27/07/2007

Qu'allons nous faire du tour de France?



Il y a quelques années, je sortais du ministère de l'Education Nationale et m'engouffrais dans un taxi qui devait me reconduire chez moi. Le chauffeur me parla de son vague à l'âme et de la langueur d'un été maussade… Dans l'égrenage de tout ce qu'il n'allait pas, il siganla deux points positifs; le défilé du 14 juillet le… tour de France!

C'est dire combien cette performanace sportive jouit d'un grand prestige aux yeux des couches populaires du pays et même de l'Europe entière.

Que penseraient les orgnaisateurs antiques des jeux d'Athènes et du marathon s'ils apprenaient ce que font nos coureurs pour revêtir le maillot jaune…

Cela me fait penser à une phrase que Schiller mit dans la bouche de l'un de ses héros dans sa pièce intitulée Les Brigands (Die Räuber). Laissant libre cours à ses désillusions face à un monde ancien voué à disparaître pour laisser place à un univers incertain où les valeurs ne seraient plus les mêmes, lé héros dit: Die Nichtswürdigens werden mit List regieren: les indignes, les sans qualités gouverneront par la ruse…

C'est un peu ce qui se passe: l'honnêteté et l'effort physique sont remplacés par tout autre chose…

08:53 Publié dans Philo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L'Europe et la colonisation


LA colonisation fut-elle une grande faute? Historiquement, c'est dificile à déterminer car les relations entre les peuples sont souvent faites de guerres, d'occupation, d'annexions indues de terrirtories et d'exploitations… C'est hélas ainsi. Mais le Président Nicolas Sarkozy a été bien inspiré de faire le discours de Dakar et rendre hommage à des peuples jadis maltraités. Ce discours fera date.

Dans ce même discours il a dit que ous les malheurs de l'Afrique ne viennent pas tous hors d'Afrique: il y a les coups d'Etat, les massacres interethniques, les détorunements, les régimes dictatoriaux et j'en passe.

La proposition d'un programme euro-afrique, semblable à l'autre destiné aux riverains de la Médietrranée, est une bonne chose. On ne comprend pas comment des pays aux sous sols si riches soient si dépendants pour leur alimentation et pour leur santé.

Espérons que la démocratie finira par s'implanter dans ce continent avec son inséparable corollaire: les droits de l'homme.

08:46 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

24/07/2007

Les infirmières bulgares, encore et toujours



Il existe une prière aussi vieille que le monde, elle consiste à rendre grâces au Seigneur qui aide à libérer les captifs… Il faut donc se réjouir que le calvaire de pauvres femmes et d'un homme ait pris fin et qu'ils puissent retrouver leurs proches et une vie normale. Mais souhaitons leur tout de même de ne plus jamais remettre les pieds en Libye…

Si je traite de ce billet dans la rubrique philosophie, c'est parce que je souhaite attirer l'attention sur le caractère hasadeux de ce marchandage: qu'on ne se trompe guère sur mes intentions. Je suis très satisfait de cet heureux dénouemùent mais je considère comme tout le monde que ces prisonniers étaient innocents et qu'on s'en est servi de manière éhonté.

Les seuls victimes innocentes auxquelles je pense sont assurément les enfants, tant ceux qui sont morts que ceux qui vont devoir vivre aec la maladie. Je pense aussi à leurs parents. Ceux-là doivent être l'objet de toutes nos attentions. Nous devons tous, dans la mesure de nos moyens, les accueillir dans nos établissements de santé, les soigner et les aider de notre mieux.

Il faut aussi moderniser cet hôpital de Benghazi qui en a bien besoin. Ce matin même, j'écoutais le rapport du professeur Luc Monatgnier qui répétait que les infirmières et le médecin étaient parfaitement innocents… Et pourtant hui années de déten tion!!

Merci aussi au Président de la République et à son épouse; bravo à l'excellent Préfet Claude Guéant, Secrétaire Général de la présidence française, pour son efficacité, sa compétence et sa discrétion, sans omettre les autorités de l'Union Européenne.

Quant au Colonel Khadafi, on peut lui offrir une autoroute ou un train à Noël…

09:41 Publié dans Philo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

23/07/2007

La victoire des isalmistes en Turquie: une bonne nouvelle?



Comment interpréter la victoire électorale de M. Erdogan en Turquie? Est-ce un bon signal pour l'Europe? J'en doute et ne suis pas d'accord avec mon éminent ami, Alexandre Adler qui dans Le Figaro de ce dernier samedi présentait une thèse très turocphine, vantant les mérites d'une adhésion turque à l'Union Européenne.

L'actuel président de la République française est contre, l'ancien Premier Minsitre Alain Juppé est contre, l'UMP dans son écrasante majorité est contre, la France elle-même, si elle venait à être consultée par référendum est contre. Qui est pour (à part mon ami Alexandre?) en France? Fort peu de gens…

A la rigueur, si le parti kémaliste, laïc, reprenait de couleurs, on pourrait œuvrer en faveur d'un partenariat privilégié, mais dans de telles conditions, cela paraît risqué au moment où le monde occidental (ONU en tête) a tant de difficultés à résoudre en Irak et en Afghanistan…

On peut même s'interroger sur les désirs d'un Turquie islamiste en Europe: il faut prendre de telles aspirations très au sérieux et s'interroger sur leur compatibilité avec nos valeurs.

La Turquie pourrait tout autant achever sa vocation dans un ensemble comprenant l'Iran la Syrie et les épubliques causcasiennes. Elle stabiliserait la région, se réconcilierait avec les Kurdes et les Arméniens. Ce serait très bien.

19:48 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La Mosquée rouge d'Islamabad



les derniers incidents sanglants, au cœur même d'Islamabad, sont particulièrement inquiétants. Tout porte à croire que le Pakistan actuel n'est pas le roc, le bloc de granit, sur llequel les USA et l'Union Européenne aimeraient s'appuyer pour lutter contre le terrorisme aux frontières mêmes de l'Afghanistan…

Allons nous vers une noçuvelle guerre? Nul ne peut le dire, mais nous allons nécessairement vers des changements à la tête du Pakistan dont au moins une partie des forces armées n'est pas de tout cœur avec le général-président, lequel est contraint de louvoyer entre différents écueils.

Cette mosquée rouge n'avait de mosquée que le nom, c'était une véritable poudrière aux grandes ramifications avec les réseaux terroristes.

Deux fais sont à rapprocher de cet événement: le doublement de la récompense pour quiconque aiderait à capturer Ben Laden et l'annonce faite par le chef de la CIA que le terroriste se cacherait dans les zones tribales entre l'Afghanistan et le Pakistan. La célérité avec laquelle le ministre pakistanais de l'intérieur a réagi laisse augurer que des choses se préparent…

Nous avons peut-être quitté pour toujours le domaine des guerres conventionelles pour aborder celui de la belligérance mondiale avec le terrorisme, partout et en tout lieu.

13:48 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

19/07/2007

Pour la libération des prisonniers israéleins en Palestine et au Liban



On attend avec espoir l'heureux dénouement pour les personnels médicaux bulgares en Libye. Pourquoi ne pas agir pour faire libérer les trois soldats isréaliens détenus depuis assez longtemps, à présent? Il faudrait aussi que dans ce contexte, l'Etat d'Israël fasse un geste et libère à son tour des prisonniers.

Il est vrai qu'il l'a fait de façon unilatérale, mais il faut poursuivre cet effort afin de créer un climat nouveau. Cependant, on comprend que ne soient pas libérés sans autre forme de procès des terroristes ayant du sang sur les mains. Mais, en regardant bien, on peut trouver une possibilité pour faire avancer les choses.

La doctrine Chirac concernant la Syrie est abandonnée; désormais nous reparlons avec la Syrie. Ce pays est hélas incontournable pour trouver une solution au Liban. Il faut lui donner des garanties pour sa survie avec pour contre-partie la stabilité au Liban.

L'opinion publique mondiale doit donc se mobiliser pour faire de la cause des détenus isréaliens une cause mondiale. Sans oublier, je le répète, les prisonniers palestiniens se trouvant en Israël.

Il n'est pas utopique de vouloir ressusciter une fraternité d'abraham retrouvée…

08:38 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

18/07/2007

Les infirmières cilgares

Le monde entier éprouvera une joie sans mélange en apprenant que les infirmières bulgares et leur compagnon d’infortune, le médecin palestinien, naturalisé bulgare, bénéficient d’une commutation de peine. Le monde espère que ce douloureux feuilleton –plus de huit années passées dans les geôles libyennes avec une condamnation à mort confirmée par toutes les instances judiciaires- prendra effectivement fin dans les meilleurs délais : à savoir le renvoi dans leur pays de pauvres individus injustement accusés et condamnés de manière inique.
Nous nous inclinons respectueusement devant les jeunes victimes et communions sincèrement avec leurs familles : perdre un être cher est une épreuve, perdre un enfant est une douleur inextinguible.
Mais il faut aussitôt ajouter que tous les experts internationaux, donc impartiaux, ont imputé cette épidémie mortelle aux déplorables conditions sanitaires dans les hôpitaux de ce pays… On peut même s’interroger sur la persistance avec laquelle les autorités locales ont monté cette affaire en épingle pour finir par conduire l’Union Européenne dans l’étroit défilé de dédommagements financiers. On se demande s’il ne s’agit pas d’une revanche sur une affaire qui avait valu à ce pays un long et éprouvant ostracisme… Mais que faire ?
Que cela nous serve de leçon. Merci, tout de même, aux autorités libyennes pour avoir fait preuve d’un peu d’humanité. Prions pour qu’elles résolvent ces problèmes sanitaires afin d’éviter de nouvelles victimes. Quant à nous, nous devons assurer avec toujours plus de fermeté l’entrée en vigueur d’un ordre éthique international interdisant que soient mis en accusation et détenus des êtres innocents.

15:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

14/07/2007

Le 1er 14 juillet de Nicolas Sarkozy, un défilé sous le signe de la grâce



Un défilé sous le signe de la grâce, une France rajeunie, moins guindée, moins apprêtée, plus ouverte, plus spontanée, en une phrase plus authentique!

C'est un peu la fin de ce qu'on nommait un peu sottement l'exception française. Cette insertion dans l'Europe , cette participation massive des grandes personnalités du continent, ce défilé des 27 armées aux côtés de la France, tout était était ineffablement beau.

Et le salut, la proximité physique aux enfants malades, ceci laissera une trace inoubliable. Enfin, la réunion familiale avec des généraux cinq étoiles parlant paternellement aux enfants, képi à la main: c'est du jamais vu.

Mais c'est aussi cela la France d'aujourd'hui: plus de vie, moins de protocole.

12:33 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

13/07/2007

Les derniers développements au Vatican



Nombreux sont les catholiques (dont je ne suis pas) qui, attachés aux conclusions de Vatican II, si'nquiètent des récentes initiatives de la Curie romaine qui tendent à renforcer l'idée qu'une reprise en main se profile. certains éditoriaux, notamment du Monde de cette semaine, n'hésitent pas à parler de rigidification…

Le terme est un peu exagéré: le nouveau pape est littéralement obsédé par l'unité des chrétiens, ce qui explique son voyage (contre vents et marées en Turquie) et sa main tendue aux chrétiens d'autres obédiences que celle de Rome.

La messe en latin constitue pour un certain nombre de catholiques un symbole dont on les avait injustement privés il y a près d'un demi siècle. La nouvelle autorisation romaine ne la replace dans son exclusivité mais se contente d'en libéraliser l"usage. Je doute que les paroisses acquises à Vatican II abandonnent leurs pratiques lirugiques actuelles pour se mettre à latiniser… Pas de risque de contagion, peut-être un petit souci de capillarité si certains, alarmés par le vide des églises, croient bon de latiniser pour les repeupler…

Il demeure que ce pape est étonnant: quand on lit avec attention son livre sur Jésus de Nazareth, quand on analyse ses propres analyses sur la méthode historico-critique et l'exégèse canonique (sans oublier ses débats avec le professeur-rabbin Jacob Neusner des USA) on sent qu'on a affaire à un grand érudit, nourri de science et de connaissance puisées aux meilleures sources.

Il est vrai aussi qu'il souligne que la science ne saurait tenir lieu de foi ni de religion. Comment le Saint Père Benoît XVI effectue-t-il la synthèse? Probablement par ce que les philosophes nomment, en désespoir de cause, l'unité organique.

C'est-à-dire: lorsque nous ne parvenons pas à rapprocher deux choses par la voie conceptuelle, nous y suppléons en quittant le solide terrain de la déduction pour aborder celui de l'analogie et de la métaphore…

19:15 Publié dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/07/2007

L'avenir de l'immigration en France

Nicolas Sarkozy est en train de transformer de fond en comble le visage même de l'immigration en France. Domaine extrêmement sensible de la politique intérieure, l'immigration, notamment de populations non-euroépennes, a agi sur l'équilibre des forces politiques dans l'hexagone et fait de cette question un enjeu important.

Qu'on le reconnaisse ou non, bien des points sont en rapport avec un afflux non contrôlé de migrants. Il semble que le gouvernement ait mis le doigt sur ce qui peut inverset le flux migratoire et coûter moins cher au pays: faire passer l'immigration économiqiue, située aujourd'hui aux alentours de 7% à 50 %, ce qui devrait donner à la France une immigration choisie et créatrice de richesses au lieu d'être génératrice de dépenses sociales…

C'est une page qui se tourne: depuis le milieu des années 70, du temps de Valéry Giscard d'Estaing, c'était le regroupement familial qui donnait le ton: l'octroi de cartes de séjour dans ce cadre excédait tous les autres secteurs.

C'est peut-être la bonne solution. Espérons. Mais attention à l'application de cette nouvelle mesure et à son coût humain.

08:41 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook