31/07/2008

Le depart du Premier Ministre israelien

Le depart du Premier Ministre israelien

Cela a fini par arriver, cerne judiciairement de toutes parts, M. Ehooud Olmert a fini par ceder. le jeu politiaue est rude dans l'Etat hebre, plus encore que dans n'importe quel autre pays democratiaue. Le probleme qui se pose dans le cas precis de ce pays c'est que l'instabilite peut avoir des consequences desastreuses sur la securite. Et cela, apparemment, ne decourage ceux qui, en coulisses, voulaient hater le depart de M. Olmert.

Qui va regretteer ce Premier Ministre? Sans chercher a lui faire injure, peu de monde. Le motif le plus largement invoque, apres l'accusationm fondee ou infondee, de corruption, est assurement la guerre du Liban qui ne fut pas un succes pour Israel. Les successeurs feront ils mieux? Seul l avenir nous le dira. Pour le moment, on assiste 0 ce que je nommais sur ce blog, il y a peu, la decomposition du systeme politique israelien ou quelques partis charnieres dictent leur loi au pys tout entier car, sans leur poignee de voix, aucun gouvernement ne serait viable.

 Ne faudrait il pas changer de systeme? Un systeme bi polaire ferait du bien a Israel. Une derniere question: est ce que les negociations avec la Syrie sont pour quelque chose dans les ennuis de M. Olmert

10:34 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

30/07/2008

Les attentats de Gaza

 Y aura t il une nouvelle guerre interpalestinienne? Nous esperons aue non. Mais le grand philosophe de la guerre von Clusewitz ecrivqit dans son celebre traite de la guerre que les conflits ne naissent pas de la volonte des hommesm mais de la rupture d'equilibre; on pourrait dire de profundis, mais cela est vrai de la Palestine et des dirigeants actuels....

on aura compirs que l'allusion vise les troubles actuels entre les factions rivales palestiniennesm le Hamas et le Fatah. Tout le monde a entendu parler de l'attentat, ou devrrais je dire, des attenttats aui ont ensanglante la bande de Gaza: suivant un rituel immuablem les gens du Hamas ont impute le massacre aux Israeliensm mais depuis aue l4enauete progresse, les gens se rendent bien compte que c4est le Fatah qui regle d'anciens comptes avec son frere ennemi le Hamas.

Cette tragicomedie ferit sourire s'il n y avait eu mort d'hommes.. Gageons au'un jourm les uns et les autres finiront par comprendre que lq pqixm meme imparfaite vaut mieux que la guerre et le sang.

Souvenons nous de von Clausewitz!

14:52 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

la Suisse et la Libye

Il faut esperer que la Suisse ne connaitra pas les afres au'ont connu d'autres gouvernements dont les ressortissants sont devenus de veritables otages dans un pays qui a encore de grands progr6s a faire sur la voie de la democratie. On sait alors compte que la pla planete n'a pas encore le degre que le philosophe Kant nommait, dans son indicicble candeur le pacte de paixm la paix eternelle;

Cette idee de paix avait connu une notori2t2 mondiale sous sa forme religieusem le messianisme. Nous en sommes restes assez loinm depuis le VIIIe si7cle avant Jesusm date a laquelle un grand prophete hebraiaue du nom d4Isaie promettait a l'humanite un avenir meilleur. Nous l'attendons encore, Maia, patiencem les hommes finiront par comprednre que c' est a eux de l'instaurer en eux memes.

Un beau matin, ils se reveilleront en decouvrant qu'ils ont gange, que la justice l'emporte sur l'iniquite. Un reve, quoi.

09:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

28/07/2008

CHAHINE

De Gstaad ou je savoure auelaues jours de repos bien meritem je pense  ayoussef chahine qui fut un grang humaniste dans un univers cruel et injuste, son oeuvre lui vivra

10:37 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

27/07/2008

DANIEL BARENBOIM, LE MUSICIEN DE LA PAIX…

DANIEL BARENBOIM, LE MUSICIEN DE LA PAIX…
    La vie et l’engagement de Daniel Barenboim, éminent chef d’orchestre mondialement connu, ont déjà retenu l’attention, mais le journal Le Monde a eu la bonne idée de reprendre dans ses éditions du 25 juillet toute une page de ses écrits.
    Il y parle de sa vie, de ses origines et de sa vocation musicale. Ses grands parents étaient des juifs russes qui émigrèrent vers le début du XXe siècle vers l’Argentine, qui était jadis la troisième communauté juive du monde, après les USA et l’URSS. Ses grands parents maternels, sionistes dans l’âme, avaient déjà fait une apparition en Palestine pour voir s’il y avait une perspective de s’y installer. Alors que pour eux, la notion de Terre sainte était fondamentale, les grands parents paternels étaient, eux, largement assimilés, de l’aveu même du musicien. Né en Argentine en 1942, le petit Barenboim suit ses parents en israël alors qu’il n’a que dix ans… C’était, disait-il, l’époque où l’on ne parlait que de faire refleurir le désert, où tout semblait sensible tant les pionniers étaient ivres d’espoir et d’envie de reconstruire. Le jeune enfant dut apprendre l’hébreu, lui qui ne parlait qu’espagnol à la maison.
    Lorsque ses talents musicaux sont reconnus et qu’il voyage à l’étranger, Daniel B. rencontre à Londres celle qui va devenir son épouse. Il affirme lui-même que sans qu’il l’ait exigé, son épouse choisit de rejoindre la communauté juive afin que ses enfants n’aient aucune difficulté à s’intégrer dans la société juive en Israël.
    Daniel B. adresse quelques critiques à l’Etat d’Israël mais souligne son appartenance et sa solidarité avec le combat du peuple juif pour sa survie et sa sécurité. Il n’est pas d’accord avec la thèse qui consiste à dire que les victoires militaires sont un gage indispensable d’avenir… Il va même jusqu’à écrire que cette terre était habitée avant l’arrivée du mouvement sioniste. On connaît l’engagement de Barenboim aux côtés de l’universitaire américano-palestinien Edward Saïd en faveur de la paix. Et la musique est le medium choisi par les deux hommes pour faire de la paix un processus irréversible.
    Ce combat est digne d’éloges. Il faut prendre et laisser un peu de ce que dit Daniel B. : au fond, c’est  un musicien. Et comme disait le grand idéaliste Arthur Schpenhauer, le monde a besoin de la musique mais la musique, elle, n’a pas besoin du monde.

09:09 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/07/2008

MOURIR CENTENAIRE ET EN TRÈS BONNE FORME…

MOURIR CENTENAIRE ET EN TRÈS BONNE FORME…
    Il y a quelques années à Berlin, très exactement dans le château de Genshagen, j’eus le bonheur de rencontrer le professeur Etienne-Emile Beaulieu, le découvreur de la DHEA, à l’invitation de la regrettée Brigitte Sauzay, la conseillère de l’ancien chancelier fédéral allemand Schröder. Lors de ce congrès portant sur l’éthique médicale et la recherche, l’éminent praticien avait évidemment de sa pilule miracle que le grand public assimile, à tort ou à raison, à la jeunesse éternelle.
    Aujourd’hui, je lis dans une pleine page du Monde (26 juillet 2008) un très bon texte de ce professeur qui relate dans une prose à la fois limpide et sobre, les promesses que l’humanité peut tenir si elle s’en donne les moyens. Il explique aussi qu’à ce jour, on n’a pas encore  dépassé les 122 ans et quelques mois de Jeanne Calmant, mais qu’il n’était pas exclu que la moitié des êtres, nés après l’an 2000, puissent devenir des centenaires… Il ajoute, toutefois, que dès l’âge de 85 ans, une bonne partie de ces hommes et de ces femmes seront atteints de la maladie d’Alzheimer de manière irréversible. La solution, c’est de stimuler la recherche dans ce domaine et de faire fructifier la pilule DHEA.
    Il nous informe aussi de quelques chiffres concernant la dépendance : 1000 € en moyenne dans une maison de retraite moyenne et environ 10.000 chez soi… Alors, conclut-il, ne serait-il pas rentable d’aider les gens à mieux vieillir et à rester chez eux, en éloignant de l’humanité le spectre d’une maladie presque inéluctable du cerveau.
    Enfin, il nous informe que ses recherches actuelles portent sur l’art et la manière de stimuler le cerveau et de la préserver d’un vieillissement, véritable épée de Damoclès suspendue sur la tête de l’humanité dans son ensemble…
    Beaulieu raconte qu’un jour une technicienne qui s’ennuyait lui demanda de lui donner quelque chose à faire. Il en profita aussitôt pour la mettre sur le dosier de la DHEA qu’il avait un délaissé… Découpez moi, lui dit-il, quelques rats pour voir s’ils fabriquent organiquement de la DHEA, cette substance ne se trouvant pas dans le sang… La jeune femme revint, triomphante : il y a en a, dit-elle, le cerveau en fabrique ! Alors, peut-être pouvons nous stimuler cette fabrication, la démultiplier, ce qui aurait pour heureuse conséquence de prévenir, de retarder, voire même d’annuler toute cette dégénérescence que l’on a vu s’abattre sur nos proches et nos parents…
    Le professeur Beaulieu a un peu plus de 82 ans. Je l’ai vu, on lui en donnerait vingt de moins ! Il rappelle lui-même qu’il y a quelques décennies on mourrait à 60 ans, d’infection, de maladies chroniques au d’autres affections. Aujourd’hui, à 60 ans, on commence une autre vie…
    D’ailleurs, l’armée américaine ne s’y est trompée, elle qui finance une partie des recherches du professeur. Un exemple à suivre, une voie à approfondire. Vivons plus, mais en très bonne forme : c’est possible !

19:33 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

ERIC BRETEAU, L’ARCHE DE ZOÉ. LES DESSOUS DE L’AFFAIRE D’ETATS. PARIS, EDITIONS PLON, 2008.

ERIC BRETEAU, L’ARCHE DE ZOÉ. LES DESSOUS DE L’AFFAIRE D’ETATS. PARIS, EDITIONS PLON, 2008.
    Ecrit dans un grand élan de dire la vérité et de plaider son cas, mais non sans une certaine candeur, voire une naïveté touchante, ce livre présente la version de l’Arche de Zoé, telle que la voit son principal instigateur, Eric Breteau.
    Certes, sa présentation détaillée des faits n’est pas entièrement fausse, mais elle n’est pas entièrement vraie, non plus. Ce que l’on apprend sur la duplicité des uns et des autres n’étonnera pas les connaisseurs mais stupéfiera ceux qui ont un peu d’expérience de la vie et des milieux politiques.
    En revanche, ce qui demeure incontestable, c’est la volonté de faire le bin de la part des organisateurs qui se sont mis, sans le savoir, en travers d’arrangements politiques internationaux sans le savoir. Et c’est justement ce qu’ils ont chèrement payé.
    Au vu de la robustesse du projet et de l’organisation (louer un Boeing, acheminer des centaines de personnes, faire décoller et se poser des avions de brousse, louer des maisons, demander une quantité effrayante de laisser passer, d’autorisations etc), il est impossible que l’action ait pu être clandestine, quoiqu’en aient dit certaines autorités.
    Mais si on laisse de côté ces sordides arrangements avec la vérité historiques, on se doit de penser aux enfants, pour la plupart des orphelins, qui auraient tout de même pu être accueillis en France pour y être sauvés. Je souligne de suite que ce n’est pas une raison pour priver des parents de leurs enfants, mais je rappelle que toute l’opération a été montée pour sauver des orphelins de guerre.
    Un célèbre ministre du Foreign Office, Anthony Eden avait dit un jour que le monde n’est pas fondé sur la justice, mais sur le pétrole. Grand bien à ceux qui en disposent. Entre temps, les gens de l’Arche de Zoé fera l’attention là où ils mettent le pied.

15:40 | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook

VERS UNE LIBÉRATION PROCHAINE DU CAPORAL FRANCO-ISRAÉLIEN GILAD SHALIT ?


VERS UNE LIBÉRATION PROCHAINE DU CAPORAL FRANCO-ISRAÉLIEN GILAD SHALIT ?
    Il semblerait, sauf brusque retournement de situation, que le malheureux caporal Shalit, retenu dans les geôles du Hamas, depuis deux ans, puisse enfin rentrer chez lui. Ce n’est pas sûr, car on ne peut jamais être sûr vec les terroristes, mais, à moins que tout ne trompe, les dirigeants du mouvement Hamas ont compris que leur monnaie d’échange, le jeune caporal, ne leur ferait pas acquérir tout l’or du monde. Et qu’il était temps de faire preuve de réalisme après avoir cru pouvoir faire chanter l’Etat d’Israël éternellement. D’autant que si le lieu de détention est encore secret, à la longue, les services finiraient par le découvrir.
    Israël serait prêt à libérer des centaines de prisonniers palestiniens, et notamment des «ministres» du Hamas. Un premier élargissement aurait lieu prochainement. En guise de bonne volonté et de sérieux, l’Etat d’Israël procéderait à cette première mesure sans rien obtenir, sinon le transfèrement du jeune soldats israélien en territoire égyptien.
    Mais la pièce la plus surprenante de ces pourparlers tient à la personnalité de l’autre grand bénéficiaire de l’échange qui ne serait autre que le fameux Marwan Barghouti… Dans ce cas, Israël ferait d’une pierre deux coups : d’une part récupérer enfin son propre militaire, et d’autre part, prendre une sérieuse option pour la succession du président Abbas qui ne veut pas se représenter… Or, chacun sait que Barghouti, très bien traité en Israël, ne joue les résistants farouches et déterminés que devant les caméras de télévision…, qu’il a fait de sérieux progrès dans le maniement de la langue hébraïque et que ses conditions de détentions n’ont rien à voir celles d’un sérieux isolemnt…
    Je n’insinue pas qu’il a partie liée avec les Israéliens, mais il fait partie de  ces générations de palestiniens qui ont appris l’hébreu dans les établissements pénitentiaires israéliens où l’on s’attache à voir avec quels leaders d’avenir on pourra construire la coexistence de demain.
    Ce qui frappe dans cette construction, c’est l’attitude du Hamas : comment remettrait-il en liberté un leader qui appartient au Fatah et qui risque d’être le prochain homme fort de l’Autorité palestinienne ? C’est-à-dire un puissant rival qui a dû tisser avec ses geôliers quelques lien que la raison froide et lucide dicte ? Mais voilà, en Orient, on est si peu cartésien.
Condamné à la prison à vie plusieurs fois, il n’a d’autre espoir que de se prêter à une négociation… Autrement, les Palestiniens, s’ils arrivent à se mettre d’accord, éliraient quelqu’un d’autre et ce serait l’oubli de l’Histoire.
    Ce qui plaide en faveur d’un tel plan, c’est que le Hamas, découvrant qu’il n’est pas de taille et que la reprise du blocus israélien le condamnerait à la chute et au retournement de l’opinion à Gaza, pense qu’il ne perdrait pas la face en se réconciliant avec Barghouti plutôt qu’avec le président Abbas. Car, comment justifier alors la violente de la rupture passée ? Alors qu’avec Barghouti, on peit faire croire aux masses de Gaza que ce sera tout autre chose. En plus, ce serait plus facile de faire admettre l’ancien détenu et de lui tailler des habits de héros (za’im) que les Arabes aiment tant.
Décidément, cela ne changera jamais… Et je pense aux problème que la Suisse a aujourd’hui avec un autre modèle de démocratie de ce monde là !

10:27 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

25/07/2008

VERS UNE REFONDATION DU PAYSAGE SOCIO-CULTUREL FRANÇAIS…

VERS UNE REFONDATION DU PAYSAGE SOCIO-CULTUREL FRANÇAIS…
    Celui qui suit pas à pas les réformes en rafale voulues par Nicolas Sarkozy se rend immédiatement compte que le président, loin d’accréditer la thèse fausse d’un esprit emporté et brouillon, est en réalité un parangon de stratégie quasi militaire…
    Quelques exemples : le remodelage de la carte scolaire et universitaire. Fini le carcan imposé par l’idéologie socialiste qui entendait tout réglementer et tout régenter. Désormais, les universités ont regagné leur autonomie longtemps niée et les parents peuvent inscrire leurs enfants où ils veulent. Au nom de la mixité sociale (entendez le nivellement par le bas) on devait inscrire son enfant dans le périmètre scolaire et tant pis si les classes contenaient 28 nationalités dont la plupart n’étaient pas originellement francophones…
    La carte judiciaire : la Garde des Sceaux a mené son affaire rondement en supprimant et ou en regroupant tant de juridictions que les économies réalisées se feront positivement sentir sur le budget futur de la justice.
    La carte hospitalière : là aussi, les coupes claires ont franches ! J’ai une réserve cependant, sur ce point précis : les femmes enceintes et les personnes âgées seront tenues de couvrir des distances plus grandes en cas d’urgence.
    Et tout récemment, la carte militaire : près de 55000 postes supprimés ou reclassés ! 83 sites rayés de la carte. Des agglomérations vont devoir tout repenser. Mais la modernisation des armées est à ce prix.
    La France change à grands pas après avoir sombré des années durant dans l’immobilisme le plus complet.
   
   

22:03 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

ERS UNE REFONDATION DU PAYSAGE SOCIO-CULTUREL FRANÇAIS…

VERS UNE REFONDATION DU PAYSAGE SOCIO-CULTUREL FRANÇAIS…
    Celui qui suit pas à pas les réformes en rafale voulues par Nicolas Sarkozy se rend immédiatement compte que le président, loin d’accréditer la thèse fausse d’un esprit emporté et brouillon, est en réalité un parangon de stratégie quasi militaire…
    Quelques exemples : le remodelage de la carte scolaire et universitaire. Fini le carcan imposé par l’idéologie socialiste qui entendait tout réglementer et tout régenter. Désormais, les universités ont regagné leur autonomie longtemps niée et les parents peuvent inscrire leurs enfants où ils veulent. Au nom de la mixité sociale (entendez le nivellement par le bas) on devait inscrire son enfant dans le périmètre scolaire et tant pis si les classes contenaient 28 nationalités dont la plupart n’étaient pas originellement francophones…
    La carte judiciaire : la Garde des Sceaux a mené son affaire rondement en supprimant et ou en regroupant tant de juridictions que les économies réalisées se feront positivement sentir sur le budget futur de la justice.
    La carte hospitalière : là aussi, les coupes claires ont franches ! J’ai une réserve cependant, sur ce point précis : les femmes enceintes et les personnes âgées seront tenues de couvrir des distances plus grandes en cas d’urgence.
    Et tout récemment, la carte militaire : près de 55000 postes supprimés ou reclassés ! 83 sites rayés de la carte. Des agglomérations vont devoir tout repenser. Mais la modernisation des armées est à ce prix.
    La France change à grands pas après avoir sombré des années durant dans l’immobilisme le plus complet.
   
   

22:01 Publié dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook