non moins terrible purge sociale ? Devais-je parler de la journée de grève, de ce jeudi noir qui s’annonce en France ? C’est alors que je me suis souvenu des déclarations insensées de cet évêque lefebvriste, récemment réintégré par le pape Benoît XVI, et qui trouve le moyen d’aggraver son cas en se livrant à des déclarations ouvertement négationnistes…

 

L’ÉVÊQUE NÉGATIONNISTE
J’ai quelque peu hésité ce matin avant de rédiger mon papier : devais-je parler de l’envoi au Proche Orient de Georges Mutchell ? Devais-je évoquer la crise économique avec cette terrible purge financière, suivie d’une non moins terrible purge sociale ? Devais-je parler de la journée de grève, de ce jeudi noir qui s’annonce en France ? C’est alors que je me suis souvenu des déclarations insensées de cet évêque lefebvriste, récemment réintégré par le pape Benoît XVI, et qui trouve le moyen d’aggraver son cas en se livrant à des déclarations ouvertement négationnistes…
Comment est-ce possible ? Pour quelles raisons précises un évêque qui n’est ni historien ni spécialement concerné par l’extermination des juifs par les Nazis durant la seconde guerre mondiale, s’arroge-t-il le droit de remettre ce fait en question et de prétendre que tout au plus 300 000, et non plus 6 millions d’âmes juives, ont vraiment été assassinées dans les camps de concentration ? Et il ajoute, circonstance aggravante, que les chambres à gaz n’auraient pas existé…
Je suis un philosophe spécialiste du Moyen Age, du phénomène de rencontre entre la religion et la raison, la philosophie et les croyances, et aussi du renouveau de la pensée allemande au XIX siècle. Je ne me suis jamais occupé de l’antisémitisme, même si je l’ai souvent rencontré dans les textes ? Je ne me suis jamais vraiment occupé des contestations judoé-chrétiennes, ni de la théologie de la substitution.  Ma correspondance avec le pape actuel prouve que l’amitié judéo-chrétienne me tient à cœur…
Mais force est de constater que certaines forces au sein de l’Eglise catholique continue d’être agitées par des sentiments violemment anti-juifs, oubliant que celui qui est le Christ, est né et mort en juif, que son terreau, son sol nourricier fut le judaïsme, en d’autres termes, la Tora… Et voici qu’un évêque, un illustre inconnu, est tiré de l’obscurité qu’il n’aurait jamais quitté, par des déclarations insensées.
Certains prélats, de moins en moins nombreux, heureusement, continuent de penser que la Providence punit les juifs au motif qu’ils ont refusé le message du Christ… En somme, que ce châtiment est d’origine divine. Si ces Messieurs avaient un tantinet de bon sens, ils comprendraient que ces interprétations fallacieuses de l’histoire ne reposent sur rien de sérieux et que la production exégétique moderne avance sur d’autres voies, à savoir une pluralité d’interprétations différentes des uns et des autres, mais sans être inconciliables : mais comment un évêque, réputé être un homme de Dieu, un messager d’amour, peut-il parler comme cet homme ?
Mais, grâce soit rendue au ciel, Monseigneur Barbarin, archevêque de Lyon,  a sauvé l’honneur de l’Eglise catholique, en condamnant les propos insensés de ce prélat qui ne fait pas vraiment honneur à son habit ecclésiastique en proférant de tels mensonges : comment nier à des morts, sans sépulture, le sort de victimes ? C’est ni plus ni plus moins les assassiner une seconde fois.
La question que je me pose porte aussi sur les intentions profondes du pape Benoît XVI qui a voulu ramener dans le giron de l’Eglise ces évêques intégristes, à tout prix. Je ne prête pas au Saint Père des qualités prophétiques ni un art divinatoire ; il ne savait pas que l’un des bénéficiaires de cette mesure de grâce  proférerait de tels propos. Mais tout de même.
Je vais dès ce soir lui faire passer un message écrit en allemand par l’intermédiaire de Monseigneur Fortunato Baldelli, Nonce apostolique à Paris, que je connais bien. Je dirai au Saint Père respectueusement mais clairement qu’un pape allemand doit condamner de telles allégations. L’unité de l’Eglise catholique, c’est bien. Mais pas à n’importe quel prix.

Commentaires

  • Si votre lettre au Saint Père n'est pas encore partie, dites lui qu'en Picardie, les cimetières allemands comptent au milieu de la multitude de croix, beaucoup de stèle avec l'étoile de David. Depuis , dans les cimetières allemands, militaires ou non, plus aucune étoile . Où sont-elles passées ?
    La foi du Christ dot rester plantée en terre partout où les hommes vivent et aucune division ne devrait exister entre eux mais tant que l'on ne saura pas où sont passées les étoiles, personne ne peut nier leur absence . Je pense comme vous et tout en approuvant la réconciliation entre tradition et l'ouverture de Vatican 2, souhaite de la fermeté doctrinale dans le message évangélique confié à Pierre .

  • "Comment est-ce possible ? Pour quelles raisons précises un évêque qui n’est ni historien ni spécialement concerné par l’extermination des juifs par les Nazis durant la seconde guerre mondiale s’arroge-t-il le droit ...?"

    Votre question est mal posée! Elle l'est parce que vous avez ajouté "évêque" à celle-ci. Oui, les évêques ne sont que des hommes et non pas spécialement des hommes de Dieu comme on essaie de nous le faire accroire. Le sacerdoce n'est qu'un subterfuge qui permet d'avoir une plus grande audience. Les révisonnistes sont partout et les évêques ne sont pas immunisés contre la "connerie" humaine. Si Dieu existe, il se moque bien de ses "marabouts" de la chrétienté, il a plus important à faire.

    Et rien n'aurait changé, si en lieu et place d'évêque, il avait été historien ou même directement concerné par l'extermination des Juifs.
    La question est donc la suivante: Pour quelles raisons précises un Homme s'arroge-t-il le droit ... ?"

  • Concernant le négationnisme il faudrait peut-être commencer par balayer devant sa porte. Comment disait justement ce juif là : « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil? »

  • Cet évêque négationniste n'est peut-être que le miroir de tous ceux qui minimisent les morts, les mutilés, les malades et les familles endeuillées de Gaza...

  • @Mme de Meuron
    Suggérez-vous que le négationnisme est la juste réponse aux morts de Gaza ?

  • Y aurait il deux commentateurs dans ce blog qui signent sous le nom de "Gérard"?
    Je ne suis plus très jeune, mais, de mémoire, je ne me souviens pas d'avoir posté cet e-mail à Mme de Meuron. D'ailleurs sa présence m'avait jusqu'à présent échappé !

    Monsieur P. Emerhach serait il possible de faire une vérification ? Merci !

  • Christ est né juif et il est mort juif, pourquoi alors les Chrétiens détestent-ils alors tant les Juifs ? Schizophrénie patente ? Et si les Juifs décrochaient Jésus de la croix et le ramenaient officiellement en Israël, les Chrétiens seraient fort empruntés ! Ils pourraient pleurer en se lamentant : "Les juifs nous ont en plus piqué Jésus, c'est encore eux !!!"

  • Désolé, je change mon pseudo de gerard en GerardH

  • Hello GerardH,

    Merci pour le changement que vous venez d'apporter à votre identifiant.
    D'habitude, sur les sites abritant des forums, un avertissement apparaît lorsque l'on choisit un identifiant déjà utilisé.
    Cela ne se produit peut être pas sur le blog de P. Emerhach car, sauf erreur, il n'y a pas de "sign in" (que dis je, d'inscription) pour accéder à la discussion.
    Je viens aussi de noter que vous n'aviez pas mis d'accent aigu sur le "e" de Gerard !
    Bien sincèrement, Gérard.

Les commentaires sont fermés.