09/01/2019

Les chemins de la nouvelle gouvernance

 

Les chemins de la nouvelle gouvernance : comment gouverner depuis le 17 novembre…

Telle est, ni plus ni moins, la question qui se pose aux gouvernants actuels, pressés de trouver , dans l’immédiat, un moyen de sortir de la crise actuelle. Une crise qui est loin d’être une simple anicroche, un incident de parcours. C’est bien plus grave que cela, c’est plus qu’une crise de régime, c’est une crise politique à grande échelle. Et en un si peu de semaines, même si on peine à trouver un schéma directeur, un principe explicatif qui puisse nous fournir le fil d’Ariane que chaque homme politique actuel de quelque envergure recherche, nous sommes condamnés à tâtonner dans l’obscurité… Car, si vous résumez la totalité des débats qui se donnent libre cours dans la presse écrite ou audio-visuelle, vous constatez, après quelque temps de réflexion, que les motivations d’une telle crise son insaisissables. Comment cela ?

Ce que les manifestants veulent et revendiquent, qu’ils soient casseurs occasionnels ou professionnels, gilets jaunes authentiques ou manifestants agissant derrière des paravents qui leur permettent de cacher et leurs noms et leurs motivations réelles, tous les mots d’ordre ne résistent pas un seul instant à la critique et encore moins à l’analyse. Si la situation n’était pas aussi grave, si les violences n’étaient pas aussi inouïes, notamment contre les forces de l’ordre prises à partie avec une rare sauvagerie, on pourrait se gausser des slogans de ces gilets jaunes qui donnent l’impression qu’on peut renvoyer un président élu, comme cela, en toute simplicité, qui veulent rentrer à l’Elysée, s’en prennent à un ministère, si minime soit-il, mais qui n’en restent pas moins un lieu de pouvoir, issu d’un régime démocratique participatif…

Lire la suite

17:58 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Sigmund Freud et Romain Rolland : dialogue entre Un juif athée et un chrétien sans église*

 

  

     Sigmund Freud et Romain Rolland : dialogue entre

               Un juif athée et un chrétien sans église*

Voici un ouvrage hautement instructif, puissamment construit et très érudit qui met face à face deux personnalités marquantes du début du XXe siècle : le juif sans judaïsme, S. Freud, véritable Christophe Colomb d’un nouveau continent de l’esprit, et le prix Nobel de littérature de 1915, Romain Rolland, deux génies en quête de causes célèbres… Comment ces deux coryphées ont-ils fait pour se reconnaître, se rencontrer et se voir ? La grande guerre y est pour beaucoup, la dureté de l’époque ayant poussé quelques rares âmes sœurs à se rapprocher et à échanger sur la folie humaine, au point de coûter des millions et des millions de vies humaines. Au fond, la correspondance entre les deux grands hommes ne se monte qu’à dix-huit pièces et prend, matériellement, peu de place, même dans ce volumineux ouvrage si solidement documenté et si bien construit.

La comparaison entre la vie des deux hommes, certaines similitudes dans leur vie personnelle ou familiale, est bien menée, sans oublier les chevilles ouvrières qui ont permis le rapprochement. Dans ce conteste, la palme revient à Stefan Zweig que j’apprécie tant (mis à part ses obsessions sexuelles) qui fut très proche des deux hommes et s’employa à les mettre en contact l’un avec l’autre : Romain Rolland qu’il porta aux nues et considéra comme une sorte de divinité tutélaire de son esprit, et Sigmund Freud, issu de ce même judaïsme autrichien que lui, et résident dans la ville de Vienne, comme lui. L’approche de ces deux Juifs des choses de ce monde se rejoignait d’une certaine manière, même si Zweig peut être considéré comme le «vil instrument de la Providence». Cela ne rabaisse nullement l’auteur de la belle nouvelle Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme mais veut montrer que parfois les grands événements, les rencontres les plus improbables sont causées par des personnalités que l’on ne soupçonnait guère… Un autre exemple : c’est dans l’appartement romain d’une de ses conquêtes féminines que Zweig, éternel coureur de jupons, a pris connaissance du grand roman de Rolland, Jean-Christophe, ce qui l’incita à se rapprocher de l’auteur et à lui déclarer sa flamme. Or, Freud avait lui aussi lu le roman, quoiqu’en d’autres circonstances, et rêvait d’entrer en contact avec son auteur.

Lire la suite

11:33 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

24/12/2018

Dans les rues de Jérusalem avec des amis savoyards...

Dans les rues de Jérusalem avec des Savoyards…

(Pour Evelyne, Caroline et Philippe MOOS)

 

Es zieht mich mein Herz nach Jerusalem : mon cœur m’attire vers Jérusalem… C’est à cette phrase d’un de mes étudiants de l’université de Heidelberg que je pensais en déambulant dans les rues de la cité du roi David. Jérusalem que je n’avais plus visitée depuis un certain temps et où nous avons décidé de nous rendre pour une visite à une grande vieille dame de la famille de Da. Rendez vous fut pris ce dimanche pour aller dans un quartier très élégant et très religieux de Jérusalem, Har nof qui se traduirait par la colline en surplomd d’un magnifique paysage. De ce point d’observation on peut voir toute une partie de Jérusalem à ses pieds, si j’ose dire.

 

La traversée du centre ville se fit sans encombre car la circulation était acceptable, les voies d’accès à la ville sainte ayant été élargies, mettant fin à ces goulets d’ étranglement qui étaient un véritable calvaire. Et pour le reste le navigateur Waze a accompli son effet: il nous a conduits sans problème jusqu’en bas de l’immeuble. Je ne connaissais pas ce quartier qui est une place forte de communauté hérédit de la ville. J’ai peu observer la façade impressionnante de très belles synagogues, les allers et venues de religieux, chapeaux aux larges bords et redingote noire de rigueur.. Mais ce qui m’a le plus plu, ce sont les petites filles rentrant de l’école, bien mises, propres sure lles, leurs sacs à dos remplis de livres… Ces chères petites têtes blondes vous regardent étrangement car vous n’avez pas la mise vestimentaire de rigueur dans le quartier… Il n’empêche, croiser ces petites filles vous met du baume au cœur au sein d’une ville qui défraie tant la chronique. Et où la paix ne règne pas toujours, en raison de la folie des hommes.

 

Nous entrons dans un bel immeuble de la rue Agassi. Comme chacun sait, l’hiver est plus rigoureux à Jérusalem qu’à Natanya. Et en outre, une certaine spécificité israélienne veut que les parties communes des immeubles, même de standing, soient plus ou moins laissées à l’abandon : donc pas de chauffage dans les escaliers mais l’appartement est lui, bien chauffé.

 

Dans une salle de séjour plutôt spécieuse, nous trouvons une dame française, native d’Alsace si je ne me trompe, assise sur un canapé, très digne, les sens en éveil, visiblement heureuse de saluer ses deux visiteurs. Je la regarde de près, je sais qu’elle a perdu son cher mari depuis peu d’années, qu’elle est très entourée, notamment par sa fille qui réside dans la même rue, qu’elle a une très belle progéniture, enfants, petits enfants et même arrière petits enfants. Que je n’oublie pas de le signaler : ce sont des gens qui sont très observants. J’ai tendu la main à une dame, en bon Français que je suis, qu’elle a délinée poliment ; j’aurais dû me méfier…

 

Mais tout se passe bien, le fils de la dame arrive avec son épouse. Je les avais déjà vus lors d’un précédent mariage de leur famille dans le sud de la France. Un jeune homme, leur fils, arrive lui aussi ainsi que son jeune frère, deux bachouré yeshiva qui étudient la Tora à Jérusalem : existe t il meilleur endroit pour scruter intelligemment la Tora de Dieu ? Quelle chance, une chancee que j’ai pas eue…

 

On décide de quitter ce secteur de Talpiyot pour se rendre dans un restaurant appelé Le rendez vous, situé rue Betléhém au numéro 110, tenu par des Français où l’on peut manger des spécialités savoyardes KBD (Kasher Bet Din)… Mais cette fois le navigateur ne nous a fait faire le tour du monde ! On a mis une bonne heure pour arriver à destination. Mais une fois sur place, nous n’avons pas regretté notre choix : les tartiflettes ainsi que les pizzas étaient de taille : je n’en avais jamais vu d’aussi grandes.

 

Mais je raconte tout cela pour décrire le cadre où j’ai vécu une expérience tout à ait inattendue : le hasard des sièges (nous étions une tablée de sept) me trouva tout près des deus fils de la famille, deux jeunes talmudistes avec lesquels j ‘ai tant échangé, plus qu’avec leurs très sympathiques parents. En leur posant des questions, j’ai vécu par projection ce que j’avais entamé dans ma ville natale Agadir où, mes parents avaient fêté, comme il convenait, ma première entrée officielle à la yeshiva loacale, Em ha banim dont les pensionnaires paieront un très lourd tribut lors du tremblement de terre ravgeur de 1960 : qui sait quelle direction j’aurais prise si ce séisme n’avait pas bouleversé ma vie et celle de mes proches ?

 

Les questions des deux jeunes talmudistes m’ont projeté bien des années en arrière, avant que j’opte définitivement pour l’étude intensive de la philosophie. Visiblement, les deux jeunes gens comprirent que je n’étais pas vraiment du même bord. Courtoisement, l’aîné des deux m’a demandé si j’avais déjà entamé l’étude d’un folio talmudique… Je lui répondis que oui et qu’en 1986, j’avais traduit et complété avec mon collègue G. Stemberger de Vienne toute l’introduction en allemand de Hermann L. Strack, au Talmud et au midrash (Cerf, 1986), sans même parler des cours de Talmud à l’EPHE (Sorbonne), prodigués par un rabbin orthodoxe.

 

De mon côté, je leur demandais ce qu’ils comptaient faire pour s’assurer une subsistance pérenne. Je ne reçus pas de réponse claire, en raison de leur jeune âge, peut-être. Mais je dois reconnaître que je fus impressionné par cet amour de la Tradition juive, un amour et une fidélité qui m’animaient aussi jadis, mais qui prirent une autre tournure au fil des années. Je dressai rapidement l’état de mes publications et nous parlâmes de Maimonide et de son Guide des égarés… On me demanda alors si j’avais lu cet ouvrage ; mais la question ne recelait aucune malice, je pense plutôt que dans ces cercles yeshivatiques on met l’accent surtout sur le Mishné Tora, sur l’aspect purement théologico-religieux du grand penseur du XIIe siècle (1138-1204).

 

Cette rencontre, absolument fortuite car nous venions rendre visite à leur grand’ mère, qui, je veux la remercier, nous a invités à déjeuner dans cet établissement. Cette dame qui a connu la guerre et la clandestinité a tant de petits enfants et arrière petits enfants (que D- les garde), dont une bonne part se trouve en Israël… Et l’un de ses petits fils est, me dit sa mère, rabbin à Bogota !!

 

Cette rencontre avec ces deux jeunes talmudistes, rencontre qui n’avait rien d’une confrontation, a remué en moi des choses si anciennes, des problématiques qui me préoccupaient jadis, mais qui, aujourd’hui, ont perdu de leur acuité.

 

Le peuple d’Israël est un peuple à part, dans sa diversité, dans sa richesse, il atteste qu’on peut être juif de tant de façons différentes. Ce sont les pensées qui m’agitaient lorsque Da me conduisit au célèbre marché de Mahané Yehouda. Quelle mixité, quelle richesse, que de senteurs, que de fruits, que de gâteaux pour un peuple qui entend rendre grâce au Seigneur chaque fois qu’il boit un verre d’eau ou mange un gâteau, un peuple qui rend grâce au Créateur des cieux et de la terre à chaque instant de son existence. Et qui l’exonère de toute responsabilité dans les malheurs qui l’assaillent depuis plus de deux mille ans.

 

Un passage talmudique nous apprend que l’air du pays d’Israël rend intelligent. C’est passible, en tout cas la ville de Jérusalem rend nostalgique

19:18 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

13/12/2018

Jésus entre la tradition et l'Histoire (2)

  

Adolphe von Harnack, grand spécialiste de Marcion qui voulait couper les racines juives du christianisme, et auteur de la fameuse Essence du christianisme (1900) écrivait tranquillement que Jésus devait être considéré comme une plante qui n’eut aucun contact avec le terreau sur lequel elle poussait (sic), un peu comme un arbre qui ne recevrait rien de son sol nourricier (Nährboden).…Meier prend assurément le contre-pied d’une telle thèse.
Certes, il convient aussi de tenir compte du fait, qu’à l’époque de Jésus dont nous parlons, puisque nous cherchons ce qui est historique et non point l’enseignement christologique, on n’avait pas encore érigé en principe exégétique reconnu la théorie des deux Torot, la Tora écrite et la Tora orale, l’une habilitée à interpréter l’autre, puisque les deux étaient censées avoir été révélées au Mont Sinaï. Meier donne un excellent exemple, celui du repos du Sabbat qui ne figure pas dans le Deutéronome (5 ; 12-15) dans la forme, bien plus élaborée que lui donnera l’interprétation talmudique. Nulle part, le Pentateuque ne nous fournit une liste des travaux prohibés ce jour là, comme le fera le traité  du talmud babylonien de Shabbat avec sa liste de trente-neuf principes de travaux ( av-melakhot).

Lire la suite

10:15 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

12/12/2018

JESUS ENTRE LA TRADITION ET L’HISTOIRE

JESUS ENTRE LA TRADITION ET L’HISTOIRE*


               C’est une œuvre incontestablement marquante que celle de John P. Meier ; il nous offre aujourd’hui le quatrième volume de son histoire de Jésus. Les trois précédents, tous parus aux éditions du Cerf, traitaient des thèmes suivants :  (I) les sources, les origines, les dates (II) les paroles et les gestes  (III) attachements, affrontements, ruptures. Et c’est justement de ces ruptures que l’auteur nous entretient dans le présent ouvrage sur plus de sept cents pages, notes et bibliographies comprises.

Lire la suite

10:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

10/12/2018

IDISS* ou quand Robert Badinter immortalise son inoubliable grand-mère…

IDISS* ou quand Robert Badinter immortalise son inoubliable grand-mère…

Quel livre poignant sans être larmoyant Quel amour, quelle sensibilité, quelle pudeur aussi de la part d’un homme qui a atteint un âge canonique (révérence gardée). J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre et en recommande la lecture à tous les publics, jeunes et moins jeunes, qu’ils soient juifs ou non. J’ai pourtant failli passer à côté… Non point de mon fait mais en raison de la réponse négative formulée sans ménagement à la demande, relayée par la Tribune de Genève et JForum d’ envoyer un exemplaire de service de presse, opposée par la responsable M.A.

Lire la suite

10:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

27/11/2018

Est-il possible de fonder un état sur le Coran ? Par l’ancien ambassadeur d’Autriche en Tunisie, Dr Gerhard Weinberger

Est-il possible de fonder un état sur le Coran ? Par l’ancien ambassadeur d’Autriche en Tunisie, Dr Gerhard Weinberger

C’est la question que se pose ce excellent diplomate autrichien que j’ai bien connu lorsqu’il était en poste à Paris, où, parallèlement à ses prenantes activités de diplomate, il préparait fébrilement une thèse de doctorat sur la philosophie d’Emmanuel Levinas. Ce qui ne pouvait que renforcer nos liens et notre amitié. Quelques années plus tard, il revint dans la capitale française pour accomplir brillamment la soutenance de cette même thèse qui constitue un apport considérable à la connaissance du grand philosophe du visage…

Depuis 2012, et durant un peu plus de quatre années, il a servi comme ambassadeur d’Autriche à Tunis, à une époque donc, dont il ne soupçonnait guère les grands bouleversements à venir, vécus à une proximité immédiate. D’ailleurs, le titre allemand de ce livre-témoignage est accompagné du sous titre suivant : à bout portant (hautnah erlebt).

Lire la suite

13:40 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

22/11/2018

Qu’est ce qu’un djihadiste ? par Guillaume Monod (Gallimard)

Qu’est ce qu’un djihadiste ? par Guillaume Monod (Gallimard)

Le titre exact de cet ouvrage que j’ai découvert avec un certain étonnement, tant il est convenablement écrit et bien charpenté, est le suivant : En prison, paroles de djihadistes.

Psychiatre fonctionnant dans les prisons françaises, son auteur apporte vraiment des éléments nouveaux en vue de mieux comprendre ce qui se passe dans l’esprit d’hommes et de femmes, jeunes et moins jeunes, qui quittent notre pays, donc le pays où ils sont nés, dont ils ont la nationalité, pour aller se jeter dans les bras de dangereux criminels qui leur ont fait miroiter une sorte de paradis islamique sur terre, un lieu où leur dénomination religieuse est celle de la totalité du pays, où on ne paye pas d’impôts ni n’acquitte les factures d’eau ou d’électricité (sic)… Ce qui constitue l’originalité et la force de ce petit ouvrage, en raison de ses modestes dimensions, c’est qu’il donne la parole à des détenus qui sont revenus de Syrie et qui acceptent de témoigner, même si cette confession, parfois émouvante tout en restant condamnable, ne laisse pas le lecteur indifférent.

Lire la suite

15:17 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

20/11/2018

La sagesse dans la Bible : la sagesse de Salomon (traduction par Jean-Yves Leloup (Albin Michel)

La sagesse dans la Bible : la sagesse de Salomon (traduction par Jean-Yves Leloup (Albin Michel)

L’idée, la notion même de sagesse évoque quasi automatiquement la littérature biblique puisque nous parlons de certains des livres qui la composent (Job, Psaumes, Ecclésiaste, Proverbes) comme de la littérature sapientiale, c’est-à-dire un genre littéraire parfaitement identifié et labellisé comme tel. C’est dire. Mais il faut aussi préciser que cette Sagesse de Salomon est un apocryphe grec qui, comme on vient de le noter, n’a pas été admis dans le canon traditionnel, la Tora. Cette dernière compte vingt-quatre livres et est restée fermée à ce qui, selon les sages, n’a pas été dicté par l’esprit saint (ru’ah ha-qodesh). Cette littérature extérieure (sifrout hitsonit) n’en contient pas moins des œuvres exhalant une profonde sensibilité juive qui se sert de la langue grecque. Et cela semble avoir été rédhibitoire, d’où le rejet de tous ces livres, qui furent pourtant repris par nos amis chrétiens et interprétés dans un sens très christianisant.

Lire la suite

12:31 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

19/11/2018

Les gilets jaunes ou l’automne de «notre mécontentement»…

  

Les gilets jaunes ou l’automne de «notre mécontentement»…

Qu’on l’admette ou pas, il y aura désormais, dans la vie politique française, un avant et un après 17 novembre. Ce pays a le secret de ses flambées qui font exploser le cadre visiblement vieilli des partis politiques et des syndicats. Comment comprendre ce qui se passe ? Comment réagir de manière sensée à cette mini explosion qui rappelle par certains aspects (spontanéité, popularité, mobilisation surprenante) les émeutes de mai 69. Mais la comparaison s’arrête là car ces événements là remontent à plus d’un demi siècle et ont duré des mois, sans toutefois coûter une seule vie humaine. Avant-hier, hélas, ce ne fut pas le cas et il convient de s’incliner devant la personne qui a perdu la vie dimanche dans un barrage routier…

Et surtout, il n y avait pas les réseaux sociaux, lesquels, lors des révoltes arabes, ont fait tomber plusieurs régimes…

Lire la suite

11:21 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook