13/12/2018

Jésus entre la tradition et l'Histoire (2)

  

Adolphe von Harnack, grand spécialiste de Marcion qui voulait couper les racines juives du christianisme, et auteur de la fameuse Essence du christianisme (1900) écrivait tranquillement que Jésus devait être considéré comme une plante qui n’eut aucun contact avec le terreau sur lequel elle poussait (sic), un peu comme un arbre qui ne recevrait rien de son sol nourricier (Nährboden).…Meier prend assurément le contre-pied d’une telle thèse.
Certes, il convient aussi de tenir compte du fait, qu’à l’époque de Jésus dont nous parlons, puisque nous cherchons ce qui est historique et non point l’enseignement christologique, on n’avait pas encore érigé en principe exégétique reconnu la théorie des deux Torot, la Tora écrite et la Tora orale, l’une habilitée à interpréter l’autre, puisque les deux étaient censées avoir été révélées au Mont Sinaï. Meier donne un excellent exemple, celui du repos du Sabbat qui ne figure pas dans le Deutéronome (5 ; 12-15) dans la forme, bien plus élaborée que lui donnera l’interprétation talmudique. Nulle part, le Pentateuque ne nous fournit une liste des travaux prohibés ce jour là, comme le fera le traité  du talmud babylonien de Shabbat avec sa liste de trente-neuf principes de travaux ( av-melakhot).

Lire la suite

10:15 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/12/2018

JESUS ENTRE LA TRADITION ET L’HISTOIRE

JESUS ENTRE LA TRADITION ET L’HISTOIRE*


               C’est une œuvre incontestablement marquante que celle de John P. Meier ; il nous offre aujourd’hui le quatrième volume de son histoire de Jésus. Les trois précédents, tous parus aux éditions du Cerf, traitaient des thèmes suivants :  (I) les sources, les origines, les dates (II) les paroles et les gestes  (III) attachements, affrontements, ruptures. Et c’est justement de ces ruptures que l’auteur nous entretient dans le présent ouvrage sur plus de sept cents pages, notes et bibliographies comprises.

Lire la suite

10:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

10/12/2018

IDISS* ou quand Robert Badinter immortalise son inoubliable grand-mère…

IDISS* ou quand Robert Badinter immortalise son inoubliable grand-mère…

Quel livre poignant sans être larmoyant Quel amour, quelle sensibilité, quelle pudeur aussi de la part d’un homme qui a atteint un âge canonique (révérence gardée). J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre et en recommande la lecture à tous les publics, jeunes et moins jeunes, qu’ils soient juifs ou non. J’ai pourtant failli passer à côté… Non point de mon fait mais en raison de la réponse négative formulée sans ménagement à la demande, relayée par la Tribune de Genève et JForum d’ envoyer un exemplaire de service de presse, opposée par la responsable M.A.

Lire la suite

10:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

27/11/2018

Est-il possible de fonder un état sur le Coran ? Par l’ancien ambassadeur d’Autriche en Tunisie, Dr Gerhard Weinberger

Est-il possible de fonder un état sur le Coran ? Par l’ancien ambassadeur d’Autriche en Tunisie, Dr Gerhard Weinberger

C’est la question que se pose ce excellent diplomate autrichien que j’ai bien connu lorsqu’il était en poste à Paris, où, parallèlement à ses prenantes activités de diplomate, il préparait fébrilement une thèse de doctorat sur la philosophie d’Emmanuel Levinas. Ce qui ne pouvait que renforcer nos liens et notre amitié. Quelques années plus tard, il revint dans la capitale française pour accomplir brillamment la soutenance de cette même thèse qui constitue un apport considérable à la connaissance du grand philosophe du visage…

Depuis 2012, et durant un peu plus de quatre années, il a servi comme ambassadeur d’Autriche à Tunis, à une époque donc, dont il ne soupçonnait guère les grands bouleversements à venir, vécus à une proximité immédiate. D’ailleurs, le titre allemand de ce livre-témoignage est accompagné du sous titre suivant : à bout portant (hautnah erlebt).

Lire la suite

13:40 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

22/11/2018

Qu’est ce qu’un djihadiste ? par Guillaume Monod (Gallimard)

Qu’est ce qu’un djihadiste ? par Guillaume Monod (Gallimard)

Le titre exact de cet ouvrage que j’ai découvert avec un certain étonnement, tant il est convenablement écrit et bien charpenté, est le suivant : En prison, paroles de djihadistes.

Psychiatre fonctionnant dans les prisons françaises, son auteur apporte vraiment des éléments nouveaux en vue de mieux comprendre ce qui se passe dans l’esprit d’hommes et de femmes, jeunes et moins jeunes, qui quittent notre pays, donc le pays où ils sont nés, dont ils ont la nationalité, pour aller se jeter dans les bras de dangereux criminels qui leur ont fait miroiter une sorte de paradis islamique sur terre, un lieu où leur dénomination religieuse est celle de la totalité du pays, où on ne paye pas d’impôts ni n’acquitte les factures d’eau ou d’électricité (sic)… Ce qui constitue l’originalité et la force de ce petit ouvrage, en raison de ses modestes dimensions, c’est qu’il donne la parole à des détenus qui sont revenus de Syrie et qui acceptent de témoigner, même si cette confession, parfois émouvante tout en restant condamnable, ne laisse pas le lecteur indifférent.

Lire la suite

15:17 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

20/11/2018

La sagesse dans la Bible : la sagesse de Salomon (traduction par Jean-Yves Leloup (Albin Michel)

La sagesse dans la Bible : la sagesse de Salomon (traduction par Jean-Yves Leloup (Albin Michel)

L’idée, la notion même de sagesse évoque quasi automatiquement la littérature biblique puisque nous parlons de certains des livres qui la composent (Job, Psaumes, Ecclésiaste, Proverbes) comme de la littérature sapientiale, c’est-à-dire un genre littéraire parfaitement identifié et labellisé comme tel. C’est dire. Mais il faut aussi préciser que cette Sagesse de Salomon est un apocryphe grec qui, comme on vient de le noter, n’a pas été admis dans le canon traditionnel, la Tora. Cette dernière compte vingt-quatre livres et est restée fermée à ce qui, selon les sages, n’a pas été dicté par l’esprit saint (ru’ah ha-qodesh). Cette littérature extérieure (sifrout hitsonit) n’en contient pas moins des œuvres exhalant une profonde sensibilité juive qui se sert de la langue grecque. Et cela semble avoir été rédhibitoire, d’où le rejet de tous ces livres, qui furent pourtant repris par nos amis chrétiens et interprétés dans un sens très christianisant.

Lire la suite

12:31 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

19/11/2018

Les gilets jaunes ou l’automne de «notre mécontentement»…

  

Les gilets jaunes ou l’automne de «notre mécontentement»…

Qu’on l’admette ou pas, il y aura désormais, dans la vie politique française, un avant et un après 17 novembre. Ce pays a le secret de ses flambées qui font exploser le cadre visiblement vieilli des partis politiques et des syndicats. Comment comprendre ce qui se passe ? Comment réagir de manière sensée à cette mini explosion qui rappelle par certains aspects (spontanéité, popularité, mobilisation surprenante) les émeutes de mai 69. Mais la comparaison s’arrête là car ces événements là remontent à plus d’un demi siècle et ont duré des mois, sans toutefois coûter une seule vie humaine. Avant-hier, hélas, ce ne fut pas le cas et il convient de s’incliner devant la personne qui a perdu la vie dimanche dans un barrage routier…

Et surtout, il n y avait pas les réseaux sociaux, lesquels, lors des révoltes arabes, ont fait tomber plusieurs régimes…

Lire la suite

11:21 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

14/11/2018

Que faire de Gaza?

Benjamin Netanyahou face à Gaza : quelle stratégie ?

Depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, les commentateurs s’interrogent sur l’attitude de l’actuel gouvernement israélien face aux événement de la bande de Gaza : a-t-il un cap qu’il entend tenir ou tâtonne t il dans l’obscurité, comme le laisse entendre la conférence de presse donnée à Paris à des journalistes israéliens exclusivement ? En effet, le Premier Ministre a accru la confusion en disant expressément qu’il n’y avait pas d’issue politique à ce conflit avec la bande côtière, tombée sous la coupe du Hamas depuis plus de dix ans…

Que signifiaient ces paroles assez sibyllines ? Tout d’abord qu’il est difficile, voire impossible de traiter avec un mouvement terroriste (reconnu comme tel par l’ONU en personne), mais aussi, parallèlement, que la solution militaire n’est pas vraiment une option viable. Conclusion : on passe par la médiation égyptienne, on accepte l’intercession du Qatar, pourtant mis au ban des nations arabes en raison de son iranophilie… Le gouvernement israélien est très divisé ; on apprend qu’hier soir, si le Premier Ministre avait procédé à un vote, il aurait été mis en minorité, ce qui signifie qu’à la première occasion, ses adversaires au sein du cabinet de sécurité se débarrasseront de lui, sans la moindre hésitation.

Lire la suite

11:15 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Juifs d’Alsace et de Lorraine par Freddy Raphaël (Albin Michel)

  

Juifs d’Alsace et de Lorraine par Freddy Raphaël (Albin Michel)

Nul mieux que le doyen Freddy Raphaël n’aurait été à même d’écrire une si belle synthèse de l’histoire de ces communautés juives de l’Est de la France dont le destin a profondément marqué la communauté juive de tout l’Hexagone. Dans un style élégant et sobre, puisant aux meilleures sources, l’auteur retrace les grands moments de ces juifs alsaciens et lorrains qui se firent un devoir de maintenir en vie leurs belles traditions. On remarquera cette belle formule en judéo-alsacien : Chez nous, c’est la coutume (minhag en hébreu). On peut dire que jusqu’au XVIII-XIXe siècles, et même bien au-delà, ces deux territoires au destin si chaotique et parfois même tragique, ont constitué un bastion inexpugnable de la tradition juive. Ce n’est pas sans une certaine émotion que le lecteur, même non-germaniste ou non-yiddish phone, prendra connaissance de ces proverbes en judéo-alsacien que l’auteur eut la bonne idée d’insérer dans ses développements. Nous tenons là l’expression populaire, authentique d’un petit peuple jadis constitué d’humbles colporteurs ou marchands de grains ou de bestiaux. Ce judaïsme n’a pas manqué de résister à l’esprit de l’Aufklärung, sans en rejeter ce qui lui paraissait bon et profitable au judaïsme. On ne reviendra pas sur l’action à la fois prudente et subtile du rabbin Sinzheim lors des débats du Grand Sanhédrin, convoqué en 1807 par Napoléon. Ce guide spirituel, issu de ces mêmes régions, a été à la hauteur d’une situation historique car elle engageait l’avenir du judaïsme dans son ensemble. Président de ce congrès, le rabbin a su préserver l’essentiel tout en cédant sur des points jugés secondaires.

Lire la suite

10:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

06/11/2018

Comment s’explique ce grave malentendu entre la France et l’islam ?

Comment s’explique ce grave malentendu entre la France et l’islam ?

C’est, grosso modo, la tâche que s’est assigné un groupe de jeunes apprentis-journalistes, chapeautés par deux de leurs collègues plus âgés et plus connus. Ce groupe d’enquêteurs, non encore diplômés, sont allés enquêter sur le terrain, durant de longs mois, se gardant bien de substituer leurs propres idées sur la question aux résultats de ce sondage grandeur nature. Le livre porte un titre volontairement provocateur, non seulement en vue d’harponner le chaland mais aussi en raison des conclusions et des témoignages recueillis : Inch Allah : l’islamisation à visage découvert. Une enquête spotlight en Seine Saint-Denis (Fayard) Sous la direction de Gérard Davet et de Fabrice Lhomme

Lire la suite

11:10 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook